Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche
Financer votre projet

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Ouvrir une sandwicherie : les franchises qui cartonnent !

Subway, La Mie Câline, La Croissanterie

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Avec quelque 2,26 milliards de sandwichs vendus en France en 2015, soit une progression d'environ 3,2% vs 2014, le sandwich classique (hors burger) reste, et de loin, une valeur sûre dans le secteur de la restauration rapide française.

Ouvrir une sandwicherie2,26 milliards de sandwichs vs 1,19 milliards burgers dévorés en 2015 : pas de doute, en France, le sandwich classique reste un incontournable à l'heure du déjeuner. Et la demande explose ! En effet, l'an dernier, en nombre de sandwichs vendus, si la progression est de +3,2% vs 2014, en termes de chiffre d'affaires, le sandwich fait encore plus fort avec une progression de +4,43% vs 2014 à 7,77 milliards d'euros. Ces chiffres de ventes globales comprennent à la fois les sandwichs vendus par les restaurants (55%) et ceux vendus par la GMS, et dans les distributeurs automatiques. En 2015, le prix moyen d’un sandwich a augmenté de 1,17% pour atteindre 3,44 €. Le traditionnel sandwich jambon-beurre affiche en 2015 un prix moyen de 2,84€ selon les estimations du cabinet spécialisé Gira Conseil, soit une hausse de 3,67% par rapport à 2014. Ce qui correspond à la plus forte hausse depuis 2011 (+4,51%). Les ventes de ce sandwich phare en France s’élèvent en 2015 à 1,234 milliards d'unités soit 55% du total des sandwichs.

Des particularités bien françaises

Selon une étude réalisée par Vitagora® en partenariat avec IPSOS en avril 2015, 3 actifs sur 4 déjeunent hors domicile en semaine, 41% des Français déjeunent sur le pouce au moins une fois par semaine et 21% au moins 3 fois par semaine. « Une pratique en phase avec le sentiment partagé par un nombre croissant de Français de manquer de temps : 42% des répondants « ne trouvent jamais le temps de faire ce qu’ils souhaitent » (alors qu’ils n’étaient encore que 34% en 2006), et 53% d’entre eux affirment manger sur le pouce à la place d’un vrai repas « s’ils sont pressés ». Mais manger vite ne veut pas dire manger mal ! « Que ce soit pour le lieu d’achat ou le lieu de consommation, les Français concilient un certain traditionalisme avec la pratique de la consommation "sur le pouce" » résument les auteurs de cette étude. Du côté des lieux d'achats, les grands gagnants de cette particularité française sont clairement identifiés : il s'agit en premier lieu du supermarché (52% des répondants), suivi de près par les boulangeries (48% des répondants). Et du côté de la consommation ? « C’est également chez eux directement ou sur leur lieu de travail que les Français consomment majoritairement des produits sur le pouce : 52% des individus mangent régulièrement sur le pouce à leur domicile (principalement devant la TV, dans leur salon ou leur cuisine) et 41% sur leur lieu de travail (bureau ou poste de travail), contre seulement 15% dans la rue. » Autre chiffre intéressant : 56% des individus qui consomment des produits sur le pouce, en dehors d’un repas complet, préfèrent les acheter tout prêts plutôt que de les préparer à l’avance.

Le « tout prêt » de qualité a la cote

Si les Français sont de plus en plus nombreux à déjeuner sur le pouce, ils ne sont toutefois pas prêts à avaler n'importe quoi ! « Fruits, fromage, et yaourts/fromage blanc constituent le « top 3 » des produits les plus souvent consommés sur le pouce en France, très fortement devant les biscuits salés, les plats préparés, ou les sandwichs ». En clair, les produits qui séduisent les Français sont le plus souvent des produits assez peu transformés. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'ils sont ressentis comme plus sains et équilibrés. « En revanche, l’offre de produits à manger sur le pouce est considérée comme plutôt insatisfaisante en matière de produits bons pour la santé (peu sucrés, peu gras), naturels, bio, ou végétariens. » Sur ce point, si les attentes des consommateurs restent sur leur faim, les réseaux travaillent d'arrache-pied pour proposer des offres plus en rapport avec les envies des consommateurs. « 4 opportunités de développement se détachent particulièrement pour le futur : les produits sains, faits maison, ressemblant à un vrai repas, et peu chers – à condition de maintenir le goût et la praticité, critères jugés importants mais déjà atteints dans l’offre actuelle. »

Les enseignes de sandwicheries à suivre

Cafés, bars, brasseries, boulangeries, grandes surfaces, restaurants rapides, distributeurs automatiques.... En France, le sandwich est vendu dans un grand nombre de lieux très différents, gérés par des acteurs économiques très divers. Globalement toutefois, en franchise, deux types de réseaux répondent plus particulièrement aux attentes des consommateurs : les volets snacking des grands réseaux de boulangeries (artisanales ou terminaux de cuisson), et les sandwicheries de la restauration rapide.

Les sandwicheries de type restauration rapide :

Subway : Avec plus de 520 restaurants en France (43.800 restaurants dans 110 pays), l'enseigne américaine Subway fait partie des poids lourds de la sandwicherie. Le concept Subway s'appuie sur une gamme de sandwichs à composer sur-mesure en choisissant parmi plusieurs types de pains et différents ingrédients, selon ses envies. Toutes les préparations sont faites devant les yeux du client. Elles peuvent être dégustées sur place ou à emporter. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 80.000€ (droit d'entrée 10.000€ - investissement global à partir de 150.000€).

Cœur de Blé : Réseau de comptoirs de vente en restauration rapide de qualité, Cœur de Blé se développe en franchise depuis 2005. Forte de 123 points de vente, cette enseigne offre à ses clients la possibilité de manger un repas équilibré et gourmand dans une ambiance chaleureuse qui tend vers l’esprit salon de thé. Au menu, des produits exclusifs comme des tartes rustiques, des sandwichs premium, des gratins, des croques salés, des burgers, des bocaux, à déguster sur place ou à emporter. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 80.000€ (droit d'entrée 15.000€ - investissement global 250.000€). Le CA réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne à 420.000€.

La Croissanterie : Initiateur de la restauration rapide à la française, La Croissanterie se développe en franchise depuis 2008. Ses 240 points de vente proposent tout au long de la journée, une offre large de sandwichs premium, de salades, de desserts et de boissons chaudes. L'enseigne développe aussi des offres menus (bon plan, shopping, dégustation, menu de chef, original, bien-être, p'Tifoo...). Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 100.000€ (droit d'entrée 15.000€ - investissement global de 250 à 320.000€). Le CA réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne entre 450 et 650.000€.

Le Club Sandwich Café : Lancé en franchise en 2004, le Club Sandwich Café est un lieu convivial où l'on peut déguster un assortiment gourmand de sandwichs et de pâtisseries américaines. Le concept est originaire de Lille. Il compte actuellement une quinzaine d'implantations et poursuit son développement. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 50.000€ (droit d'entrée 16.000€ - investissement global de 100 à 200.000€). Le CA réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne à 450.000€.

Les sandwicheries de type boulangerie :

Boréa : Premier réseau de boulangeries orienté bien-être et naturalité, Boréa se développe en franchise depuis 2012. Chaque point de vente décline une offre boulangerie et pâtisserie bien sûr, mais aussi une offre restauration avec des produits frais et naturels, et une offre viennoiserie. Pour rejoindre ce réseau qui compte actuellement 7 implantations, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 120.000€ (droit d'entrée 50.000€ - investissement global entre 370 et 420.000€). Le CA réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne de 550.000€ à 800.000€.

Fischer : Le réseau de boulangerie luxembourgeoise Fischer se développe en franchise depuis peu (2015). Il propose tout au long de la journée des produits frais et authentiques préparés et cuits sur place. L'offre s'articule autour de vaste gamme de pains, des pâtisseries confectionnées devant le client, ainsi que toute une gamme de sandwicherie assemblée en magasin devant le client. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 60.000€ (droit d'entrée 30.000€ - investissement global de 250 à 520.000€). Le CA réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne à entre 420.000 et 1,1M€.

Histoire de pains : Développé en franchise depuis 2001, Histoire de Pains mise sur un positionnement unique entre boulangerie et «restauration boulangère» pour faire la différence. Pains classiques, pains spéciaux, pâtisseries, viennoiseries mais aussi salades et sandwichs variés se partagent la vedette dans les vitrines. L'enseigne propose aussi des offres menus (petit déjeuner express ou complet, menu salade, menu tartine, tarte salée, pizza, sandwich chaud, petit gratin...) à déguster sur place ou à emporter. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 90.000€ (droit d'entrée 40.000€ - investissement global de 310 à 550.000€). Le CA réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne à 700.000€.

La Mie Câline : Lancée en franchise depuis 1986, l'enseigne vendéenne la Mie Câline développe un concept de terminal de cuisson associé à de la petite restauration. Son offre se décline autour de pains, viennoiseries, pâtisseries, sandwiches, salades, produits traiteurs. Forte de 217 points de vente, l'enseigne a un développement d’une dizaine de magasins par an sur tout le territoire français et continue son développement à l’international. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 60.000€ (droit d'entrée 25.000€ - investissement global 340.000€). Le CA réalisable après trois ans est estimé par l'enseigne à 700.000€.

La Mie de pain : Le réseau de boulangerie pâtisserie artisanale, sandwicherie, restauration rapide La Mie de Pain se développe en franchise depuis 2012. Née dans le Sud-Ouest, cette enseigne propose un concept clés en main, dans un cadre lounge et tendance. Chaque magasin pétrit et cuit sur place son pain. La dégustation des sandwichs se fait sur place ou à emporter. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 120.000€ (droit d'entrée 22.000€ - investissement global de 420 à 500.000€). Le CA réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne à 1M€.

Le Fournil de Pierre : Lancé en franchise en 2009, le Fournil de Pierre adossé depuis 1989 au Groupe Le Duff, propose un concept original à mi-chemin entre la boulangerie et la restauration rapide. Pâtisseries, viennoiseries et sandwichs sont à déguster sur place, ou à emporter. Fournil de Pierre propose deux formats aux entrepreneurs : le format comptoir sur 120m² dédiés à la vente à emporter et le format lounge sur 200m² avec une trentaine de places assises. Pour rejoindre cette enseigne, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 150.000€ (droit d'entrée 30.000€ - investissement global de 400 à 500.000€). Le CA réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne entre 600 et 900.000€ selon la qualité de l'emplacement.

Les Fournils de France : Lancé en licence de marque depuis 2013, le concept Les Fournils de France propose aux entrepreneurs une activité clé en main de terminal de cuisson. Dans chaque point chaud, les clients peuvent acheter du pain, mais aussi des sandwichs, des pâtisseries et des viennoiseries. Chaque point de vente est implanté en cœur de ville sur 40m² minimum. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 50.000€ (droit d'entrée 14.500€ - investissement global à partir de 160.000€). Le CA réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne à 252.000€.

Les Fromentiers : Développée en franchise depuis 1980, l'enseigne Les Fromentiers est un spécialiste du pain gourmand. Filiale du groupe familial JL Vilgrain, intervenant historique dans les métiers de la meunerie et de la boulangerie, le concept Les Fromentiers a su prendre le virage du sandwich en ajoutant à ses spécialités boulangères, des pâtisseries, des viennoiseries, des espaces café pour le petit déjeuner, le déjeuner et le goûter. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 100.000€ (droit d'entrée 30.000€ - investissement global 320.000€). Le CA réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne à partir de 500.000€.

Moulin de Paiou : Né dans le Sud de la France en 2002, le concept Moulin de Paiou a été lancé en franchise en 2005. Filiale de la minoterie Forest, le premier meunier indépendant de France, Moulin de Païou est avant tout une enseigne de boulangerie. L’évolution des modes de consommation l’a conduit à développer une gamme snacking et de pâtisserie sans cesse renouvelée. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 130.000€ (droit d'entrée 40.000€ - investissement global 500.000€). Le CA réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne à 700.000€.

Très Alp'ain : Né en Haute-Savoie, au cœur des Alpes, le réseau Très Alp'ain se développe en franchise depuis 2001. Il cultive sa différence en proposant un concept de boulangerie traditionnelle de qualité. Chez Très Alp’ain, le pain est vendu chaud toute la journée, la viennoiserie est cuite devant les clients, les sandwichs fabriqués sur place au dernier moment. Pour rejoindre ce réseau, le candidat doit disposer d'un apport personnel minimum de 100.000€ (droit d'entrée 30.000€ - investissement global de 400 à 500.000€). Le CA réalisable après deux ans est estimé par l'enseigne à 700.000€.


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !