logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Le numérique : un accélérateur de croissance ?

Quels avantages et inconvénients à passer rapidement au numérique pour les entreprises ?

Publié le

Coup sur coup, trois études réalisées respectivement par Email-Brokers, par IDC pour Microsoft et par le cabinet McKinsey, s'interrogent sur les bienfaits (et les méfaits !) du passage au numérique. Instructif !

E-commerce, relation clients, organisation interne, innovation... le passage au numérique bouleverse le quotidien des entreprises, inexorablement et profondément ! Ce bouleversement ne se fait pas sans heurt ni hésitation. Et à juste titre ! En effet, souvent considéré comme vecteur de croissance, le numérique peut aussi être facteur de décroissance si les outils utilisés sont mal choisis et les compétences en interne chancelantes. Alors faut-il se convertir au numérique ou faut-il encore attendre ? La réponse à cette question est délicate !

En effet, l'entreprise aujourd'hui qui passe à côté du numérique rate clairement le coche, mais d'un autre côté, l'entreprise qui s'investit à fond dans le numérique aujourd'hui peut aussi accélérer sa perte si sa stratégie n'est pas totalement en phase avec ses besoins. Entre le productif et l'anti-productif, la voie gagnante semble bien être celle qui va doucement mais sûrement, celle dont les process sont bien maîtrisés, celle qui peut entrebâiller la porte vers la réussite sans pour autant faire entrer le loup dans la bergerie.


C'est globalement vers cette troisième voie médiane qu'arrivent les trois études sorties coup sur coup ces dernières semaines sur le sujet.

Ainsi, pour Email Brokers, le e-commerce est une vraie chance avec un « potentiel en PIB au moins égal à celui de l’énergie ». Mais les entreprises françaises sont en retard : 8% seulement des sites pro sont marchands soit environ 221.000. Sur ce total, il convient de retrancher près de 40% de sites qui n'ont pas été remis à jour depuis 18 mois.

L'étude IDC réalisée pour Microsoft est plus positive. « L’entrepreneuriat 3.0 est une réalité au sein des PME françaises » atteste l'étude. 82% des dirigeants interrogés perçoivent ainsi clairement l'impact du numérique sur leur activité et 46% pensent que le numérique est un levier de croissance payant pour l'avenir.

Quant à l'étude réalisée par McKinsey, elle chiffre un véritable potentiel, quasi un pactole, associé à la transformation numérique (1.000 milliards d’euros en France d’ici à 2025). Mais McKinsey insiste également sur un fait : la transformation numérique change les règles du jeu concurrentiel et la relation client !

Du coup, selon l’agilité numérique des compagnies, l'impact sur le résultat opérationnel peut varier de -
20% à + 40%. « La distribution est entrée de plain-pied dans l’ère numérique et, même si toutes les catégories de produits ne basculent pas en ligne au même rythme, la manière dont les consommateurs sélectionnent et réalisent leurs achats est promise à une évolution profonde. La course de vitesse est donc engagée pour les distributeurs, qu’ils soient généralistes ou spécialisés : s’ils entendent défendre leur rang dans cet environnement nouveau, ils doivent relever le défi de la transformation numérique. C’est pour eux, comme pour les autres secteurs au même stade de maturité numérique, le seul moyen d’en prévenir les risques, et surtout, d’en saisir toutes les opportunités, en construisant une relation encore plus proche avec leur clientèle, à qui ils peuvent offrir une expérience plus intense, et en se rapprochant toujours plus de l’excellence opérationnelle. »

En distribution généraliste selon les estimations McKinsey, «
pour une entreprise-type, la perte de marge liée à l’intensification de la concurrence peut atteindre 18 à 21%, tandis que les effets bénéfiques combinés peuvent provoquer une augmentation de la marge de 25 à 35 %, à condition de savoir saisir toutes les opportunités liées à la transformation numérique. » En distribution spécialisée, la concurrence « accrue pourrait faire perdre l’équivalent de 12 à 15% de résultat opérationnel compensée par 19 à 25% de marge supplémentaire dégagée grâce au numérique. »

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top