Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche
Financer votre projet

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Quand, pourquoi et comment faire un prévisionnel financier ?

Un document clé aux objectifs multiples

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Faisant partie intégrante du business plan, le prévisionnel financier permet de mesurer la rentabilité d’un projet de création d’activité sur une période de 3 ans. En découle la détermination du besoin en financement nécessaire au lancement et après.

Etablir un prévisionnel financierPour se donner les moyens de réussir, le créateur doit savoir où il va au moment de la création et ensuite ! Cela vaut pour choisir un concept de franchise, pour décrocher un prêt auprès d’une banque, pour se lancer ou reprendre une entreprise, et surtout pour bien vivre de son activité.

Le prévisionnel financier est bâti en amont de la création ou de la reprise, pendant l’étape de l’étude de faisabilité. Il correspond à l’étude chiffrée de tout bon business plan, préalable nécessaire à tout projet de création. L’argent étant toujours le nerf de la guerre, l’étape du prévisionnel financier est une étape cruciale à ne surtout pas négliger.

Sachant toute l’importance du prévisionnel financier pour la suite et la réussite du projet de création, il est indispensable que tous les chiffres présentés soient les plus réalistes possibles. Cela nécessite d’avoir de bonnes connaissances en comptabilité et en fiscalité, ou à défaut, de s’entourer de compétences extérieures en comptabilité et fiscalité.

Un prévisionnel financier pour quoi faire ?

Classiquement, le prévisionnel financier est la partie chiffrée du business plan qui accompagne (et étaye) le rédactionnel du dossier de projet.

Le prévisionnel financier comporte généralement un ensemble de tableaux financiers parmi lesquels le compte de résultat prévisionnel, le bilan prévisionnel, le plan de trésorerie, le plan de financement, les besoins en fonds de roulement, etc.

La réalisation d’un prévisionnel financier vise plusieurs objectifs.

Tout d’abord, il permet au créateur de se projeter dans son projet avec des chiffres réalistes s’appuyant sur des éléments concrets. Ce premier travail permet de rentrer dans le vif du sujet. Le créateur se pose d’emblée comme un entrepreneur avec une vision de très court terme (lancement), mais aussi de plus long terme (projection sur 3 ans). Le prévisionnel financier fixe ainsi les objectifs à atteindre, et sert en quelque sorte de référence au créateur pour vérifier après lancement que l’activité prévue est bien conforme à l’activité réelle. En mettant sur papier les différents éléments, l’entrepreneur structure son projet en prenant le temps de prendre du recul.

Le deuxième objectif du prévisionnel financier est bien évidemment de valider la faisabilité du projet. Si la projection des chiffres n’est pas probante, le projet doit être revu, recalibré ou mis en stand-by en attendant de meilleurs éléments. En d’autres termes, le prévisionnel financier permet de mesurer le risque attaché au projet et d’analyser sa rentabilité.

Parallèlement, le troisième objectif est de déterminer la hauteur des fonds nécessaires pour débuter l’activité et la pérenniser.

Dans le même temps, le quatrième objectif du prévisionnel financier est d’apporter aux prêteurs suffisamment d’éléments tangibles pour qu’ils adhèrent au projet.

Comment faire un prévisionnel financier ?

Le prévisionnel financier centralise des informations souvent disparates que le créateur a sous la main comme le coût de location du local commercial (loyer, électricité, eau, etc.), le droit au bail, le coût des aménagements nécessaires à l’exercice de l’activité, le coût d’achat des marchandises, le coût d’un salarié, les assurances, les impôts, la publicité, etc. Ces chiffres ne sortent pas de nulle part. Ils proviennent pour l’essentiel de l’étude de marché menée préalablement sur le terrain.

Face à ces charges multiples, le créateur doit chiffrer les recettes attendues selon plusieurs hypothèses : basse, médiane, haute. C’est sur ce point que les choses se corsent le plus souvent...

En effet, dans la plupart des cas, il est difficile de savoir à l’avance si l’activité va vite décoller ou pas.

Dans le cadre d’une création en solo, le chiffre d’affaires prévisionnel est déterminé essentiellement par l’analyse lors de l’étude de marché du volume d’activité généré par les concurrents directs.

Lorsque la création se fait dans le cadre d’un réseau de franchise, le franchiseur dispose de chiffres moyens qui peuvent donner une première idée du volume d’affaires. Ces chiffres sont toutefois à prendre avec des pincettes puisqu’en effet, de nombreuses variables peuvent influencer positivement ou négativement les résultats (personnalité du créateur, qualité de l’emplacement retenu, dynamisme de la zone d’activité, habitudes locales de consommation, etc.).

Après avoir tout recensé (charges et recettes), les chiffres doivent être mis en forme au sein de tableaux de prévisions comptables dont le compte de résultat, le bilan, les soldes intermédiaires de gestion, le budget prévisionnel et les tableaux de trésorerie.

Le prévisionnel financier en pratique

Avant de pouvoir analyser et valider le cas échéant, la faisabilité et la rentabilité de l’activité, le porteur de projet doit établir :

  • Un compte de résultat prévisionnel : Ce tableau récapitule d’un côté l’ensemble des produits (chiffre d’affaires prévisionnel, autres produits d’exploitation, produits financiers, etc.) et de l’autre, l’ensemble des charges prévisionnelles du projet (charges d’exploitation, charges financières, impôts et taxes, dotations aux amortissements et charges exceptionnelles). Le compte de résultat prévisionnel est réalisé sur 3 exercices. Il permet de mettre en évidence le résultat prévisionnel de l’activité pour chaque période et déterminer si l’activité est bénéficiaire ou non. Le compte de résultat prévisionnel est le tableau clé du prévisionnel financier puisqu’il permet d’avoir une vision globale des objectifs à atteindre sur 3 ans.
  • Un bilan prévisionnel : Ce tableau récapitule d’un côté ce que possède l’entreprise autrement dit ses actifs (immobilisations, créances clients, stocks, comptes bancaires) et de l’autre ce que doit l’entreprise, autrement dit son passif (prêt bancaire, comptes courants d’associés, apports en capital effectués par les associés, dettes fournisseurs, résultats des exercices antérieurs non distribués sous forme de dividendes).
  • Un plan de financement prévisionnel : Ce tableau recense, d’un côté, tous les besoins générés par le projet et de l’autre, l’ensemble des ressources mobilisées pour financer les besoins. A partir de ce tableau, il est possible de déterminer le besoin en fonds de roulement (BFR) de l’entreprise et sa capacité d’autofinancement (CAF).
  • Un budget de trésorerie prévisionnel : Ce tableau anticipe mois par mois, le volant de trésorerie d’un point de vue purement bancaire (encaissements-décaissements). Il permet, en tenant compte des délais de paiement fournisseurs et clients, de s’assurer que le projet est viable.

Outre ces 4 principaux tableaux, le prévisionnel financier peut comprendre des annexes comme le récapitulatif des investissements (immobilisations), le récapitulatif des financements (capital, apport en compte courant, prêt bancaire), la liste des charges externes prévisionnelles (impôts et taxes), un tableau de TVA, etc.

Dès lors que tous les chiffres sont renseignés, le prévisionnel financier permet de calculer au plus juste le seuil de rentabilité de l’activité, les besoins en financements nécessaires pour le lancement et les 3 premières années, ainsi que les besoins en trésorerie.

Dans la très grande majorité des cas, le créateur devra décliner ses chiffres en plusieurs versions plus ou moins optimistes. Ceci vaut pour les créateurs en solo, mais aussi pour les créateurs en franchise.

Généralement trois hypothèses sont émises :

  • une hypothèse haute mais réaliste qui s’appuie sur les chiffres moyens des concurrents de la branche pour les créateurs solo, et les chiffres donnés par le franchiseur pour les créateurs en franchise,
  • une hypothèse médiane qui retranche 20 % des recettes espérées,
  • et une hypothèse basse qui retranche 50 % des recettes de l'hypothèse haute.

Pour que le projet soit réalisable, il est impératif que l'hypothèse basse permette au minimum de couvrir les charges.

NB : En franchise, la réalisation du prévisionnel financier est de la responsabilité du franchisé. Si le franchiseur communique des chiffres, cela reste à titre purement indicatif. En d’autres termes, les comptes prévisionnels fournis par le franchiseur n’ont pas valeur d’engagement contractuel. Ceci étant, les chiffres communiqués par le franchiseur ne doivent pas être « trop optimistes » sous peine de mener à l’annulation du contrat.

 

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 4,5/5 - 2 avis

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !