Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche
Financer votre projet

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Je veux devenir franchisé : les 10 étapes clés

Tout ce que vous devez savoir pour devenir franchisé

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Vous avez un petit capital d'avance et vous souhaitez vous lancer dans une activité en franchise ? Check-list des étapes à suivre en 10 points chronologiques pour réussir votre création d'entreprise en franchise.

1/ Faites un bilan personnel pour valider votre motivation

Devenir franchisé les étapes clés

Vouloir devenir son propre patron en franchise est une décision importante pour soi, mais aussi pour sa famille. Outre l'aspect financier des choses, se lancer dans une activité en franchise nécessite une grande motivation personnelle.

Etes-vous prêt à franchir le pas ? Quelles sont vos qualités pour réussir ? Avez-vous les compétences techniques requises ? Avez-vous les compétences humaines pour manager une équipe ? Avez-vous la fibre commerciale pour démarcher la clientèle ? Saurez-vous gérer votre affaire seul ? Répondre à toutes ces questions est primordial pour bien aborder de façon sereine la création !

Le bilan personnel cerne les atouts et les faiblesses. Il met en lumière les motivations et met en place un plan personnalisé de formation pour compléter si besoin les lacunes. Ce type de bilan personnel peut être réalisé par la Chambre de Commerce et d'Industrie, l'APCE, mais aussi par les associations d'accompagnement à la création, ou encore par Pôle Emploi lorsque le créateur est au chômage. A l'issue du bilan de compétences, vous devez normalement avoir une idée plus précise sur votre projet de création. Vous devez par exemple déterminer si votre future activité sera en lien avec votre expérience professionnelle passée ou non. Si vos compétences en management, compta, gestion, marketing... sont suffisamment étayées par votre expérience pour gérer votre future boîte.

Outre l'aspect compétences, vous devrez également déterminer si vous et votre famille êtes prêts à relever le challenge de la création. Etes-vous prêts à prendre des risques financiers ? Votre famille vous aidera-t-elle dans vos démarches ? Mettra-t-elle la main à la pâte en cas de besoin ? Est-elle prête à accepter vos absences et votre surmenage ? De votre côté, vous sentez-vous assez fort pour affronter cette nouvelle vie ? Saurez-vous rebondir face aux inévitables difficultés ? Lorsque toutes ces questions ont des réponses, il est temps de passer à l'étape suivante !

2 / Déterminer votre futur secteur d'activité

Les activités en franchise sont nombreuses. Certaines sont plus axées services, d'autres s'orientent vers la vente, d'autres encore s'appuient sur des savoir-faire manuels ou de conception... Pour choisir le ou les secteurs d'activité de votre future entreprise il est important de tenir compte de vos compétences passées mais aussi de vos aspirations présentes.

Si certains métiers nécessitent un diplôme spécifique (coiffeur par exemple), la plupart n'exigent pas de compétences techniques particulières. La reconversion est alors de fait possible ! Le choix se fait donc soit dans un milieu maîtrisé pour lequel vous connaissez vos atouts et vos faiblesses, ou à l'opposé dans un secteur que vous ne connaissez pas mais qui vous attire fortement du fait de son potentiel porteur.

Le choix du secteur d'activité se fait aussi très souvent en fonction des moyens financiers disponibles immédiatement (apport personnel) et des moyens financiers mobilisables à court au moyen terme (capacité d'emprunt, aides institutionnelle et associative, aide de la famille ou d'éventuels associés). Une première rencontre avec votre banquier s'avère souvent indispensable avant toute approche des franchiseurs potentiels.

3/ Faites une étude de marché

Lorsque vous avez déterminé vos secteurs d'activité et vos moyens financiers, vous pouvez commencer à poser les grandes lignes de votre projet et prendre les premiers renseignements sur les réseaux de franchise qui entrent dans vos critères. Plusieurs moyens d'information sont alors à votre disposition : presse spécialisée, site internet dédié à la franchise, sites internet des franchiseurs potentiels, mais aussi enquête de satisfaction des franchisés, visites en client mystère de franchisés...

C'est généralement à ce stade que vous pouvez déterminer le secteur d'implantation de votre futur point de vente. La démarche est différente si vous avez déjà un local précis en vue ou non. Dans l'hypothèse ou vous avez déjà un local en vue, il est indispensable de récolter le maximum d'informations pertinentes sur le potentiel de l'implantation visée. Si vous êtes dans le cadre d'une reconversion et que vous hésitez encore entre plusieurs secteurs d'activité, l'étude de marché pourra vous dire quels types d'activité manquent sur votre ville, votre quartier... De là découlera les contacts ciblés avec les franchiseurs proposant des concepts adaptés à vos besoins. Si vous n'avez pas encore de local en vue, et que vous êtes prêt à bouger pour saisir une opportunité, vous devrez choisir d'abord le réseau de franchise et partir à la recherche d'une implantation idéale répondant aux critères du concept choisi. Dans ce cas également, une étude de marché d'implantation vous sera indispensable.

Cette étude peut être réalisée avec les moyens du bord mais nous ne serions que trop vous recommander de faire appel à un professionnel qui sera plus à même de poser les bonnes questions. Lorsque la création s'inscrit dans le cadre d'une reprise, les mêmes considérations sont à prendre en compte.

4/ Choisissez votre franchiseur

Local en vue ou non, l'heure est maintenant de prendre les premiers contacts avec des franchiseurs ciblés. Selon les cas, un seul ou plusieurs franchiseurs pourront répondre à vos critères. Pas de précipitation ! Pour choisir en toutes connaissances de cause vous devez passer aux cribles les différents paramètres :

  • Le (ou les) franchiseur(s) propose(nt)-t-il((s) un concept suffisamment différencié et original vis-à-vis de la concurrence ?
  • Les produits ou les services proposés sont-ils de qualité suffisante ?
  • En terme de rentabilité, quelles sont les estimations du franchiseur ?
  • Ces estimations sont-elles fiables ?
  • La sélection des candidats est-elle fiable et sérieuse ?
  • Quid de la formation initiale et de la formation continue ?
  • Le franchiseur est-il suffisamment réactif face aux évolutions de son marché ?
  • A-t-il les moyens de ses ambitions ?
  • Propose-t-il un accompagnement de qualité pendant la période de lancement et après ?

Toutes ces questions et bien d'autres doivent trouver des réponses claires et sans ambigüités. Pour y répondre, plusieurs moyens sont à votre disposition : les informations contenues dans le DIP, les visites chez les franchisés installés, les enquêtes de satisfaction des franchisés, la presse et les sites spécialisés franchise... Toutes les informations sont à vérifier méthodiquement par recoupement et croisement. L'enthousiasme ne doit jamais l'emporter sur la raison !

5/ Montez votre prévisionnel

Le montage d'une entreprise en franchise ne peut se passer de la création d'un budget prévisionnel. Celui-ci doit être réalisé autant que possible avec l'aide d'un comptable et d'un conseiller juridique. Le prévisionnel reprend tous les éléments de l'étude de marché et les éléments comptables fournis par le franchiseur au sein du DIP.

Le prévisionnel doit reprendre poste par poste les besoins de financements (investissement, fonds de roulement). A l'issue de la réalisation du prévisionnel, vous devez être capable de statuer sur la rentabilité de votre affaire ! Le prévisionnel projette les chiffres à 3 ans pour plus de lisibilité.

Plusieurs hypothèses sont émises pour mieux anticiper les difficultés potentielles. L'hypothèse haute est celle qui reste réaliste si tout se passe bien. Elle est posée aux vues des chiffres mis à disposition par le franchiseur. L'hypothèse médiane reprend les mêmes chiffres avec 20% de moins. L'hypothèse basse retranche 50% sur l'hypothèse haute. Dans l'idéal, l'hypothèse basse doit rester sinon rentable du moins équilibrée c'est-à-dire couvrir les charges de l'exercice (c'est le seuil de rentabilité). Selon les hypothèses, vous serez mieux à même de savoir quand vous pourrez vous rémunérer et par ricochet, si cela est tenable au regard de votre situation personnelle.

La projection sur 3 ans doit tenir compte d'une montée en charge des recettes mais aussi du financement des nouveaux besoins qui apparaîtront au fil des exercices. Outre le calcul de la rentabilité prévisionnelle sur 3 ans de votre affaire, le budget prévisionnel vous permet également de faire ressortir les besoins de financement complémentaires pour le lancement de votre entreprise et pour les années suivantes.

Le soin apporté à l'établissement de votre budget prévisionnel vous évitera les mauvaises surprises ultérieures. Il donnera également un vrai crédit à votre dossier notamment pendant la recherche de financements complémentaires. 

6/ Trouvez vos financements complémentaires

Sur la base du budget prévisionnel, vous serez sans doute dans l'obligation de trouver des financements complémentaires pour boucler le financement de vos investissements, charges, besoin en fonds de roulement. Avant de prendre contact avec votre banque pour une demande de prêt, assurez-vous que vous avez épuisé toutes les aides possibles. De nombreux systèmes sont à la disposition des créateurs (prêts d'honneur, caution, exonérations de charges, aides de Pôle Emploi...).

Aux côtés de ces aides, certains franchiseurs proposent également des systèmes de parrainage pour leurs franchisés. De nombreux franchiseurs ont également des accords passés avec des banques pour faciliter les démarches de recherche de financements. Si vous avez besoin d'un prêt et que votre dossier est sérieux, faites jouer la concurrence entre les organismes bancaires.

7/ Trouvez votre local

La phase de recherche du local doit idéalement débuter bien en amont de l'établissement du budget prévisionnel mais ce n'est que lorsque les choses sont bien calées financièrement que le bail peut être signé ou que l'acte d'achat peut être paraphé. La recherche peut se faire par prospection personnelle en écumant les agences spécialisées notamment. Elle peut aussi faire l'objet d'un accompagnement du franchiseur lorsque celui-ci le propose. Lorsqu'une adresse est trouvée, elle doit recevoir l'assentiment du franchiseur.

Pour plus de sûreté, la réalisation d'une enquête d'implantation réalisée par un organisme spécialisé en géomarketing est un passage quasi obligé.

8/ Choisissez votre statut juridique

Le statut juridique de l'entreprise découle des démarches précédentes. Lorsque le financement de l'entreprise ne peut être mené seul et que le besoin de s'associer s'impose, l'entreprise n'a d'autre choix que d'adopter un statut juridique de société (SARL, SA, SAS/SASU, SNC).

Lorsque l'activité peut être financée seul et gérée seul, le statut d'entrepreneur indépendant ou d'EURL apportent le plus de souplesse. Les autres critères à prendre en compte sont notamment votre situation fiscale, votre situation familiale, le désir de bénéficier d'un statut de salarié... A noter : certaines activités imposent une structure juridique particulière comme notamment les débits de tabac obligatoirement exploités en entreprise individuelle ou en SNC. Les montages juridiques peuvent parfois être complexes surtout lorsque le local provient d'un héritage. La création d'une SCI peut alors être intéressant.

En cas de doute, n'hésitez pas à vous rapprocher d'un expert juridique qui vous conseillera utilement sur les différentes options possibles et leurs conséquences sur votre patrimoine personnel notamment.

9/ Signez votre contrat de franchise

Lorsque tout votre projet est bouclé, financement compris, et seulement alors, vous pouvez signer votre contrat de franchise. Contrairement au DIP qui fait l'objet d'un encadrement juridique spécifique à la franchise (Loi Doubin), le contrat de franchise lui n'est soumis à aucune réglementation particulière. Autrement dit, le contrat de franchise obéit essentiellement au droit commun des contrats commerciaux en tenant compte des jurisprudences connues et de certains textes de droit européen et de droit de la concurrence. Cette liberté relative explique les grandes diversités de formulations. Globalement, le franchisé n'a pas son mot à dire sur la rédaction du contrat.

Certaines clauses peuvent ainsi s'avérer très pénalisantes pour le franchisé après coup. Pour exemple : clause de non-concurrence, clause d'exclusivité territoriale, clause d'exclusivité d'approvisionnement... Avant de signer, il est donc impératif d'examiner à la loupe avec le soutien d'un professionnel spécialisé dans ce type d'exercice la proposition de contrat.

10/ Lancez votre entreprise

Le lancement d'un nouveau franchisé est dans la très grande majorité des cas accompagné par les franchiseurs. La formation initiale fait partie intégrante de l'avant ouverture. Le franchiseur veille également à l'aménagement à ses couleurs du point de vente. Une campagne de publicité est bâtie en accord avec la charte du franchiseur. Parfois, mais ce n'est pas une règle absolue, un animateur vient épauler le franchiseur dans ses recrutements et lors des premiers jours après ouverture.

Dominique André-Chaigneau, Toute la Franchise ©


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 5/5 - 1 avis

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !