logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Focus : le secteur de l'habillement - Partie 1 / 4 - Une multiplicité d'acteurs

Publié le
Partie 1 : L'habillement : Une multiplicité d'acteurs
Partie 2 : L'habillement : Un secteur frappé de plein fouet par la crise
Partie 3 : L'habillement : Des réseaux le plus souvent intégrés
Partie 4 : L'habillement : Un secteur en pleine mutation
Focus : le secteur de l'habillement
Le secteur de l'habillement est largement investi par les réseaux qui réalisent à eux seuls environ la moitié du chiffre d'affaires global de la branche. Chahutés par la crise, en concurrence avec les entreprises indépendantes de commerce d'habillement, les grandes surfaces alimentaires, les grands commerces généralistes mais aussi de plus en plus par la vente par correspondance et le e-commerce, les points de vente d'habillement en réseaux doivent redoubler d'innovation et de réactivité pour poursuivre leur développement.

L'habillement : Une multiplicité d'acteurs
L'habillement est un secteur d'activité où les acteurs sont multiples. Aux côtés des enseignes spécialisées fonctionnant en réseau de franchise ou en réseau intégré, coexistent de nombreux commerces indépendants multimarques, mais aussi des rayons textiles en hyper et super marchés, des rayons dédiés dans les grands magasins, et de plus en plus des boutiques en ligne.

Les commerces indépendants :
Avec 43 800 entreprises indépendantes et 55 000 points de vente répartis sur tout le territoire français, le secteur du commerce indépendant de l'habillement est une branche d'activité importante en France (17 milliards d'euros de chiffre d'affaires). Selon les chiffres officiels de la FNH (Fédération nationale de l’habillement) et la CNDL (Chambre nationale des détaillants en lingerie) la branche totalise 120 000 actifs, dont 80 000 salariés. Les 2/3 des entreprises comptent entre 1 et 5 salariés. Parmi ces salariés, 22% travaillent dans des boutiques franchisées ou en commission affiliation. Le turn over est largement plus lent dans les commerces indépendants qu'en franchise (8 ans d'ancienneté en moyenne pour les commerces indépendants). Le secteur est très fortement féminisé : 85% des salariés sont des femmes et 68% des dirigeants sont des femmes ! Dans 20% des entreprises, le dirigeant travaille avec son conjoint En terme d'implantation, le centre-ville reste une valeur sûre (84% des commerces d'habillement indépendants sont localisés en centre ville). Les commerces indépendants captent environ 20% des chiffres d'affaires du secteur.

Les commerces en réseaux :
Selon les chiffres de l'Insee datant de 2006, plus de 300 réseaux (hors chaussures et hors vêtements de sports) étaient spécialisés dans l’habillement. Ils regroupaient sous leurs enseignes près de 22 000 points de vente réalisant en 2006 un chiffre d’affaires de 19,6 milliards d’euros, soit environ la moitié de la dépense totale des ménages en habillement. Toujours selon l'Insee, les réseaux de l’habillement comportaient en 2006 en moyenne 68 points de vente, pour un chiffre d’affaires moyen de 61,5 millions d’euros. Cette moyenne cachait toutefois de grandes disparités : « Les 45 plus grands réseaux en nombre de points de vente couvrent la moitié des points de vente et du chiffre d’affaires total des réseaux de l’habillement. 75 % des points de vente et du chiffre d’affaires sont couverts par les 98 plus grands réseaux. À l’opposé, les 105 réseaux les plus petits représentent moins de 5 % des points de vente. » La moitié des réseaux ont moins de 35 points de vente ou réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 15 millions d’euros.

Les hypers et supermarchés : Les grandes surfaces alimentaires proposent quasiment toutes des rayons habillement. La plupart des enseignes ont développé ces dernières années des collections sous marques distributeurs tant pour les enfants que pour l'homme ou la femme. Historiquement bien placées sur le créneau du vêtement à bas prix, les grandes surfaces connaissent depuis quelques années des revers de fortune avec l'arrivée de plus en plus de nouvelles enseignes low cost. Cette concurrence de plus en plus agressive écorne chaque mois d'avantage les parts de marché de la grande distribution alimentaire. Ainsi, en 2008, les supers et hypers totalisaient 13,7 % en part de marché contre 13 % en 2009.

La vente à distance et le e-commerce : Encore largement minoritaire en parts de marché, la vente à distance connait depuis l'essor de l'internet un vrai renouveau. Boosté par les déstockages et les ventes privées, la vente à distance bouleverse le paysage actuel du secteur de l'habillement en instaurant une logique de soldes en permanence là où les indépendants sont soumis à des obligations réglementaires strictes. Selon les chiffres de la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance), le chiffre d’affaires global des ventes sur internet a atteint 25 milliards en 2009. Au premier semestre 2009, les ventes de vêtements en ligne comptaient pour 5,6 % de l’ensemble des dépenses d’habillement des Français, soit l'équivalent sur le marché à celui des grands magasins.


Dominique, Journaliste toute-la-franchise©
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top