logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Création d’entreprise : les 6 questions à se poser avant de choisir sa franchise

Avant de choisir définitivement son franchiseur, un créateur d’entreprise doit se poser les bonnes questions

Publié le
choisir-franchise-questions-entrepreneurs Avec près de 2.000 réseaux présents sur le territoire français et une centaine qui se crée tous ans, le candidat franchisé ne manque pas de choix ! Mais la quantité n’est pas toujours synonyme de qualité…

Il appartient au futur franchisé de se poser les bonnes questions avant de « recruter » son franchiseur.



1 / Quelle est la notoriété réelle de sa marque ?

Adhérer à un réseau c’est avant toute chose partager les signes de ralliement de la clientèle, à savoir l’enseigne, le concept des points de vente et les produits

La marque cristallise la promesse faite au consommateur et doit être suffisamment forte pour permettre de capter une clientèle attachée à celle-ci, ou donner plus de puissance au franchisé que s’il démarrait la même activité sans nom connu


2 / Quelle est la taille et la qualité de son réseau actuel ?

Pour démontrer la qualité de son concept, le franchiseur doit avoir éprouvé celui-ci au sein d’unités pilotes qu’il possède en propre et qui lui permettent de démontrer la pertinence de ses choix, et ce en fonction de critères d’implantation variés (zones de chalandise, pouvoir d’achat, environnement urbain ou rural) pour ainsi valider le potentiel de succès du projet envisagé.

De même, l’âge de ces unités doit rassurer le candidat sur la pertinence de l’avantage concurrentiel du concept dans le temps.

Enfin, il est indispensable de vérifier l’ancienneté et la mortalité des précédents franchisés ainsi que leur motif de sortie du réseau (dépôt de bilan, fin de contrat, …)


3 / En quoi son savoir-faire est il un « savoir-réussir » ?

Le franchiseur est censé avoir développé un savoir-faire différenciant, secret et ayant un impact substantiel sur l’activité de son futur franchisé.

Il est toutefois difficile d’obtenir des informations détaillées sur ce sujet avant la signature du contrat de franchise mais certains indices peuvent permettre de déceler les risques éventuels :

  • quelle est la durée de la formation ?
  • quels sont les pré-requis en terme d’expérience demandée au futur franchisé ?
  • comment explique t-il sa différence par rapport à ses concurrents ?


4 / Quelle est la rentabilité du franchiseur et du franchisé?

Lors de la remise du DIP (Document d’Information Précontractuel), le franchiseur a l’obligation de fournir au candidat franchisé ses derniers états financiers, qui peuvent couvrir à la fois son activité de franchiseur mais également celle de ses unités pilotes.

A ce stade, il est important d’identifier si le franchiseur a une santé financière suffisante pour faire face à ses engagements en matière d’innovation, de développement et d’assistance au réseau.

De même, il est nécessaire d’obtenir le niveau d’information suffisamment détaillé pour apprécier la performance du modèle économique au travers de la rentabilité financière réalisée par ces unités en propre et ses actuels franchisés


5 / Quelle est l’assistance apportée au réseau ?

L’entrée en relation dans un réseau de franchise va déboucher sur une histoire qui durera en principe plusieurs années …

Il est donc important de s’assurer que le franchiseur a mis en œuvre des moyens clairs sur sa politique en matière d’assistance au réseau : nombre d’animateurs, fréquence des visites, missions, clients mystères, …et également en matière de formation continue obligatoire ou facultative : thème, durée, fréquence, public concerné.


6 / Et ça coûte combien ?

Le droit d’entrée rémunère essentiellement la marque mais peut couvrir d’autres composantes : formation initiale, pack d’ouverture, mise à disposition d’un commercial expérimenté, …

Les redevances (ou royalties) doivent être mises en regard des avantages concurrentiels apportées par le concept (niveau de chiffre d’affaires, taux de marge, efficacité des process) ou des autres sources de partage de valeur entre le franchiseur et le franchisé (centrale d’achat, remise sur objectif, …)

Enfin, les redevances publicitaires représentent la mise en commun de moyens pour le déploiement de supports de communication au niveau national. Ce coût doit être cohérent avec le déploiement actuel et futur de la notoriété de l’enseigne.


Conclusion

Un franchiseur met beaucoup d’informations à disposition de ses candidats notamment lors de la remise du DIP.

Il est néanmoins de la responsabilité du futur franchisé de creuser ces informations avec l’aide éventuel d’un conseil professionnel du type expert-comptable, et d’aller plus loin dans la recherche de certaines données en n’hésitant pas à rencontrer des membres de ce réseau (salon, média, site..) ou à interviewer des franchisés en cours d’activité

En tant que futur franchisé, vous devez rester l’acteur de votre projet et choisir un franchiseur qui correspond à votre projet et non le contraire !

Olga Romulus, expert comptable au sein du cabinet Fiducial

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top