logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Qu'appelle-t-on l'économie collaborative ?

2ème partie du dossier consacré à l'économie collaborative

Publié le

L'économie collaborative, et plus spécialement la consommation collaborative, s'inscrit dans une mouvance alternative. La consommation n'est plus une fin en soi, la solidarité et la participation remettent l'humain au cœur des choix.

Il en va de l'économie collaborative comme du développement durable. La notion est assez floue et pourtant bien réelle. Les pratiques sont multiples, et elles s'expriment dans un nombre grandissant de secteurs d'activité. De ce fait, définir clairement l'économie collaborative devient un exercice délicat !

Selon Rachel Botsman, fondatrice du mouvement de la collaborative consumption, et co-auteur de What’s mine is yours, The Rise of collaborative consumption, l'économie collaborative suit trois grands styles de pratiques :
  • Transformer un produit en service : Les vélib', la location de véhicules entre particuliers (auto-partage), la location de sacs à main de luxe, d'une perceuse, d'un jouet, d'un coin d'appartement ou de bureau, de la machine à laver du voisin, d'un espace de stockage physique ou virtuel... Les pratiques sont exponentielles dans cette catégorie ! A chaque fois, l'idée maîtresse est que l'usage prime sur la possession. Un bien inutilisé par son propriétaire peut ainsi être mis à la disposition d'un autre particulier contre rémunération. Ces pratiques s'appuient sur une économie de fonctionnalité.
  • Donner une seconde vie à un produit : Quand un objet n'est plus utilisé, il peut changer de main pour faire le bonheur de quelqu'un qui en aura l'utilité. Revente, troc ou don, la seconde vie d'un produit ne s'organise pas forcément autour d'un échange d'argent sonnant et trébuchant ! Sites de petites annonces, plateformes de troc, vide-greniers... le principe de la seconde vie d'un produit est couramment utilisé depuis des années dans le secteur automobile (véhicule d'occasion), et déborde de plus en plus sur de nombreux domaines économiques comme le meuble, le vêtement, le bricolage, etc.
  • Participer à un projet de vie : On est là en plein dans le collaboratif nouvelle génération ! Il ne s'agit non plus seulement de partager un produit, mais bien de partager son temps, son savoir-faire, ses compétences. Cela se traduit par une foule de nouveaux usages comme l'achat groupé de produits alimentaires (AMAP Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne), le partage de son canapé avec un touriste pour un soir ( couchsurfing), le partage de son diner (co-lunching), le partage d'un espace de travail (co-working), la récolte de fonds pour soutenir un créateur d'entreprise (crowdfunding), l'échange de services avec la création d'une monnaie locale complémentaire, etc.

A ces trois grands styles de pratiques s'en ajoutent quelques autres associés de près ou de loin au collaboratif comme notamment, la création de produits « faits maison » que l'on vend via des plateformes artisanales, le groupement d'achat pour profiter de prix volume, la participation en ligne à des votes amenant à la création de nouveaux produits, les forums d'entr'aide, etc.

Toutes ces pratiques ont pour point commun le partage volontaire (d'un produit ou d'un service) entre des personnes qui a priori ne se connaissaient pas. Cette précision est importante car elle dénote d'un vrai changement dans les habitudes !

En effet, de tous temps, la solidarité et le partage se sont exercés dans les sociétés humaines. Avec l'avènement de la société de consommation, le troc s'est raréfié et le coup de main aussi ! Notre société est devenue de plus en plus individualiste. Mais depuis l'avènement d'internet, les lignes bougent peu à peu. Le chacun pour soi bat en retraite sous la poussée du web social.

Et les plateformes se sont multipliées ce qui a eu pour effet de regrouper des individualités autour de valeurs redevenues prioritaires comme la préservation de l'emploi en local ou encore le troc de services sans argent engagé. Pour rassembler et se faire rencontrer les gens, les plateformes se sont érigées en tiers de confiance. Les systèmes de notations et d'avis ont fait le reste !
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top