Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche
Financer votre projet

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Combien coûte réellement une franchise ?

Zoom sur le prix des franchises et ce qu’il représente

Modifié le - Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Créer sa propre entreprise et se mettre à son compte est un rêve pour de nombreux entrepreneurs en France. Mais ce rêve peut vite s’avérer impossible lorsqu’on ne sait pas quelles voies emprunter. Les opportunités pour se lancer dans le monde entrepreneurial existent, mais rien ne garantit le succès escompté au bout du chemin. Toutefois, il existe un moyen sûr qui a fait ses preuves et démontré sa solidité entrepreneuriale : la franchise. En effet, la franchise représente une opportunité très fiable de créer son entreprise avec succès, en bénéficiant de la notoriété et du savoir-faire éprouvé d’un franchiseur. Mais devenir franchisé ne s’improvise pas. Plusieurs facteurs sont à prendre en compte dont le premier demeure le coût de la franchise. Combien coûte réellement une franchise ? Voici quelques éléments de réponse…

Qu’est-ce qu’une franchise ?

Coût de la création d'une entreprise en franchiseLa franchise est un mode de collaboration acté par un accord commercial contractuel qui lie une entreprise (le franchiseur) à un entrepreneur (franchisé). Une fois le contrat signé par les deux parties, le franchisé peut alors faire usage de l’image de la marque (franchise) choisie, profiter de son savoir-faire et des avantages offerts (formation, accompagnement, mis à disposition d’outils…). En d’autres termes, on peut considérer que le contrat de franchise est un contrat de « location » d’une marque commerciale assorti d’un certain nombre de services fournis par le franchiseur, en échange du respect, par le franchisé, d’un certain nombre de règles ainsi que de son implication dans le rayonnement de la marque, sur sa zone de chalandise. Or, qui dit location, dit loyer ; et qui dit prestation de services, dit honoraires. Par ailleurs, au moment d’intégrer le réseau, le franchisé bénéficiera d’un accompagnement, d’une formation, d’outils dédiés, etc. Dès lors, avant d’intégrer le réseau et bénéficier de tous les avantages, le porteur de projet en franchise devra d’abord investir une certaine somme d’argent en fonction de l’enseigne choisie.

Le droit d’entrée

Quelques chiffres sur les droits d’entrée en franchise :

  • 8 % des enseignes demandent moins de 5 000 € de droit d’entrée
  • 20 % des enseignes demandent entre 5 000 et 10 000 €
  • 36 % des enseignes demandent entre 10 000 et 20 000 €
  • 26 % des enseignes demandent plus 20 000 €.

Aussi connu sous le nom de redevance initiale forfaitaire, le droit d’entrée est une somme demandée par les réseaux à la signature du contrat de franchise. Calculé par le franchiseur, le droit d’entrée acte l’entrée du porteur de projet au sein de l’enseigne. Le droit d’entrée n’est pas une somme arbitraire dont la seule fonction serait d’enrichir le franchiseur ! Son montant est en effet proportionnel non seulement aux prestations effectuées par la tête de réseau pour garantir l’intégration du nouveau franchisé (accompagnement, formation, etc.) mais aussi aux bénéfices que le franchisé pourra tirer de cet accompagnement et, surtout, du savoir-faire et de la notoriété de la marque. En ce sens, il est tout à fait pertinent de considérer le droit d’entrée comme un investissement pour le franchisé, investissement qui portera des fruits à court, moyen et long terme !

En effet, si ce droit d’entrée couvre notamment les frais liés au droit d’usage de la marque, la transmission du savoir-faire, l’assistance à l’ouverture, l’assistance à l’installation et à l’aménagement du local aux normes des points de vente du réseau, etc., il est également souvent en adéquation avec la notoriété du réseau : plus ce dernier est connu et reconnu par les consommateurs et plus l’exploitation de sa marque est susceptible de générer rapidement du chiffre d’affaires pour le franchisé ; d’où un montant plus élevé. Concrètement, donc, les droits d’entrée rémunèrent en effet le franchiseur

  • Pour les investissements qu’il a réalisés afin de développer son concept, son savoir-faire et la notoriété de sa marque ;
  • Pour les investissements qu’il réalise afin d’assurer une intégration convenable des nouveaux franchisés dans le réseau.

A noter :

Selon une récente étude menée sur plus de 466 réseaux, le coût moyen du droit d’entrée dans une franchise est de 15.641€ tous secteurs d’activités confondus.

Il arrive que la formation initiale ne soit pas couverte par les droits d’entrée ; auquel cas le franchisé doit la payer en plus de ces droits d’entrée. C’est pourquoi il est nécessaire, avant de signer son contrat de franchise, de poser les bonnes questions au franchiseur, de bien se renseigner sur ce que représentent ces droits d’entrée. Des droits d’entrée élevés sans véritable contrepartie pour une enseigne peu connue doivent mettre la puce à l’oreille !

Certaines enseignes ne demandent aucun droit d’entrée à leurs franchisés. Cela ne signifie pas qu’elles ne transmettent rien ! En revanche, dans ces cas, il est fréquent qu’elles se rémunèrent différemment. Soit en vendant des packs de prestations obligatoires, soit en vendant au franchisé les produits qu’il distribuera via son point de vente, soit en prenant des commissions sur les prestations effectuées par les franchisés, etc. Il existe une multitude de modes de rémunération des franchiseurs ! les droits d’entrée ne sont qu’un de ces modes, parmi d’autres.

Le pourcentage des enseignes qui demandent un droit d’entrée assez conséquent augmente en fonction des secteurs. Dans le secteur de la restauration rapide par exemple, qui permet généralement de dégager rapidement de fortes rentabilité, le prix des droits d’entrée oscille généralement entre 20.000 et 55.000 euros.

L’apport personnel

L’apport personnel ne peut pas être considéré, à proprement parler, comme un coût. En effet, l’apport personnel est la somme appartenant en propre au candidat à la franchise qu’il investit dans la création de son point de vente. Et ce, à l’instar de tout porteur de projet ! Le coût véritable de la franchise (qui, lui non plus, n’en est pas vraiment un) est en réalité celui de l’investissement global, dont l’apport personnel représente au minimum 30%.

En effet, le montant réel de l’apport personnel est généralement réévalué, en particulier par les organismes financiers, selon le degré de risque lié à l’activité choisie. En outre, afin de s’assurer de la solidité financière du projet de création de franchise, il est fréquent que le franchiseur lui-même attende du franchisé qu’il soit en mesure d’apporter plus que 30% du montant de l’investissement total. Ainsi, en 2016, l’apport personnel des candidats à la franchise représentait en moyenne 39% des montants investis, et non 30%.

Si cette proportion peut paraître importante, il faut cependant garder en tête que tout entrepreneur doit s’investir, y compris financièrement, dans son projet. Et ce, non seulement pour montrer aux autres parties prenantes (banques, investisseurs et, dans le cas de la franchise, franchiseur) qu’il est suffisamment confiant dans son projet pour y investir ses économies. Mais aussi pour assurer la stabilité et la pérennité de l’activité. Un porteur de projet ne pouvant apporter que 5 000e d’apport personnel ne peut décemment pas porter un projet demandant plus de 200 000e d’investissement ! Et ce n’est pas grave : il existe de nombreuses franchises qui ne demandent que 5 000e d’apport personnel, voire moins, et qui sont parfaitement rentables !

Notons enfin que l’apport personnel ne représente donc pas un investissement en particulier : il est peu pertinent de dire que cet apport couvre l’achat du stock, l’aménagement du local ou le paiement des droits d’entrée. C’est simplement une partie de l’investissement total, qui, lui, couvre l’ensemble des frais liés à la création de la franchise ainsi que le fonds de roulement permettant de couvrir les frais de fonctionnement de l’activité pendant les premiers mois.

L’investissement total

Comme pour toute création d’entreprise, créer une franchise implique donc de procéder à un investissement. Cet investissement sert à aménager un local, acheter un véhicule, du matériel informatique, des logiciels, des éléments de communication, du stock mais aussi à assurer les frais de fonctionnement de l’entreprise pendant les premiers mois d’activité : ce que l’on désigne en général comme le fonds de roulement. En franchise, à ces coûts communs à tous les projets entrepreneuriaux, il convient d’ajouter les frais évoqués ci-dessus à savoir les droits d’entrée, les éventuels frais de formation initiale (il est fréquent également que la formation initiale soit payée en plus des droits d’entrée par les franchisés), etc. L’ensemble de ces coûts constitue l’investissement total pour créer une entreprise en franchise. Or, selon l’édition 2016 de l’enquête CSA-FFF-Banque Populaire, le montant global de l’investissement pour créer une franchise (donc le coût d’une franchise) était de :

  • Moins de 50 000€ dans 14% des cas
  • Entre 50 000€ et 100 000€ dans 18% des cas
  • Entre 100 000€ et 200 000€ dans 28% des cas
  • Entre 200 000€ et 500 000€ dans 30% des cas
  • Plus de 500 000€ dans 10% des cas

Il ressort donc que près de 70% des créations de franchise coûtent plus de 100 000€.

Le plan de communication

Passage obligatoire pour tout entrepreneur désireux d’attirer un large panel de clients, la communication (publicité) a aussi son importance et son coût à prendre en compte dans le démarrage d’une activité. Interrogés sur la question du montant à prévoir par les franchisés pour un plan de communication réussi (campagnes d’affichage, encarts dans la presse locale, flyers…), la réponse des 466 réseaux sondés ont permis d’évaluer à 5.967€, la somme moyenne que le candidat à la franchise doit consacrer à un plan de communication efficace.

Notons d’ailleurs sur ce point qu’il est fréquent que les droits d’entrée couvrent la communication d’ouverture du point de vente. Si c’est le cas, cela est généralement précisé dans le contrat de franchise signé par les deux parties. Toutefois, les franchisés ont généralement à charge d’assurer la communication locale de leur point de vente pendant toute la durée du contrat de franchise, la tête de réseau ayant pour sa part la responsabilité de la communication nationale. Les frais de cette communication nationale sont couverts, entre autres, par la participation des franchisés, à travers la redevance de publicité.

Les redevances périodiques

Plus communément appelées royalties, les redevances périodiques ont pour mission de rémunérer les services fournis par le franchiseur aux franchisés après l’ouverture d'un point de vente. Son calcul se fonde généralement soit sur un pourcentage du chiffre d'affaires généré par le franchisé, soit de façon forfaitaire, ou encore, en mêlant des deux précédentes formules. Les redevances périodiques couvrent principalement toute l'assistance mise en place par le franchiseur pour accompagner le nouveau chef d’entreprise dans la gestion quotidienne de son point de vente. A la différence du droit d’entrée qui n’est payé qu’une seule fois et uniquement à la signature du contrat de franchise, les redevances périodiques sont quant à elles réclamées tout au long de la durée du contrat de franchise. Elles recouvrement notamment :

  • La fourniture d'une assistance technico-commerciale
  • Les frais d’animation du réseau
  • Les frais de formation continue du franchisé et de son personnel
  • La fourniture d'un service de centrale d'achat
  • Une partie des frais de développement (R&D, relations publiques, communication...)
  • Une rémunération de la concession accordée pour l'exploitation du concept (marque, savoir-faire, notoriété...).

Les redevances publicitaires correspondent quant à elles à des sommes versées par le chef d’entreprise franchisé au franchiseur. Cette somme couvre notamment le budget publicitaire national de l’enseigne. Il s’agit en général d’un pourcentage du chiffre d’affaires du franchisé compris en moyenne entre 1 à 3% du chiffre d’affaires réalisé. Sur ce point, il est d’ailleurs primordial d’être très vigilant quand on souhaite investir dans une franchise. Lorsque la redevance publicitaire (souvent incluse, d’ailleurs, dans la redevance de fonctionnement) est supérieure à 1% du CA HT, il convient de demander des précisions au franchiseur avant de signer son contrat. De tels montants en effet supposent une communication nationale conséquente, intégrant notamment des campagnes de pub TV nombreuses et ciblées.

D’autres frais supplémentaires liés au démarrage de l’activité en franchise peuvent aussi s’ajouter à la liste des dépenses à prendre en compte par le futur franchisé. Ces coûts sont souvent liés à la recherche (et location) d’un local, des travaux d’agencement, la gestion des stocks…

En définitive, donc, certes le surcoût de la franchise par rapport à un projet en indépendant est directement lié à la rémunération du franchiseur. Une rémunération somme toute légitime : le franchiseur non seulement a su développer un concept performant sur un marché porteur mais en plus apporte des services aux franchisés de son réseau. En outre, ce surcoût est aussi, généralement, associé à des rentabilités plus rapides et plus durables que dans un projet en indépendant. Se lancer dans le monde entrepreneurial sous la bannière d’une franchise a donc un réel coût. Mais la rentabilité rapide et la fiabilité des concepts développés en franchise sont autant d’arguments qui permettent aux candidats à la franchise de se lancer sans trop de risques. Les réseaux offrent aux porteurs de projet en franchise l’opportunité de disposer de leur savoir-faire, allié à leur notoriété pour permettre aux entrepreneurs et futurs entrepreneurs de se positionner sur des marchés très porteurs et en pleine expansion.

Alors si le prix de la franchise ne vous effraie pas, si vous êtes convaincu par la pertinence de ce mode de création d’entreprise, quel que soit votre apport personnel ou le secteur d’activité dans lequel vous souhaitez vous lancer, parcourez notre site : toute-la-franchise.com est le premier portail de mise en relation de candidats à la franchise et de franchiseurs qui recrutent !


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email
Mots-clés :
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Note 4,6/5 - 4 avis

ces franchises recrutent actuellement

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !