logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette
Tayeb Belghazi

IMMOFINANCES.NET

Tayeb Belghazi

Fondateur du réseau Immofinances.net

Franchise IMMOFINANCES.NET

Les chiffres de ce réseau :

  • - Date de création : 2005
  • - Date de lancement de la franchise : 2009
  • - Nombre d’implantations : 56
Créer une surveillance par email

Interview de Tayeb Belghazi

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Tayeb Belghazi a créé Immofinances en 2005. Pour Toute la Franchise, il revient sur les valeurs humaines qui sont à la base de son concept et ses atouts par rapport à la concurrence.

Toute la Franchise : Votre réseau évolue sur le secteur du courtage en crédits depuis plusieurs années. Comment se différencie-t-il de la concurrence ?
Tayeb Belghazi :
Par ses valeurs humaines. Chez nous, les franchisés ne sont pas là pour faire de l’argent à tout prix, sans se préoccuper des gens qu’ils ont en face d’eux. Notre concept s’appuie avant tout sur le contact humain. Imaginez que je vienne chez vous en tant que courtier. Je vous propose un contrat gratuit, sans le moindre honoraire. Je vous explique notre mode de fonctionnement et vous allez très vite comprendre qu’Immofinances est un échange de services. Chacun a tout à gagner en passant par notre réseau. Le but n’est pas de tirer la couverture à soi, mais bien de partager ! Du coup, j’aime à dire que notre métier est avant tout d’animer un réseau.

TLF : Qu’entendez-vous par « animer un réseau » ?
T.B. :
Une très grande partie du travail des franchisés repose sur l’animation de leur réseau de contacts. Nos clients nous arrivent par trois biais différents. Ils viennent d’une part des prescripteurs, chez qui nous installons un logiciel spécifique qui va leur permettre de nous fournir les coordonnées de clients potentiels. Dans ces cas-là, nous leur rétrocédons 50% de la commission que nous verse le banquier.
Une grosse part de nos clients nous arrive également via le système de parrainage : pour que le principe du 100% gratuit puisse perdurer, nous expliquons à nos clients qu’il est bien de nous recommander à leur entourage. Et ils le comprennent parfaitement, d’autant qu’en tant que parrain, ils reçoivent des chèques cadeaux. Ce bouche à oreille nous permet d’avoir de nombreux nouveaux clients, séduits par la recommandation qui leur a été faite.
Enfin, notre dernier levier est internet. Comme ça coûte très cher d’être présent sur le net, nous avons développé une stratégie particulière, en mettant en place tout un ensemble de sites pour chaque mot clé de notre activité. Les demandes de renseignements qui sont faites sur chaque portail alimentent un seul et même pro logiciel, permettant de nourrir la base de clients.

TLF : Le bouche à oreille est donc capital dans votre activité ?
T.B. :
Il représente environ 80% de notre compte d’exploitation. C’est pour cela qu’il faut respecter les règles et faire les choses correctement. La qualité paie toujours et Immofinances a tenu à se bâtir sur une qualité exemplaire.

TLF : Pour arriver à une qualité exemplaire, vous devez forcément recruter des franchisés qui le sont également. Quels profils privilégiez-vous ?
T.B. :
En règle générale, je ne prends pas de courtier ! Pour le reste, si on veut intégrer Immofinances, il faut aimer les gens, aimer le contact et vouloir rendre service. Et puis il faut avoir envie de travailler. Quelqu’un qui veut uniquement gagner de l’argent ne pourra pas réussir dans notre groupe, car ce n’est pas du tout notre philosophie. Nous ne sommes pas là pour abattre du client à tout prix. Inutile d’être un requin pour devenir courtier avec moi, bien au contraire !

TLF : Comment se passe le recrutement de vos franchisés ?
T.B. :
Le premier contact est avant tout une mise en confiance. Nous leur transmettons toutes les informations par pallier, pour qu’ils aient bien le temps de tout assimiler. Il faut qu’une confiance mutuelle s’installe avant de travailler ensemble. C’est pour cela que je leur propose douze semaines de réflexion avant la signature définitive. Pendant ce laps de temps, ils ont absolument tous les éléments en main, pour vraiment voir ce qu’est le concept. Je leur conseille aussi d’appeler les franchisés en place, pour obtenir leur ressenti directement. C’est très important, si on veut bâtir une histoire ensemble, de savoir exactement où on va. Et en général, ils voient très rapidement que nous ne leur vendons pas du vent. Ils se rendent compte que nous sommes dans le vrai, et qu’ils ont tout avantage à nous rejoindre.

TLF : De quelle formation bénéficient-ils ?
T.B. :
Depuis janvier 2012, notre activité est réglementée ; nous sommes donc passés d’une semaine de formation à trois. Les deux premières se passent dans notre école partenaire, tandis que j’anime moi-même la troisième. C’est vraiment une approche pragmatique. Nous ne sommes pas des touristes du courtage en crédit ! A l’issue de cette formation, les franchisés sont opérationnels et ont une pêche de folie. Pourtant, ce ne sont pas des petits jeunes tout juste diplômés que nous recrutons. Ils ont tous une expérience professionnelle, mais le concept les motive à fond et ils sont ultra-pressés de démarrer !

TLF : Une fois en place, comment sont-ils accompagnés ?
T.B. :
Le réseau est composé de Senior managers, qui gèrent, au niveau régional, tous leurs franchisés. Ils les accompagnent dans les différentes démarches, animent leur réseau et créent l’émulation sur leur secteur. Nous sommes organisés en 23 secteurs et même si nous sommes encore un petit réseau, nous savons exactement où nous allons.

TLF : Quels sont vos objectifs de développement ?
T.B. :
Quand nous avons créé le réseau, nous avons dessiné une carte de France, en repérant 112 villes qui nous paraissaient intéressantes à développer. Ces secteurs sont dessinés, il faut maintenant les habiter. Je pense que de nombreux candidats vont se rendre compte que notre concept vaut de l’or. Beaucoup de gens peuvent s’y retrouver et gagner leur vie avec. Nous n’avons pas un fonctionnement archaïque, nous ne vendons pas du vent et nous nous adaptons aux nouveaux comportements de la société. Une phrase résume bien notre philosophie : « Ne plus perdre sa vie à la gagner ». Tous ceux qui se retrouvent dans cette phrase ont avantage à nous rejoindre !

Sandrine Cazan, Toute la Franchise ©

Nos interviews sont la propriété de Toute la Franchise.com et sont destinées à la diffusion exclusive sur les sites du Groupe Toute la Franchise.com

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

1 commentaire

  • 11/05/2012 09:50:14 - Tayeb Belghazi

    je félicite la journaliste, Mme Cazan d'avoir rapporter fidèlement mes propos Belghazi Tayeb Executive Manager

laisser un commentaire

Le commentaire que vous déposerez ici sera du domaine public. Si vous êtes intéressé par l'enseigne, ne laissez pas vos coordonnées ici, mais cliquez sur « Demande de documentation » en haut ou bas de page. Merci.

250 caractères restants

Scroll to top