logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Zoom sur le marché de la beauté et les nouvelles tendances

Ongles, regard, bio, clean, anti-pollution, onco-esthétique et tendances venues d'Asie !

Publié le

Depuis près de 10 ans le marché de l’esthétique, de la beauté et des cosmétiques connaît une croissance constante qui perdure malgré les perturbations, prouvant la vitalité du secteur et sa capacité à innover pour s’adapter aux nouvelles tendances. Tendances, justement, qui voient s’imposer le bio et, plus encore, le « clean » comme mot d’ordre d’un côté tandis que l’esthétique « réparatrice », ou onco-esthétique, se développe de manière considérable. Du côté des services, la beauté du regard, des ongles et le sur-mesure s’imposent comme les locomotives. Quel est l’état du marché de l’esthétique en France en 2019 ? Quelles sont les nouvelles tendances à adopter impérativement pour gagner des parts de marché ? Eléments de réponse.

Esthétique, beauté : état du marché en 2019

Selon la confédération nationale artisanale des instituts de beauté, le secteur comptait, en 2016

  • 54 000 entreprises en France
  • 75 000 emplois
  • 2,7 milliards d’euros de CA

La répartition de l’activité se fait quant à elle comme suit :

  • Epilation : 59%
  • Onglerie : 15%
  • Prestations corps : 10%
  • Prestations visage : 8%
  • Maquillage : 8%

Etat du marché de la beauté et nouvelles tendancesMais ces chiffres ne doivent pas effacer une donnée étonnante du secteur : toujours selon le syndicat professionnel, 80% des entreprises du secteur n’emploient aucun salarié. Les revenus des dirigeants d’entreprises spécialisées dans la beauté et l’esthétique, tous domaines confondus, sont par ailleurs globalement faibles. En effet, seuls 6,45% des dirigeants gagnent plus que 2 SMIC tandis que près de 70% ne gagnent que le SMIC ! Sur le secteur de la beauté comme dans bien d’autres secteurs, donc, la création d’entreprise en franchise apparaît comme une évidence pour bénéficier de la force d’une enseigne nationale, d’une grande notoriété, d’un modèle économique performant et éprouvé et, ainsi, d’une bonne rentabilité.

Cosmétiques : état du marché en 2019

Leader mondial du secteur avec un chiffre d’affaires de près de 15 milliards d’euros et une balance commerciale positive de plus de 10 milliards, la France est et reste la locomotive des cosmétiques. De fait, les Français.e allouent en moyenne 10% de leurs dépenses de consommation aux produits cosmétiques, avec une moyenne annuelle d’environ 250€ par femme, seulement pour du maquillage.

Mais la grande nouveauté sur le marché des cosmétiques, c’est le net recul de la grande distribution qui, si elle reste leader des ventes avec environ 40% de parts de marché, perd du terrain au profit des boutiques spécialisées qui représentent, elles, 5% de parts de marché.

Fait notable également, c’est majoritairement dans les réseaux de parfumeries que les femmes achètent leur maquillage (27% des achats) tandis que les grandes surfaces sont privilégiées pour les soins du visage (25%), loin devant les boutiques spécialisées (10%).

Compte tenu de cette tendance globale à la baisse de la prédominance de la grande distribution, y compris dans le secteur des cosmétiques, il y a donc un fort potentiel de développement pour les boutiques spécialisées, et donc de belles opportunités de business à créer son magasin de cosmétiques et parfums. Là encore, la franchise ou la commission-affiliation disposent d’atouts non négligeables pour séduire les porteurs de projets.

La beauté des ongles : une activité toujours très dynamique

D’après une étude américaine spécialisée sur le secteur, le marché de la beauté des ongles devrait atteindre plus de 15 milliards de dollars d’ici 2024, avec une croissance moyenne composée de 9,5% par an. Et la grande surprise de cette étude, c’est que l’Europe, talonnée par l’Amérique Latine, est la locomotive du secteur, puisqu’elle constitue le principal marché des produits pour les ongles.

De fait, depuis leur arrivée en France, en 2010, les bars à ongles et autres corners et instituts spécialisés dans la beauté des ongles fleurissent un peu partout dans l’Hexagone, en particulier dans les galeries marchandes et les centre-ville, et les points de vente affichent des résultats insolents ! A titre d’exemple, un point de vente L’Onglerie, leader du secteur en France, génère en moyenne 150 000€ de CA.

2019 signe donc le maintien d’une tendance initiée il y a plusieurs années déjà : la beauté des ongles s’impose comme l’un des secteurs les plus porteurs du marché de l’esthétique en France.

La beauté du regard : l’autre spécialité qui monte

Toutes les études portant sur le marché de l’esthétique révèle qu’un  nouveau segment représente une forte tendance de fond : la beauté du regard. Rentable pour les clientes comme pour les entrepreneurs, ces points de vente hyperspécialisés ont le vent en poupe. 2 enseignes ne s’y sont d’ailleurs pas trompées qui se développent en franchise justement sur ce segment : Au comptoir du regard et BAB Bar à Beauté, qui annoncent respectivement des CA prévisionnels moyens, par point de vente, de 220 000e et 170 000€ !

L’esthétique aussi se met au vert !

C’est une lame de fond qui touche tous les secteurs d’activités et l’esthétique, la beauté, le bien-être ne sont évidemment pas épargnés : le bio s’investit désormais massivement dans le domaine, sous l’impulsion de quelques marques, et des consommatrices, toujours plus en demande de produits respectueux de l’environnement. En 2019, donc, l’esthétique est écologique ou n’est pas !

Le clean : nouvelle tendance, encore plus verte

Mais au-delà du respect de l’environnement, c’est le respect de la santé des utilisatrices qui arrive au cœur des débat, notamment depuis que plusieurs études, dont une de l’association de consommateurs Que Choisir, ont enflammé la chronique en révélant qu’une part importante des cosmétiques, y compris bio, contenaient des produits potentiels nocifs pour la santé humaine. Parabènes, silicones, sulfates, notamment le SLS doivent donc être bannis des soins et autres produits distribués… et leur suppression doit être affichée clairement, pour bénéficier de la tendance !

Les produits anti-pollution arrivent !

Dans la même veine healthy, ce sont les produits et traitements anti-pollution qui vont devenir une des grandes tendances 2019-2020 dans le secteur de l’esthétique et des cosmétiques. En effet, depuis que de nombreuses études ont identifié la pollution atmosphérique comme responsable d’un vieillissement prématuré de la peau, les femmes sont en demande de produits permettant de protéger leur épiderme de toutes sortes d’agressions extérieures. Il y a donc indéniablement un marché à saisir avec des produits bio, clean et anti-pollution.

L’onco-esthétique : une tendance à forte utilité sociale

D’ailleurs, plus que d’une tendance, on devrait parler de prise de conscience globale : les professionnels de santé ont réussi à promouvoir les soins esthétiques et de bien-être au service des personnes atteintes d’un cancer, sous en traitement ou en rémission.

Perte de cheveux, de sourcils, de cils, dessèchement de la peau, douleurs musculaires, cicatrices éventuelles, etc. Il n’est pas anodin que L’Oréal se soit lancée, depuis plusieurs années déjà, dans une campagne, en partenariat avec des associations, pour apporter des soins esthétiques et bien-être aux malades.

Développer des soins et prestations adaptées aux personnes sous traitement ou en rémission apparaît donc comme une superbe initiative à la fois pertinente sur le plan économique, et indispensable sur le plan moral et social.

« J-Beauty », « K-Beauty » : ces tendances venues d’Asie

Enfin, face à la tendance montant de la « K-Beauty », ces maquillages venus de Corée, misant notamment sur l’effet « glass skin » (peau de verre en français), qui consiste à maquiller son visage pour avoir une peau à l’apparence « translucide et lumineuse », la « J-Beauty » devrait gagner en puissance dans les mois qui viennent.

Au menu, les principes esthétiques japonais traditionnels (kanso, shibui, seijaku) vont s’imposer pour des maquillages misant sur la simplicité, la beauté discrète et une tranquillité énergisante.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 4,6/5 - 7 avis

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top