logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

La France, un territoire économiquement attractif

Dernière partie du dossier : "Qui souhaite devenir patron ?"

Publié le

Selon le tableau de bord annuel de l'attractivité publié récemment par l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII), la France cumule les points forts ce qui la rend toujours plus attractive pour les entreprises.

La sinistrose ambiante qui s'appuie sur l'idée que la France n'est pas compétitive est battue en brèche par les conclusions de l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII). En effet, loin d'être une nation en péril, la France cumule les points forts et à toutes les raisons du monde de rayonner. Incroyable mais pourtant vrai ! Le mot est lâché : la France est bel et bien un territoire attractif pour les entreprises en étant « la quatrième économie mondiale en termes de stock d'IDE entrants, l'une des trois économies européennes les plus attractives aux investisseurs étrangers créateurs d'emploi, première destination européenne des investissements industriels étrangers, quatrième pays mondial d'accueil des étudiants en mobilité internationale » note l'AFII.

Portée par son taux de fécondité (deuxième rang derrière l'Irlande), l'économie française n'a pas à rougir de son dynamisme parmi les 14 pays étudiés par le tableau de bord (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, France, Irlande, Italie, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Suède, États-Unis et Japon).


Championne de la R&D : La France que l'on croit trop souvent arque boutée sur ses traditions vieillottes pointe pourtant au premier rang (devant les Etats-Unis tout de même !) pour le financement et les incitations fiscales à la recherche et au développement en pourcentage de son produit intérieur brut. Notre pays arrive ainsi « au 6e rang mondial pour les dépenses de recherche et développement avec 55 milliards de dollars, derrière les États-Unis, la Chine, le Japon, l'Allemagne et la Corée », note l'AFII. « De plus, la fiscalité française des dépenses de recherche et développement est la plus avantageuse au monde, grâce au Crédit d'impôt recherche (CIR) » insiste l'AFII. Des arguments de poids qui ont de sérieuses répercutions sur l'attractivité des entreprises françaises notamment dans les secteurs automobiles, aéronautique, pharmaceutique, mais aussi la fabrication d'équipements radio, la communication...


Championne des infrastructures : La France est également championne côté infrastructure. Elle est ainsi numéro un pour le prix de l'électricité et la fiabilité de son réseau : « Avec moins d'une interruption par consommateur par an, la France dispose d'un réseau électrique performant et fiable », commente l'AFII. Même chose pour ses aéroports qui arrivent en seconde place derrière ceux du Royaume-Uni parmi les 15 premiers aérodromes des 28 membres de l'UE. La France est également le pays où le taux de pénétration de l'Internet haut débit est le plus élevé (deuxième place derrière les Pays-Bas). Le transport ferroviaire de marchandise n'est pas en reste avec une troisième place derrière l'Allemagne et la Pologne.


Un coût du travail en nette amélioration : Souvent vilipendé par le patronat, le coût du travail en France est en nette amélioration selon l'AFII. En effet, la France « s’est améliorée par rapport à 2012, ou à 2010, dans tous les secteurs d’activité, et plus particulièrement dans la R&D (coûts inférieurs de 10,8%). Dans le secteur des services aux entreprises, de la fabrication et du numérique, la France est également devenue plus concurrentielle que les États-Unis », indiquent les auteurs de l’étude. A l'échelon européen, la France rattrape également son retard de compétitivité. « Le coût horaire du travail pour l’ensemble de l’économie en France a stagné en 2013, alors que la zone euro progresse (+ 1,4%), ainsi que l’Allemagne (+ 2,6%), l’Autriche (+ 3,0%) ou encore les Pays-Bas (+ 2,8%). Seul le Royaume-Uni recule (- 3,2%) et l’Irlande stagne », indique l’AFII.


Toutes ces bonnes performances expliquent en grande partie pourquoi, en 2013, la France a attiré 685 nouveaux projets d’investissement associés à la création ou au maintien de 29.631 emplois. Et si, sur le terrain de la complexité administrative et réglementaire ou encore sur celui de la pression fiscale des efforts restent à faire, l'AFII poursuit son inventaire à la Prévert sur les atouts de la France : 4e rang mondial des pays exportateurs de services, 6e rang mondial pour les exportations de biens, 1er rang pour les projets d'investissements industriels en Europe, 2e rang en nombre de demandes déposées de marques commerciales, 3e rang pour l'accès aux marchés de l'UE-27 du fait de sa situation géographique centrale...

Et tout cela est bien sûr sans oublier la qualité de vie française avec des services publics gratuits (écoles, santé, etc).

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top