logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Interview d'Alain Bosetti : l'audace au coeur de l'édition 2016 du salon SME

Le fondateur du salon des micro-entreprises répond aux questions

Publié le

Alain Bosetti a co-fondé, en 1999, le salon SME, dont la 18e édition se déroulera du 4 au 6 octobre prochain, à Paris. Pour Toute la Franchise, il a accepté de revenir sur cet événement et sur les temps forts prévus.

Toute la Franchise : A la veille de la 18e édition du salon SME, pourriez-vous faire un point sur l’évolution de ce salon ?

alain bosetti, fondateur du salon SME, dont la 18e édition débutera le 4 octobre 2016.Alain Bosetti : Le salon a évolué en même temps que le monde de l’entreprise, et donc, ce qui a le plus changé, c’est d’abord l’importance qu’a pris le digital, à la fois dans les secteurs d’activité eux mêmes et dans les métiers de chef d’entreprise au quotidien. Beaucoup de créateurs d’entreprise se lancent aujourd’hui dans la création d’application par exemple et au quotidien, cette omniprésence du digital a totalement modifié le mode de fonctionnement des entreprises. Il y a une dizaine d’années, les entreprises utilisaient les Pages Jaunes quand elles souhaitaient communiquer au niveau local. Aujourd’hui, elles ont en plus une multitude d’outils (comme Google ou facebook que les entrepreneurs vont retrouver au salon SME), à leur disposition et peuvent faire le choix qui leur paraît le plus pertinent. 


Le 2e point que je note, c’est le rajeunissement des créateurs d’entreprise, qu’ils soient étudiants ou non. Cette démarche est parfois imposée aux jeunes, très touchés par le chômage, pour trouver des solutions pour entrer dans la vie active rapidement, mais aussi par choix, parce que de nombreux jeunes ne se reconnaissent plus dans l’entreprise et veulent donc lancer leur propre activité, pour pouvoir la faire évoluer comme ils le souhaitent.

Enfin, le 3e élément notable dans l’évolution de ces dernières années, c’est la part de plus en plus importante des femmes entrepreneures. Cela est d’autant plus vrai dans la franchise, où les femmes sont nombreuses à porter des projets.
Nous leur consacrons d’ailleurs une journée, le 5 octobre, au salon, à ces femmes entrepreneures.

Et puis aussi, nous avons évolué pour nous adapter aux attentes des entrepreneurs. Nous avons changé le nom de notre événement : le salon des micro-entreprises est devenu le salon SME. Mais notre cible visiteurs reste identique et nous nous adressons aux créateurs et dirigeants de TPE.Et nous voulons leur offrir la meilleure expérience visiteur possible.

TLF : Vous parlez de la franchise ; justement, l’an dernier, vous aviez mis en place un Parcours Franchise. Quel bilan dressez-vous de cette initiative ?

A.B. : Nous sommes très satisfaits de ce dispositif, que nous allons d’ailleurs renouveler cette année. Ce Parcours Franchise, nous souhaitons le développer pour la bonne raison que la franchise est une vraie voie pour entreprendre ! Avec ce parcours, nous proposons aux visiteurs une voie à laquelle ils n’avaient pas nécessairement pensé pour se mettre à leur compte. Nous leur disons « Tu veux prendre ton destin en main, tu peux emprunter un chemin différent, avec une enseigne qui a un concept éprouvé et qui pourra t’épauler ! ».

L’avantage, c’est que désormais le salon SME propose aux porteurs de projet d’obtenir des informations à la fois sur la création d’entreprise, la reprise d’entreprise et la franchise. Ils peuvent ainsi tout voir et comparer ensuite les avantages de chaque modèle. Cette année, nous aurons une quinzaine de réseaux de franchise, de différents secteurs d’activité, avec des tickets d’entrée différents dans le Village Franchise.

TLF : Cette année, c’est l’audace qui est à l’honneur du salon. Pourquoi ?

A.B. : Pour entreprendre, il faut être audacieux ! Nous avons mené une enquête « Les Français, l’entrepreneuriat et l’audace » au printemps dernier. Il en ressort notamment que 90% des entrepreneurs s’estiment audacieux, contre 44% des français qui n’ont jamais pensé à créer leur entreprise… On voit donc bien à quel point l’audace est la pierre angulaire de l’entrepreneuriat !

inforgraphie audace d'entreprendre

Infographe salon SME,
tirée de l'enquête "Les Français, l'entrepreneuriat et l'audace", réalisée au printemps 2016

TLF : Quelles actions mettez-vous en place autour de ce thème ?

A.B. : Il y aura différentes animations et notamment un espace avec une école de cirque, pour aider les gens à sortir de leur zone de confort. Pour plus de 8 Français sur 10, l’audace entrepreneuriale se traduit par le fait de repousser ses limites et de sortir de la zone de confort que l’on s’est créée. Attention, sortir de sa zone de confort ne veut pas dire entrer en zone d’inconfort, mais plutôt dans une zone de progrès !

Nous mettrons également en place des Master classes, sur les thèmes du pitch, de la prise de parole en public, du Networking, de la vente et des logos. A la différence des conférences, où les participants sont assis et se contentent d’écouter, ils deviendront acteurs de ces ateliers. Certains seront en effet invités à monter sur scène pour partager leur expérience et tout le monde en tirera ensuite profit puisque les problématiques sont communes à tous les participants. Grâce à cette interaction et au feedback des intervenants, je pense que tous, créateurs d’entreprise et entrepreneurs déjà installés, devraient y trouver un réel intérêt.

Enfin, le salon SME proposera plusieurs conférences autour de l’audace, dont la Conférence inaugurale, « L’audace, l’ADN de l’entrepreneur », pour laquelle nous avons demandé au Président de Terre de Fenêtres d’intervenir. Il a repris l’entreprise de son père avec son frère et l’a considérablement développée. Cette histoire familiale est une belle illustration de l’audace entrepreneuriale. La fondatrice de Temporis, dont la réussite est impressionante viendra rappeler à toutes les femmes que l’entrepreneuriat n’a pas de sexe. Et puis des intervenants comme Sarah Ourahmoune, médaillée d’argent aux JO de Rio et à la tête d’une entreprise de coaching par la boxe, ou Taig Khris, champion du monde de roller sur rampe qui a créé son entreprise dans les télécoms partageront leur expérience et leur énergie. Je pense qu’ils peuvent être de véritables modèles pour les créateurs d’entreprise, qui peuvent s’inspirer de leurs expériences et de leurs parcours pour se lancer !

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top