logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeIcon/playICON/24/pinicon-my-accounticon-metas-turnovericon-metas-ticketicon-metas-moneyicon-metas-investmenticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-contributions-trainingicon-contributions-funding-assistanceicon-contributions-franchiseicon-checkicon-carticon-arrow-right-thinicon-arrow-linkicon-alerticon-action-close

Choisir sa franchise de supérette et magasin de proximité

3 critères pour choisir sa franchise de supérette

Publié le

Alors que la proximité est l’un des formats les plus dynamiques du commerce alimentaire, si vous souhaitez ouvrir une supérette ou un magasin de proximité, vous devez choisir pour cela l’enseigne avec laquelle créer votre entreprise. Voici trois critères pour choisir votre franchise de supérette ou de magasin de proximité.

Choisir sa franchise de supérette et magasin de proximité

L’apport personnel : premier critère de choix

Le premier critère de choix d’une franchise de supérette est l’apport personnel disponible du candidat à la franchise. En effet, si votre épargne et vos aides, cumulées, ne dépassent pas 75.000€, alors inutile d’étudier les concepts de franchises qui exigent des investissements importants. Heureusement, il existe de nombreux concepts de supérettes accessibles à tous les profils de candidats à la franchise. En moyenne, il faudra compter entre 30.000€ et 75.000€ d’apport personnel pour ouvrir sa franchise de supérette.

Une supérette rurale, de quartier ou saisonnière

Le deuxième critère de choix est extrêmement important en ce qu’il détermine également la philosophie de la supérette ainsi que le rapport du gérant à sa clientèle. En effet, il est possible d’ouvrir une supérette de proximité :

  • Au cœur des quartiers, dans les villes : si certains clients sont fidèles et s’il est possible de nouer des relations avec eux, les supérettes de quartiers assurent essentiellement des achats de dépannage et diversifient leur activité avec une offre de snacking importante permettant de répondre à tous les moments de consommation de la journée. L’approvisionnement est facile, rapide et performant mais les loyers peuvent être importants et impactent les prix.
  • Les supérettes de communes rurales : elles sont bien souvent les derniers commerces qui existent dans certaines communes, désertées y compris par les boutiques d’artisans traditionnels (bouchers, boulangers, etc.). Leur offre est donc large, elles diversifient leurs services (et proposent même de plus en plus des services de retraits d’argent, des services postaux et bancaires, etc.). Elles ont un rôle essentiel pour les publics dits empêchés : les personnes âgées et les personnes à faible mobilité. Le gérant établit généralement un lien fort avec la clientèle et sa boutique est le principal acteur du lien social dans la commune.
  • Les supérettes saisonnières : implantées dans des communes touristiques, les supérettes saisonnières voient leur activité décupler pendant les saisons touristiques et baisser considérablement, voire chuter, hors saison, en particulier si la zone de chalandise comporte des supermarchés, qui leur font une concurrence directe et forte. Au quotidien, donc, hors saison, la supérette saisonnière est à mi-chemin entre la supérette de dépannage de quartier et la supérette rurale, selon les zones de chalandise. En saison, le gérant est un manager et un gestionnaire habile et hyperactif capable de remplacer au pied levé n’importe lequel de ses salariés pour assurer un service intense et long.

S’il convient de faire la distinction entre ces différents types de magasins, c’est parce que chaque franchise de supérette s’est positionnée sur l’un de ces créneaux spécifiques. Or, ces positionnements, pour le gérant, reviennent à un projet de vie. Il convient donc de sélectionner l’enseigne qui correspond avec le projet de vie.

Supérette bio ou pas

Le marché de l’alimentaire bio a bondi de 80% entre 2011 et 2016. De fait, en 2018, 92% des consommateurs avaient consommé du bio sur les 12 mois précédents, 16% consommaient du bio quotidiennement et le marché de l’alimentaire bio a même atteint près de 12 milliards d’euros en 2019. Or, si la grande distribution capte les plus grandes parts de marché, à 55%, les commerçants de proximité et les artisans captent 6% de ce marché et les magasins spécialisés 28%. D’ailleurs, les franchises de magasins bio enregistrent depuis 2007 une croissance moyenne de 15% par an.

Si vous êtes sensible aux questions environnementales et au développement d’alternatives à l’agriculture dite conventionnelle, sachez qu’il est donc plus que jamais pertinent d’ouvrir une supérette de proximité bio pour exercer une activité qui a du sens tout en bénéficiant d’un marché porteur.

Et ce, d’autant plus que les supérettes bio, généralement urbaines, échappent au format classique des supérettes de quartier : elles ne sont pas uniquement utilisées pour des courses de dépannage et la clientèle y est généralement fidèle. Il est donc possible d’établir une véritable relation de proximité avec ses clients ainsi qu’avec des producteurs et artisans locaux pour proposer une offre complète, bio et locale à une clientèle toujours plus exigeante et en quête d’une consommation plus responsable.

Vous disposez maintenant de toutes les clés pour choisir votre franchise de supérette. Une fois que vous aurez choisi votre enseigne, n’hésitez pas à consulter nos autres articles de conseils.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 4,5/5 - 3 avis

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top