logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Les enfants : une cible de choix pour la franchise !

et le filon est loin de se tarir en France

Publié le
L'enfant est une cible de choix pour la franchise... et le filon est loin de se tarir en France puisque le taux de fécondité reste parmi les plus élevés d'Europe avec 1,98 enfant en moyenne par famille soit pour 2009, quelque 800 000 naissances en France ! Et les Français ne rechignent pas à la dépense pour leurs bambins : en 2007, la consommation française des produits pour les moins de 12 ans (hors services), atteignait quelque 10,5 milliards d’euros. Si le marché est très disputé, il reste encore de nombreuses niches à prendre !

Un marché très porteur


Selon les derniers chiffres disponibles, chaque année, les moins de 12 ans engloutissent en France 4,438 milliards d'euros d'habillement, 2,014 milliards d'euros d'alimentation, 1,866 milliards d'euros de jouets, quelque 700 millions d'euros de chaussures, 670 millions d'euros de couches, 500 millions d'euros de puériculture, 250 millions d'euros d'équipement (décoration). Tout ces chiffres qui concernent la consommation « produits » est sans compter les dépenses de services de garde d'enfants, de soutien scolaire, de restauration à thème, les abonnements en téléphonie mobile...
Sachant que la courbe démographique française est très favorable, le marché de l'enfant est en croissance régulière. A cela s'ajoute un autre élément porteur : au fil des générations, les naissances se font toujours plus tardives. Aujourd'hui, la moyenne d'âge des françaises pour un premier enfant s'établit autour des 30 ans. Plus mûrs, les parents d'aujourd'hui ont également et logiquement plus de moyens pour faire plaisir à leurs enfants... Le budget est ainsi d'année en année en hausse.

Un marché en mouvement


Les offres ciblées enfants sont délicates à manier tant les critères de séduction et les arguments de vente sont fluctuants. En effet, si les produits ou services proposés se doivent de séduire les parents, ils doivent également impérativement séduire les enfants qui ont de plus en plus voix au chapitre lorsqu'il s'agit de faire des choix de consommation ! Cette double cible à satisfaire est un handicap pour les services marketing des grandes marques. D'un autre côté; les arguments sont très différents selon que l'enseigne s'adresse à des bébés, des enfants de 2 à 8 ans, ou des pré-ados de 10 à 14 ans ! Aux critères de tranche d'âges s'ajoutent d'autres segmentations dont le critère du prix, du style, de l'originalité... Alors que les enseignes généralistes ou discount comme La Halle, Z ou Kiabi s'installent sur des communications où le prix reste le meilleur argument, d'autres enseignes mettent en avant des marques modes ou prestigieuses (Chevignon, Chipie...) pour séduire les ados.
Entre ces deux extrêmes de plus en plus d'arguments écologiques viennent titiller l'envie des petits et grands consommateurs. Face au succès du bio et de l'équitable, le tout technologie recule depuis quelques années. Une autre tendance lourde de ces dernières années va vers une consommation de plus en plus personnalisée (livre interactif au nom de l'enfant, déco de chambre personnalisée...). Sur le créneau de la layette et des objets de puériculture, les produits débordent aussi de plus en plus sur des produits typiques liés à la maternité (vêtements de grossesse, cadeaux de naissance...). Depuis peu, le marché de l'occasion en dépôt-vente spécialisé ou non se développe également beaucoup notamment pour tout ce qui touche les articles de puériculture et d'habillement. Les ventes sur internet explosent littéralement sur tous les produits de l'univers de l'enfance en proposant des prix plus doux sur des grandes marques connues.

Le prêt à porter enfant ne connait pas la crise


Si l'habillement de manière générale a largement subit les effets de la crise économique, les produits du prêt à porter destinés aux enfants lui a finalement que peu souffert de la baisse du pouvoir d'achat des ménages. Les raisons de cette stabilité sont essentiellement structurelles : le propre d'un enfant est de grandir ! Au fil des mois et des centimètres gagnés, la garde robe doit se reconstituer. De plus, aujourd'hui la plupart des enfants disposent d'argent de poche et crise ou pas, ils dépensent leurs euros dans des achats plaisir, loin des considérations économiques de leurs parents au quotidien. Pour la tranche d'âge des tout-petits, l'achat est là aussi très axé plaisir. Les cadeaux de la famille à la naissance et aux anniversaires, les achats coups de cœur des parents... la layette est un créneau qui échappe à la rigueur !
Le même phénomène se retrouve sur le jouet de manière générale. Si les basiques à petits prix trouvent encore leurs cibles chez les enfants de 2 à 10 ans, au-delà, le diktat des marques des cours de récré joue à plein chez les pré-ados et les ados. Le succès de l'enseigne multimarques haut de gamme Ooxoo est là pour témoigner de la bonne santé de ce secteur si tant est que la cible soit parfaitement identifiée en terme d'envie... et de budget !

Les services aux enfants suspendus aux crédits d'impôts


Sur le secteur des services (gardes d'enfants, soutien scolaire...), de nombreuses enseignes ont profité de la mise en route de la loi sur le crédit d'impôt des aides à domicile pour développer des réseaux de proximité particulièrement pratiques pour les parents. Cette aide sonnante et trébuchante accordée par l'Etat en échange de l'obtention d'un agrément a largement contribué à tirer les niveaux de prestation vers le haut sans coûts ajoutés. Mais malheureusement, les choses pourraient bien changer dans les prochains mois. Le plan de rigueur annoncé par le gouvernement début juillet (suppression des allègements de charges patronales pour les structures employeurs et abattement de 15 points pour l'emploi d'un salarié à domicile) devrait semble-t-il remettre en cause les plans de développement des services à la personne.

Déjà quelques voix s'élèvent au sein des enseignes spécialisées comme Babychou (CF notre article « La franchise de garde d'enfants est inquiète du projet Baroin
).

Le jouet reste une valeur sûre


En janvier dernier, alors que le salon du jouet et du jeu battait son plein à Paris, le cabinet NPD témoignait d'un marché de jouet florissant malgré la crise. Et de fait, en 2009, le marché du jeu et du jouet a progressé de 2,7% (hors jeux vidéos) à 2,95 milliards d'euros ! Si Noël reste la période la plus propice pour l'achat de jouets en tous genres, grâce à la multiplication des surfaces de vente en franchise à travers tout le territoire français, les jouets et jeux de société s'achètent tout au long de l'année. Marché plaisir par excellence, le jouet est porté essentiellement par les figurines et les cartes à collectionner sous licence. Avec l'excellent crû 2009, le cabinet NPD estimait en janvier dernier que la France était au 1er rang européen en terme de ventes, dépassant les Anglais par la même occasion (4e rang au niveau mondial).

Les articles de puériculture toujours dynamiques


La chambre de bébé est aujourd'hui un sanctuaire où tout est fait pour que l'enfant s'épanouisse. Aux indispensables que sont la table à langer, le lit, la baignoire... les jeunes parents se laissent souvent tenter par de nombreux produits originaux à la naissance d'un premier enfant. Comme de plus la famille souhaite largement participer, les budgets puéricultures s'envolent toujours plus hauts d'année en année. Portées par un taux de naissance en augmentation en France, les enseignes spécialisées en franchise profitent d'un public large dont le seul mot d'ordre est très souvent l'achat plaisir. L'originalité des concepts spécialisés est souvent plébiscitée mais aussi la personnalisation des objets mis à la vente. Devant la bonne santé de ce marché, de nombreux « nouveaux » acteurs viennent chasser sur les terres bien bornées des grandes marques connues que sont Aubert, Gautier ou Bébé9.
Ainsi, les enseignes de jouets se positionnent de plus en plus vers l'univers de la déco de la chambre de bébé ou encore des articles de puéricultures. De même, il n'est plus une grande surface qui échappe aujourd'hui aussi à sa quinzaine puériculture ! Les dépôts- vente spécialisés bébé fleurissent aussi un peu partout en France. Il en existerait aujourd'hui plus de 300 juste sur Paris / petite couronne ! Malgré cette concurrence tous azimuts, les grandes chaines spécialisées résistent plutôt bien en raison principalement du conseil ajouté aux jeunes parents au moment du choix des articles.

Les nouvelles pistes à suivre...


L'univers de l'enfance est riche de nouveaux concepts originaux ! Parmi ceux-ci, celui de A la Ribambelle est emblématique. Cette enseigne se positionne sur le créneau de l'organisation d'anniversaires à thème pour les enfants à domicile. Une idée en plein développement qui devrait certainement donner des envies à d'autres réseaux prochainement. Dans le même registre ou presque, l'enseigne Royal Kids commence elle aussi à trouver ses marques. Cette enseigne propose aux enfants un espace sécurisé de jeux avec toboggan, ponts de singes, tyroliennes, piscines à balles, trampolines, ... Tous un univers pour s'amuser en famille comme dans un parc d'attraction. La restauration à thème est encore peu développée en France mais l'apparition de quelques enseignes comme Le rocher aux pirates annoncent un frémissement à suivre.

La personnalisation est également aujourd'hui avec l'avènement des techniques numériques une réalité porteuse de concept. Ainsi, le concept Ma Musique à Moi surfe lui aussi sur la vague actuelle de la personnalisation. En l'espace de 7 ans, Ma Musique à Moi est devenu le leader mondial des produits personnalisés innovants et éducatifs pour les enfants. Dans le même registre, un autre réseau, Personna-Lisez, fait aussi un malheur depuis quelques années avec ses livres aux histoires personnalisées, où les enfants entrent vraiment dans l’histoire. Ils en deviennent l’acteur principal, le héros.

Dominique, Journaliste toute-la-franchise©
Voir le site Franchise enfants
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top