logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Consommation des ménages : le textile et les meubles en perte de vitesse

Baromètre observatoire Cétélem et le Journal du Dimanche

Publié le
Le 22 juin dernier, l'Observatoire Cetelem, en association avec le Journal du Dimanche, présentait la cinquième vague de son baromètre mensuel réalisé par l’Ifop. Outre les chiffres concernant plus spécifiquement les vacances, le sondage donne une photographie ponctuelle sur le moral des Français, leurs priorités de consommation et leurs intentions de dépenses pour les prochains mois.

Les Français restent globalement optimistes

Selon les résultats de ce sondage, les Français restaient globalement optimistes quant à leurs situations personnelles (6.8 sur 10 en février 2010, contre 6.5 sur 10 en mai et juin). Du point de vue de l'optimisme sur la situation de la France, les résultats sont plus contrastés (4.6 sur 10 en mai et juin contre 4.9 sur 10 en février). Ce pessimisme relatif se traduit directement sur l'intention de consommation dans les mois qui viennent. Dans le détail, 34% des Français interrogés disent avoir l'intention de baisser leurs dépenses de loisirs et de voyages (19% pensent augmenter leurs dépenses sur ce poste et 47% ne pas changer leur niveau de dépense). Pour ce qui concerne les meubles et la décoration, les intentions de baisser les dépenses grimpent à 38% (14% disent vouloir dépenser plus, 48% ne rien changer). L
e textile et l'habillement fait à peine mieux avec des intentions d'achat en baisse pour 37% des personnes interrogées (12% de hausse et 51% stable). L'alimentation reste le secteur où les intentions de budget à la baisse sont les moins importante (23%, contre 8% d'augmentation de budget et 69% de stabilité). En projection sur les 5 derniers mois (de février à juin), les courbes d'intention sont assez stables. La marge de manœuvre est compensée peu ou prou sur les intentions de ne rien changer plutôt que sur la baisse des volumes de dépenses.

Moins d'épargne et moins de consommation

Le baromètre de l'Observatoire du Cetelem a interrogé les Français sur leurs perspectives de consommation et d'épargne dans les mois qui viennent. Du point de vue de la consommation, les intentions des ménages s'orientent globalement à la baisse : 29% disaient en février avoir l'intention de moins consommer contre 37% en juin. Avec moins de consommation, l'on aurait pu penser logiquement que les Français allaient plus épargner, mais non : les chiffres d'intention d'épargne suivent eux-aussi une courbe descendante à 16% d'intention orientées à la baisse en février contre 28% en juin.

Les soldes prioritairement dévolus aux achats de textiles

A la question "avez-vous l'intention à l'occasion des soldes d'été de faire des achats importants ou d'acheter des produits que vous n'auriez pas achetés en dehors des soldes ?" les Français répondent de façon très tranchées. Dans le détail, le textile et l'habillement raflent la mise avec 17% de "oui certainement" et 44% de "oui probablement". Les meubles et la décoration s'inscrivent à l'opposé avec 44% de "non probablement pas" et 35% de "non certainement pas". L'électronique, la hi-fi, la téléphonie et l'électroménager font à peine mieux...

Des vacances surtout en France

A la question "cette année prévoyez-vous de partir en vacances ?" 63% des personnes interrogées disent oui (dont 48% en France et 23% à l'étranger). Les critères pris en considération pour le choix des vacances restent classiques : le type de destination (mer, montagne, etc) pour 39% des personnes qui déclaraient partir en vacances cet été, 34% le coût, 13% le climat de la destination, 10% le type d'hébergement et 4% le temps de transport. La première solution retenue pour minimiser le coût des vacances est de réduire les dépenses sur place (restaurant, achats divers) à 39%. Cette économie est complétée par un logement chez des amis ou de la famille (30%), la recherche d'une formule pas chère sur internet (25%), des vacances écourtées vis-à-vis de d'habitude (22%), l'option d'un mode d'hébergement économique (camping, échange d'appartement) pour 21%. Au total, les Français interrogés prévoient une dépense moyenne pour les vacances de 1 545 euros (7% prévoient de dépenser 4 000 euros et plus, 24% de 2 000 à 4 000 euros, 33% de 1 000 à 2 000 euros, 21% de 1 000 à 500 euros, et 15% moins de 500 euros).

Ce sondage a été réalisé sur un échantillon de 1035 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing) du 16 au 18 juin 2010.


Téléchargez les résultats de ce baromètre sur http://www.ifop.com/media/poll/1201-1-study_file.pdf



Dominique, Journaliste toute-la-franchise©
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top