logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close
Financer votre projet

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette
Cyril Peuch

DYNABUY

Cyril Peuch

Partenaire Dynabuy

Enseigne DYNABUY

Les chiffres de ce réseau :

  • - Date de création : 2009
  • - Date de lancement de l'enseigne : 2010
  • - Nombre d’implantations : 91
Créer une surveillance par email

Interview de Cyril Peuch

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En 2015, Cyril Peuch a créé son entreprise avec le réseau Dynabuy (anciennement ACEOS). Il explique pourquoi il a choisi de rejoindre le réseau Dynabuy pour lancer sa nouvelle activité après une carrière militaire, puis dans le commerce international.

Toute la Franchise : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Cyril Peuch : J’ai 43 ans. A l’issue d’une carrière militaire de 9 années au sein d’une unité d’élite, je me suis orienté vers le commerce international. S’en est suivi 15 années d’expatriation (Europe de l’Est/Centrale, Suisse, Chine, UAE) dans des groupes français et anglo-saxon.

TLF : Pourquoi avoir créé votre société avec Dynabuy ? Avez-vous consulté des concurrents de votre enseigne ?

CP : De retour en France pour assurer la scolarité de mon fils dans un environnement plus stable, j’ai souhaité monter mon entreprise. L’idée était déjà mure et j’ai attendu l’opportunité pour la lancer. La franchise était une évidence pour éviter les écueils de la création d’entreprise. Cependant, trouver la bonne franchise est plus compliqué. Je percevais des revenus très confortables en expatriation, il fallait donc que je trouve la franchise qui me garantirait la possibilité de revenus importants sur le court/moyen terme.

J’ai failli me lancer dans les services aux personnes/entreprise, mais l’investissement était de 70K euros pour un métier compliqué et très concurrentiel. Une franchise dans la vente auto, mais qui n’aurait pu me garantir un salaire beaucoup plus élevé qu’un cadre débutant. DynaBuy s’est imposé très rapidement : Les services, la concurrence, les atouts, l’investissement, et l’ambition du groupe.

TLF : Etiez-vous de la profession avant de vous lancer ? Si non, pourquoi avez-vous changé de secteur d’activité ?

CP : Je travaillais dans le secteur du Service & Transport, à destination des entreprises. Seul le produit est différent. Quand on sait vendre du service, on peut tout vendre.

TLF : La formation vous a-t-elle permis concrètement de démarrer votre activité dans des conditions optimales ?

CP : La formation a été adéquate, après quoi il faut un peu de temps pour mettre la machine en route, créer son réseau, développer le discours commercial, etc.

TLF : En termes de chiffre d’affaires, avez-vous atteint vos objectifs ?

CP : La première année était assez faible (6 mois d’activité), mais l’année 2016 est très bonne avec plus de 170K euros à ce jour et je vise un CA de 250 k euros au minimum.

TLF : Quelles actions menez-vous pour développer votre C.A et vos clients ?

CP : Toutes les actions de prospections classiques : cold calls, mailling, recommandation, etc. En 2016, 90% de mon CA vient de mes apporteurs d’affaires (réseau local & adhérents). A ce jour, cela me permet de sous-traiter une partie du phoning pour me libérer du temps sur de gros prospects.

TLF : L’analyse que vous avez menée avant de rejoindre le réseau Dynabuy corrobore-t-elle votre vécu sur le terrain ?

CP : Absolument, la vente B2B se fait toujours avec les mêmes techniques et le produit répond à un besoin. Cela ne veut pas dire que c’est facile à vendre, bien au contraire.

TLF : Auriez-vous pu mener à bien votre activité si vous aviez du la créer seul ?

CP : Non, je n’ai pas la compétence achats pour créer un groupement d’achats, ni le fond nécessaire à lancer un tel projet. Le siège Dynabuy s’occupe de l’opérationnel, et moi de la vente et de la tenue de mes deux départements. Ceci inclue l’organisation mensuelle des rencontres dirigeants, un des services qui ont fait le succès d’ACEOS, devenu le 1er septembre 2016 Dynabuy pour notre développement à l’international.

TLF : Si c’était à refaire, signeriez-vous à nouveau avec votre franchiseur ?

CP : Oui, sortir un salaire de cadre en moins de 2 ans, quelle franchise peut sérieusement l’annoncer ?

TLF : Quels conseils donneriez-vous à tous les candidats intéressés par votre enseigne ?

CP : Expérience managériale B2B, beaucoup d’énergie, de l’ambition, du charisme pour tenir les rencontres dirigeants. Tout cela pour être légitime auprès des chefs d’entreprise qui ne sont pas toujours faciles et ont très peu de temps.

Il faut pouvoir tenir les rênes d’un rendez-vous en face d’un chef d’entreprise bien souvent plus expérimenté. L’écoute est primordiale, ainsi que l’empathie.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

DERNIERES INTERVIEWS DU RESEAU DYNABUY

Créer une surveillance par email
découvrez
le concept
de ce réseau
en détail

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour interview. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Scroll to top