logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

La coiffure : un complément d’activité à fort potentiel !

Zoom sur un métier idéal pour un salon de beauté ou un exercice à domicile

Publié le

S’il est certes évident que le métier de coiffeur destine a priori à exercer en salon de coiffure voire à gérer un salon, la coiffure apparaît également comme un excellent complément d’activité, soit pour des salons d’esthétique « traditionnels », soit pour des salariés qui disposent de la compétence et souhaiteraient exercer comme coiffeurs à domicile, pour arrondir les fins de mois. La coiffure : un excellent complément d’activité à fort potentiel.

Une prestation complémentaire pour les instituts de beauté

La coiffure comme complément d'activitéSelon l’institut d’études Businesscoot, on comptait en France, en 2016, près de 40 000 instituts de beauté, dont 80% n’employaient aucun salarié, se partageant un marché de près de 3 milliards d’euros. La concurrence est donc rude entre les différents acteurs du secteur, qui doivent par conséquent trouver des solutions, non seulement pour attirer et fidéliser la clientèle, de plus en plus volatile, mais aussi développer des compléments de revenus sur la clientèle existante. Parallèlement, le marché de la coiffure représente quant à lui un potentiel de 900 000 clients pour un chiffre d’affaires de près de 6 milliards d’euros.

Dans le détail, il apparaît que les clients des salons de coiffure engagent un ticket moyen de presque 35€ et effectuent en moyenne 6,6 visites par an. Chaque nouveau client de l’activité coiffure peut ainsi rapidement générer un chiffre d’affaires complémentaire de 230€ environ. Enfin, selon l’Union Nationale des Entreprises de Coiffure, le chiffre d’affaires moyen d’un salon de coiffure est de 75 700€ annuels, dont une part toujours croissante est composée de ventes additionnelles de produits (8% du CA en moyenne !).

Dès lors, sur un marché aussi concurrentiel que l’esthétique, le potentiel offert par le marché de la coiffure peut faire rêver plus d’un gérant d’institut de beauté. Et à raison ! La coiffure apparaît en effet comme un excellent complément d’activité pour les salons d’esthétique souhaitant diversifier leur offre, améliorer l’expérience client tout en retenant captifs les consommateurs. Et ce, tout en multipliant les sources de revenus ! D’autant plus que le fait de proposer des prestations de coupes de cheveux pour femmes, notamment, ouvre la vente de produits complémentaires, qui peut représenter une part importante de chiffre d’affaires.

Par ailleurs, les prestations de coupes de cheveux pour hommes peuvent attirer une nouvelle clientèle peu habituée aux instituts de beauté à laquelle il sera possible de proposer des prestations d’esthétique dédiées (le marché des cosmétiques pour hommes était estimé à 1 milliard d’euros en 2014 en France !). En effet, la part des hommes dans le chiffre d’affaires des salons de coiffure augmente de 1% par an en moyenne depuis 5 ans, représentant aujourd’hui environ 25% du CA des salons.

Le boom de la coiffure à domicile

Selon les Chambres des Métiers et de l’Artisanat, ces dernières années, la coiffure à domicile a connu un essor fulgurant. Ainsi, l’activité a doublé une première fois entre 2000 et 2007 puis une deuxième fois entre 2007 et 2017. A tel point qu’en 2018, la coiffure à domicile représentait à elle seule 25% de l’activité de tout le secteur. Longtemps considérée comme insignifiante par les acteurs du secteur, cette activité représenterait à elle seule, selon l’institut d’études Businesscoot, un segment de marché de 375 millions d’euros, avec une croissance annuelle moyenne de 6%. Toujours selon l’institut d’études, chaque année, pas moins de 70 000 clients (à comparer aux 900 000 clients qui se rendent chaque année dans un salon, soit un peu moins de 10%) se font coiffer à domicile.

Et bien évidemment, si la coiffure à domicile a connu un tel succès, c’est grâce notamment à la création du régime de l’autoentreprise, fusionné depuis avec le régime plus général de la microentreprise. Egalement, la disparition progressive des salons de coiffure en zones rurales a permis le développement d’activités de coiffure à domicile dans ces zones délaissées. Le vieillissement de la population et la perte de mobilité d’une part grandissante de la population joue également en faveur de cette approche du métier.

De fait, entre la coiffure pour les mariages, la coiffure dans les EHPAD, maisons de retraite et autres institutions de type foyer et, bien sûr, les interventions au domicile, l’activité bénéficie d’un large potentiel de prestations.

Toutefois, il apparaît que ces prestations peuvent difficilement constituer une activité à temps plein. En effet, la rémunération mensuelle brute d’une coiffeuse à domicile est comprise entre 702€ et 2 084€, avec une moyenne à 1 209€. Par conséquent, si la coiffure à domicile semble mal se prêter à une activité à temps plein, elle représente un excellent complément d’activité, notamment à un travail salarié.

Attention toutefois : pour exercer comme coiffeuse à domicile en plus d’un emploi salarié dans un salon, il faut impérativement l’accord de son employeur. Accord qui peut être difficile à obtenir tant les deux activités peuvent entrer en concurrence (à l’exception, peut-être, des interventions dans les foyers, EHPAD, etc. puisque, par définition, ces interventions permettent de compenser l’incapacité de déplacement des résidents). En revanche, il est tout à fait possible d’exercer comme coiffeuse à domicile en étant salariée dans un autre domaine par ailleurs. Il est cependant indispensable d’être titulaire, pour cela, au minimum d’un CAP Coiffure, diplôme de plus bas niveau permettant d’exercer en tant que coiffeur, salarié ou indépendant.

Et bien sûr, le dynamisme du marché de la coiffure permet également de choisir d’exercer en pleine activité. La franchise offre sur ce point de nombreux avantages : il n’est pas anodin que les salons franchisés, qui représentent moins de 10% du nombre d’établissements, représentent en revanche entre 25% et 30% du chiffre d’affaires du secteur dans son ensemble ! Ce seul chiffre donne une image de la performance de la coiffure en franchise. C’est pour maintenir cette tendance et poursuivre leur montée en puissance que es enseignes telles que VOG Coiffure, Tchip Coiffure, Kids Poux, Franck Provost, Dessange, Ciao les poux, Bleu libellule, Barber Men ou encore Addict Paris continuent de recruter des candidats à la franchise.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 4,7/5 - 3 avis

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top