logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Diagnostics immobiliers : des perspectives toujours bonnes pour 2012

Publié le

En mai dernier, le cabinet d'études sectorielles Xerfi publiait les résultats d'une étude dédiée au marché des diagnostics immobiliers.

Selon cette étude, l'année 2011 devrait tenir toutes ses promesses avec une progression estimée à 6 % et 2012 fera mieux avec une progression estimée à 8 %.

Dans son étude intitulée « Le marché des diagnostics immobiliers Analyse du marché et prévisions 2012 - Performances financières de la profession - Enjeux et facteurs de mutation », publiée en mai dernier, le cabinet d'études sectorielles Xerfi dresse le portrait d'un secteur qui ne connait (presque) pas la crise. « Les perspectives des diagnostiqueurs immobiliers s’annoncent favorables à court terme.

Le chiffre d’affaires de la profession progressera significativement en 2011 (+ 6 %) et en 2012 (+ 8 %) ». Comment Xerfi arrive à ces chiffres ? En fait selon ce cabinet, l’activité des diagnostiqueurs immobiliers « sera en grande partie portée par le maintien à haut niveau des transactions de logements dans l’immobilier ancien. » De manière secondaire, la mise en place de nouveaux diagnostics notamment autour des dispositifs d’assainissement non collectif et l’obligation de l’affichage du diagnostic de performance énergétique (DPE) sur les annonces de vente ajoutent à la bonne santé de ce marché. Ceci étant, tout n'est pas rose au pays des diagnostiqueurs immobiliers, loin s'en faut !

Une concurrence de plus en plus exacerbée

Comme le souligne Xerfi, la concurrence fait rage sur le marché du diagnostic immobilier. L'abondance de l'offre a obligé les acteurs du secteur a revoir leurs tarifs à la baisse (- 6 % entre 2009 et 2011).
L'émergence de modèles « low cost » ces dernières années combinée au développement des comparateurs de prix en ligne va également dans le sens de prix de plus en plus tirés. Du coup, les marges d'exploitation sont en net recul, mais restent toutefois suffisamment attractives pour attiser de nouvelles convoitises. Preuve en est avec l'arrivée récente sur le marché de nouveaux acteurs issus de grands groupes des filières énergie, mais aussi bancaires et immobilières. « Ces groupes pénètrent le secteur du diagnostic avec l’ambition de proposer une offre complète en matière de conseil et de financement des travaux de rénovation énergétique et plus généralement de services immobiliers » précise Xerfi.

Et bien évidemment, ces nouveaux entrants viennent directement chasser sur les terres des acteurs historiques du secteur (filiales de bureaux de contrôle et d'inspection, réseaux de franchisés indépendants, bureaux d'études techniques du bâtiment et entrepreneurs indépendants). La bataille ne fait que commencer semble-t-il, et déjà des stratégies de riposte émergent.

Les stratégies de riposte des acteurs historiques

Afin d’enrayer « cette dangereuse spirale déflationniste et de rehausser leurs marges, les opérateurs

doivent axer leur stratégie autour de deux grands objectifs » estime Xerfi. Le premier objectif est de diversifier les sources de revenus. Cette diversification passe par la mise en place de diagnostics complémentaires, de conseil en économie d'énergie et des opérations plus globales de diagnostic dans les immeubles et le tertiaire.
Ces services en plus ne pourront clairement être proposés que par des grands groupes bien structurés. « L’atteinte de la taille critique va d’ailleurs être de plus en plus cruciale, favorisant par voie de conséquence la domination des grands réseaux » prévoit Xerfi. Le second objectif est d'ériger des barrières à l'entrée sur le marché pour limiter la multiplication de nouveaux entrants.

Les pouvoirs publics ont déjà commencés à travailler dans ce sens en annonçant fin 2010 le renforcement prochain des critères d'agrément pour obtenir la certification. Ce durcissement des critères vise la professionnalisation des acteurs à moyen terme ce qui devrait de fait avoir un effet direct sur la concurrence anarchique que connait le secteur.

D'autres stratégies de riposte sont également évoquées par Xerfi comme notamment la création de nouvelles synergies avec les sites d'annonces immobilières sur internet qui sont de plus en plus souvent des prescripteurs de poids du diagnostic immobilier ou encore l'extension de la présence sur le territoire des réseaux pour mieux capter localement la clientèle.

De belles opportunités pour les réseaux de franchise

Dans ce panorama dressé par Xerfi, il semble bien que les réseaux en franchise aient de vraies opportunités à saisir dans les prochaines années.
Pourquoi ? En fait, comme le souligne l'enquête, le marché est en profonde mutation. La mise en place des lois du Grenelle de l'environnement booste le marché de la rénovation thermique des bâtiments.

Et Xerfi d'expliquer, « le critère énergétique (et donc le DPE) prend une importance croissante sur le marché immobilier, avec d’une part l’affichage de la classe énergétique dans les petites annonces immobilières, et d’autre part le conditionnement du montant du nouveau prêt à zéro (PTZ+) à cette classe énergétique. » Le marché du diagnostic immobilier est ainsi assuré dans les prochaines années d'un fond de roulement croissant. D'un autre côté, le durcissement des conditions d'agrément favorise la professionnalisation des pratiques.
Et qui dit professionnalisation dit formation initiale, formation continue et veille règlementaire. Trois points sur lesquels les réseaux sont d'ores et déjà opérationnels. La tendance insufflée par les nouveaux entrants vers une multiplication de nouveaux services complémentaires profite également aux réseaux d'indépendants. Pourquoi ? En fait les grands groupes bancaires ou immobiliers qui viennent tout juste d'investir le marché avec des offres complètes s'exposent à « un possible risque de conflit d’intérêt entre le prescripteur de travaux, celui qui les finance et l’intermédiaire en charge de la transaction… ».

Face à ce risque de collusion, l'indépendant a une carte certaine à jouer. En plein essor depuis une douzaine d'années, le marché du diagnostic immobilier est porté par le règlementaire. La redistribution actuelle des parts de marché devrait profiter aux véritables enseignes spécialisées qui peuvent justifier d'une implantation au plus proche du consommateur. Marché de proximité par excellence, le diagnostic immobilier est l'un des rares actuellement a n'avoir rien à craindre de la mondialisation.

Les réseaux à suivre...

Plusieurs réseaux de diagnostics immobiliers recrutent des nouveaux franchisés sur l'ensemble du territoire français. Parmi ceux-ci, le plus ancien et le mieux développé est sans conteste le réseau Agenda. Leader national en franchise sur son secteur avec 15 % de parts de marché, Agenda est une enseigne repère dans le paysage du diagnostic immobilier. D'autres réseaux plus récents sont dans ses traces parmi lesquels Diagamter (110 franchisés), Defim (52 franchisés), ou encore Omega Expertise (33 franchisés). Plusieurs tout jeunes réseaux démarrent tout juste leurs recrutements comme notamment Arliane Diagnostic Immobilier (22 licenciés), Activ'Expertise (6 franchisés), ABC Immodiag (2 franchisés) et O2 Diagnostics (1 franchisé).

Agenda : Créé en 1994, ce réseau compte 203 cabinets répartis sur toute la France. Quelques secteurs sont encore disponibles chez Agenda : les départements de l'Ardèche (07), de L'Indre et Loire (37), du Jura (39), de la Corrèze (19) et de la Haute-Loire (43) dans leurs totalités mais aussi quelques secteurs départementaux partiels comme dans le Puy de Dôme (63 Nord & 63 Sud), à Paris (1er + 6ème + 7ème arrondissements), en Moselle (57 Est), en Seine et Marne (77 Nord), dans les Hauts de Seine (92 Centre et 92 Sud) ou dans les Côtes d'Armor (22 Saint Brieuc ...). Pour rejoindre Agenda, le candidat doit posséder une expérience de plus de trois ans dans le secteur du bâtiment ou du diagnostic ou un diplôme de niveau IV bâtiment. Les candidats qui ne peuvent justifier de cette expérience ou de ce diplôme peuvent suivre une formation en partenariat avec un organisme agréé par l'enseigne. L'apport personnel minimum requis est des 50 000 € (investissement global 80 000 €).

Diagamter : Lancé en franchise en 1999, ce réseau compte actuellement 110 cabinets et poursuit ses recrutements sur un grand nombre de secteurs géographiques. A terme, le réseau compte atteindre 180 cabinets ouverts sur toute la France. La proposition de franchise du réseau Diagmanter s'adresse d'une part aux professionnels qui exploitent déjà un cabinet de diagnostic et d'autre part, les candidats débutants dans l'activité. Pour rejoindre le réseau, le candidat doit disposer de 10 000 € d'apport personnel minimum (investissement global à partir de 40 000 € sans pas de porte obligatoire).

Defim : Créé en 2001 et lancé en franchise en 2007, le réseau Defim compte actuellement 52 cabinets en France et poursuit son développement. Pour rejoindre le réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 20 000 € (investissement global à partir de 58 000 €).

Omega Expertise : Créé en 2005 et lancé en franchise en 2007, le réseau Omega Expertise multiplie les ouvertures de nouveaux points de vente en franchise. Actuellement fort d'une trentaine de cabinets répartis sur l’ensemble du territoire national, le réseau a la volonté d’implanter, à terme, plus de 250 agences. Pour rejoindre Omega Expertise, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 10 000 € (investissement global entre 40 et 60 000 €).

Arliane Diagnostic Immobilier : Créé en 2007 et lancé en réseau en 2010 sur le modèle de la licence de marque, le réseau Arliane souhaite intégrer 10 à 15 « licenciés » maximum par an pour un développement maîtrisé. Pour rejoindre le réseau Arliane, le candidat doit disposer de 20 000 € minimum d'apport personnel (investissement global à partir de 60 000 €).

Activ'Expertise : Créé en 1999 et lancé en réseau en 2010 sur le modèle de la licence de marque, le réseau Activ'Expertise propose à ces affiliés une méthode commerciale innovante de terrain. Pour rejoindre le réseau Activ'Expertise, le candidat doit disposer de 10 000 € minimum d'apport personnel (investissement global à partir de 30 000 €).

 

Retrouvez les enseignes de diagnostics immobiliers sur les sites suivants :

- franchise diagnostics immobiliers
- diagnostics immobiliers sur TOUTE LA FRANCHISE

- ouvrir une franchise de diagnostics immobiliers

Dominique André-Chaigneau, RédactionTOUTE LA FRANCHISE ©

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top