Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche
Financer votre projet

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Voir-rédiger les commentaires Voir les news de ce réseau

Comment Dynaprêt est devenu le leader lyonnais du courtage en prêt immobilier ?

Publiée le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En quelques années seulement, Dynaprêt s’est imposé comme une référence en matière de courtage en prêts immobiliers en région lyonnaise. Un succès rapide dû notamment au modèle économique adopté par ses deux fondateurs, François Maigrot et François Lecerf (respectivement à gauche et droite sur la photo), basé sur une totale gratuité pour le client. Ce succès lyonnais les a incités à lancer, en avril 2018, le développement d’un réseau de concessionnaires pour dupliquer leur réussite dans d’autres villes françaises. François Maigrot revient sur cette success story et présente les opportunités offertes par le concept Dynaprêt.  

Toute la Franchise : Pouvez-vous nous présenter l’historique de l’enseigne Dynaprêt ?

François Maigrot François Lecerf DynapretFrançois Maigrot : En 2013, François Lecerf et moi-même avons chacun créé notre propre société de courtage en crédits sur Lyon au sein d'un réseau existant. On s'est développé chacun de notre côté jusqu’en 2016, date à laquelle le réseau auquel on appartenait a été vendu. Les repreneurs ayant décidé de changer profondément le modèle économique, nous avons décidé, avec François, de quitter ce réseau et de nous associer pour créer notre propre enseigne, avec notre propre stratégie commerciale. C’est ainsi que Dynaprêt est né en avril 2018, du rapprochement et de la fusion de nos deux sociétés. 

TLF : Qu’est ce qui caractérise le concept Dynaprêt ? Comment vous démarquez vous de vos concurrents sur le marché du courtage en crédits ?

FM : Nous nous différencions en fait sur 2 niveaux.

Tout d’abord la rémunération. Aujourd’hui, les courtiers traditionnels ont deux modes de rémunération : une commission versée par la banque et des honoraires facturés au client. 

Les banques rémunèrent généralement les courtiers à hauteur de 1% du montant financé. Cette somme n’impacte absolument pas le client puisqu’elle provient du budget marketing des banques comme rémunération de la prestation du courtier en tant qu’apporteur d’affaires. Le courtier rencontre le client et monte le dossier avant de le transmettre à la banque. Tout ce travail réalisé en amont est rémunéré avec cette commission de 1%. 

En plus de cette commission, les courtiers traditionnels  facturent également des honoraires à leurs clients. Ceux-ci varient largement selon les courtiers, de 800€ à 2500€ en moyenne. Ces honoraires sont soit payés directement par le client, soit intégrés au financement du bien immobilier, ce qui a pour effet d’augmenter le TAEG. 

Chez Dynaprêt on a tout simplement décidé de se priver de cette seconde source de rémunération et donc d’offrir une prestation de courtage totalement gratuite pour nos clients. C’est-à-dire que nous ne facturons aucuns honoraires et nous nous contentons uniquement de la commission bancaire. C’est là notre principal élément de différenciation par rapport à nos confrères. 

Par conséquent on gagne deux fois moins par dossier : c’est mathématique ! Pour compenser ce manque à gagner, on doit donc réaliser au moins deux fois plus de volume. Dans la réalité, grâce à cette gratuité, et la recommandation de nos clients, les courtiers Dynaprêt font entre 3 et 6 fois plus de volume que les autres courtiers. C’est ce modèle qui nous a permis de nous développer et de rapidement devenir numéro 1 sur Lyon en termes de volume. 

Notre seconde différenciation réside sur notre spécialisation. Nous traitons exclusivement des dossiers de prêt immobilier et l’assurance emprunteur associée. Nous ne proposons pas de restructuration de crédits ou de crédits à la consommation, par exemple. Nous nous concentrons sur un seul métier, ce qui nous permet d’être réellement plus performants. Nos courtiers sont focalisés sur un unique objectif et développent une réelle expertise.

TLF : Qu’est-ce qui vous a motivé à rendre votre concept accessible aux entrepreneurs indépendants et à développer un réseau de concessionnaires ?

FM : Nous avions développé le concept pour nous même, pour notre propre structure qui compte aujourd’hui 23 salariés et fait référence sur le marché lyonnais. Nous avons réussi à imposer notre modèle à Lyon en seulement 4 ans, alors que nous sommes tous deux originaires de Lille et n’avions aucun réseau à Lyon, ni personnel ni professionnel. Nous avons alors pensé que le concept que nous avions modélisé et su développer avec succès à Lyon pouvait facilement être dupliqué.

TLF : Quelles sont les perspectives de chiffre d’affaires et de rentabilité d’un concessionnaire Dynaprêt ?

FM : Chez Dynaprêt on compte un conseiller financier pour 50.000 habitants. Un concessionnaire pourra donc constituer une équipe en fonction du nombre d’habitants du secteur qu’il aura pris. En vitesse de croisière, après le second exercice, un conseiller financier Dynaprêt réalise 150.000€ de chiffres. Donc si vous avez un secteur de 200.000 habitants, vous pouvez recruter 4 courtiers et prétendre faire 600.000€ de chiffre. C’est le format d’agence que nous privilégions actuellement dans notre développement : des agences de 4 courtiers sur des secteurs de 200.000 habitants. 

TLF : Quel sont vos objectifs et ambitions en termes de développement ? Avez-vous des secteurs d’implantation prioritaires ?

FM : Lancer le réseau Dynaprêt va permettre d’implanter l’enseigne dans d’autres villes de France et, à plus ou moins long terme, notre ambition est de devenir le courtier de référence au niveau national. 

Mais non, nous n’avons pas de secteurs prioritaires. Tous les secteurs sont intéressants  puisqu’à partir du moment où vous avez au minimum 100.000 habitants sur un rayon de 20 km, vous pouvez ouvrir un cabinet de courtage en prêts immobiliers très rentable, qui peut réaliser 300.000€ de chiffre d’affaires.

Bien évidemment, nous aspirons à nous implanter dans les plus grandes villes de France dans lesquelles nous sommes en mesure de dupliquer ce que nous avons fait à Lyon. Sur les 20 plus grandes villes de France nous pouvons développer des agences comptant jusqu’à une vingtaine de courtiers. Si on prend l’exemple de Bordeaux, très similaire à Lyon, nous pouvons envisager d’avoir, comme à Lyon, une vingtaine de collaborateurs. 

Pour en savoir davantage sur le concept Dynaprêt et les conditions pour devenir courtier concessionnaire du réseau, rendez-vous sur la fiche de présentation Dynaprêt


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 3,4/5 - 6 avis

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cette news. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

Le commentaire que vous déposerez ici sera du domaine public. Si vous êtes intéressé par l'enseigne, ne laissez pas vos coordonnées ici, mais cliquez sur « Demande de documentation » en haut ou bas de page. Merci.

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !