logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Création d'entreprise : 1 français sur 4 veut sauter le pas

Un potentiel de 13 millions de créateurs

Publié le

Selon le sondage « Les Français et l’entrepreneuriat » mené par l’Institut Think pour Lendopolis et le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables, les Français confirment leur appétit de création.

Lors du 22ème Salon des Entrepreneurs de Paris qui se déroulait en février 2015, étaient présentés les résultats d'un sondage intéressant pour les réseaux en franchise : « Les Français et l’entrepreneuriat ». Ce sondage réalisé par l'institut Think pour Lendopolis et le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables témoigne que le vivier de créateurs ou de repreneurs d'entreprise reste important, et ce, même si, comme le souligne les auteurs de l'étude, la proportion en légère baisse (- 4% par rapport à 2014) est « revenue au niveau de 2010 ». Sachant qu'ils se créent bon an mal an dans les 500.000 entreprises chaque année, « près d’1 intentionniste sur 2 passe donc déjà à l’acte ».


1 Français sur 4 envisage de créer un jour une entreprise

25% des sondés expriment leur intention à plus ou moins long terme, de créer ou reprendre une entreprise. « Des intentions d’entreprendre qui montent même à environ 45% chez les 18-34 ans, 47% chez les cadres supérieurs et 42% chez les salariés de TPE-PME ». Dans le détail, si l’écart entre les intentions chez les hommes par rapport aux femmes (26% contre 23%) est peu significatif, les écarts se creusent en revanche entre les classes d’âges et les catégories professionnelles. Ainsi, « les moins de 35 ans sont toujours de loin les plus enthousiastes. 46% des 18-24 ans et 45 % des 25-34 ans envisagent l’entrepreneuriat, contre seulement 28% des 35-49 ans et 10% des plus de 50 ans. »

Du côté des catégories socio-professionnelles aussi, de grands écarts se font jour. Les cadres supérieurs envisagent ainsi «
plus facilement l’idée, pour près d’1 sur 2 (47%). Un peu moins d’un tiers des professions intermédiaires (30%) en exprime l’envie, contre 28% des employés et un peu moins d’un quart des ouvriers (23%). Quant aux inactifs, dont les étudiants, ils sont 30% à l’envisager un jour. Le taux tombe à 6% chez les retraités. » Les auteurs observent également une influence marquée en fonction de la taille de l’entreprise dans laquelle le répondant travaille. Ainsi, les salariés d’une TPE (moins de 10 salariés) sont notablement « plus enclins (42%) à envisager se mettre un jour à leur compte, que les salariés d’une PME (10 à 250 salariés), d’une ETI (250 à 5.000 salariés) ou d’une grande entreprise (+ 5.000 salariés), dont les intentions tournent autour de 30%. »


Un vivier impressionnant

« Malgré une légère baisse des déclarations d’intentions sur les cinq dernières années, le potentiel d’entrepreneurs reste élevé. » Extrapolé sur la population française, l'on arrive ainsi au chiffre impressionnant de 13 millions d’entrepreneurs potentiels. « Qui plus est, les intentions à court terme demeurent élevées. 9% des Français, soit 4,5 millions envisagent une création d’entreprise dans les deux ans. Ils étaient 10% l’année passée. La moitié environ (4.2% des Français) déclare avoir déjà préparé leur projet, soit 2.1 millions de Français. » Selon les auteurs de l'étude, « cette réserve d’entrepreneurs est appelée à augmenter, avec les opportunités qu’offrent les nouvelles solutions de financements alternatives, comme le crowdfunding. » En effet, depuis l’entrée en vigueur de la loi en octobre 2014, les TPE-PME ont désormais accès aux plateformes de crowdfunding, ce qui pourrait bien donner un coup de booster aux entrepreneurs « en leur permettant de palier la frilosité des acteurs bancaires classiques. » Dans cette optique, selon l'étude, « 59% des créateurs potentiels d’entreprise envisageraient de passer par une plateforme de crowdfunding, pour financer demain le développement de leur entreprise. Le crowdfunding pourrait même inciter 6% des Français, qui ne sentent pas actuellement l’envie de créer un jour leur entreprise, à se lancer. Ce qui représenterait une réserve supplémentaire de 3 millions d’entrepreneurs potentiels Français ! »


Un vrai vivier de candidats à la franchise

Ce sondage prouve une nouvelle fois que les Français, malgré la crise, n'ont rien perdu de leur envie d'entreprendre. Plutôt une bonne nouvelle pour les réseaux puisqu'en effet, parmi les créateurs identifiés certains ont le profil d'un candidat à la franchise ! Quel est ce profil ? Selon l'enquête CSA/Banque Populaire/FFE 2014, le franchisé type est plutôt un homme, de 46 ans en moyenne, précédemment salarié à 70% (81% chez les 35-49 ans). Selon la FFE, en 2014, parmi les Français qui envisagent de créer ou de reprendre une entreprise, 41% envisageraient d’entreprendre en franchise, soit environ 14% de l’ensemble de la population française.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top