logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Partie 2 : Franchises service : Services à la personne, un sondage sur les attentes des consommateurs

Publié le
Le site de l’Agence nationale des services à la personne a procédé à un sondage entre le 19 et le 30 octobre dernier. Plus de 4 600 personnes ont répondu à ce sondage pour des résultats riches d'enseignement.

Depuis la promulgation de la loi Borloo en juillet 2006, le secteur des services à la personne a connu une véritable révolution. Plus professionnels grâce à la mise en place de la procédure d'agrément obligatoire et de plus en plus aidés par l'état (TVA à 5,5%, crédits d'impôts...), les services à la personne sont aujourd'hui entrés pleinement dans le quotidien des français. Ce changement de statut se traduit nettement dans les résultats du sondage réalisé par l'Agence nationale des services à la personne en octobre 2009. A noter : ce sondage a principalement recueilli les avis des femmes (77%), généralement plus consommatrices et exigeantes dans leurs demandes que les hommes.


Une perception positive

La perception des services à la personne par les consommateurs a beaucoup évolué ces dernières années du fait de la professionnalisation des acteurs principalement. Aujourd'hui, le secteur des services à la personne est perçu comme un secteur en adéquation avec l’évolution des modes de vie (à 36% soit 1694 personnes interrogées).

Cette appréciation plutôt positive démontre qu'aujourd'hui, les services à la personne ont résolument trouvé leurs cibles. Plus qu'un luxe, les services proposés par les entreprises spécialisées répondent à de véritables besoins surtout lorsqu'il s'agit de faire garder ses enfants, de veiller sur le bien être d'un parent âgé, de soutenir la scolarité des enfants de la famille. L'éclatement de la cellule familiale, la généralisation du travail des femmes, le gain de longévité des aînés et l'individualisme à tous crins de notre société font que les services à la personne ont désormais un véritable rôle à jouer au quotidien.

Ce point de vue est attesté par 12% des sondés plutôt d'accord avec l'idée que les services à la personne sont facteurs de cohésion sociale dans une société de plus en plus individualiste. Le changement de perception s'exprime également sur le volet de l'emploi. En cette pleine période de crise, 19% des personnes interrogées estiment que les services à la personne sont une des réponses au chômage car ils sont créateurs d’emplois durables et non délocalisables. Une opinion claire pour aujourd'hui mais aussi pour demain : 10% des personnes interrogées estiment que les services à la personne sont un secteur d'avenir.

Selon l'Agence nationale des services à la personne, « plus d’1 personne sur 2 est, dans le cadre d’une recherche d’emploi, d’accord ou tout à fait d’accord pour envisager de faire carrière dans le secteur ».

La consommation de services à la personne

Concernant la consommation des services à la personne, les questions du sondage portaient sur différents aspects dont notamment les motivations, les freins et les axes d'amélioration.

Du côté des motivations, 40% des personnes interrogées estiment que les services à la personne simplifient la vie. Les autres motivations principales tiennent au fait que les services à la personne permettent de dégager du temps libre (19.5%) et donnent de plus la satisfaction de créer un emploi (20%). Les tâches s'inscrivent nettement dans le quotidien sans forcément de compétence ajoutée : seuls 9% des personnes interrogées évoquent comme motivation le fait de bénéficier de prestations qu'elles ne sauraient accomplir seules. Du côté des freins, deux grands éléments participent à l'hésitation.

Le premier tient aux finances. Le principe de l'avance des dépenses remboursées l’année suivante par l’avantage fiscal est évoqué comme un frein par 25% des personnes interrogées. Le second est plus difficile à régler puisqu'il s'agit de la difficulté de laisser entrer une personne extérieure dans son domicile (18%).
La difficulté à trouver le bon service correspondant à ses besoins vient tout de suite derrière pour 17% des personnes interrogées. Les améliorations à apporter aux services à la personne tiennent principalement à la qualité de la formation des personnels salariés. 30% des personnes interrogées estiment en effet que les professionnels se doivent d'être de plus en plus qualifiés. L'amélioration des conditions de travail des professionnels est également largement souhaitée (23%).

Les emplois dans le secteur des services à la personne sont encore trop souvent jugés précaires. En comparaison, l'innovation technologique est un argument négligeable d'évolution puisqu'elle ne convainc que 5% des personnes interrogées. La détermination du choix des intervenants est dictée à 38% par la fourniture d'une réponse sur-mesure aux besoins. Le rapport qualité/prix arrive en seconde position (26,7%) suivi par la qualification de l'intervenant (20,3%).


Dominique, Journaliste toute-la-franchise.com ©
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top