Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche
Financer votre projet

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Financer sa franchise : l’apport personnel en franchise

A quoi correspond l’apport personnel en franchise ?

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Très souvent les enseignes de franchise demandent un apport personnel minimum pour intégrer leur réseau. A quoi correspond ce montant, comment est-il calculé et en quoi est-il différent de l’investissement global ?

Apport personnel en franchiseL’apport personnel est la somme d’argent dont doit disposer en propre le candidat à la franchise pour pouvoir prétendre intégrer un réseau. Laurent Delafontaine, co-fondateur du cabinet de conseil en franchise AXE RESEAUX, explique que, « concrètement, ce sont vos économies personnelles, votre épargne, l’argent prêté par un proche, une action de "Love Money", etc. ». En résumé, il s’agit de la somme dont dispose l’entrepreneur avant de solliciter un prêt bancaire. Les subventions et aides diverses allouées aux créateurs d’entreprise peuvent également contribuer à constituer l’apport personnel du futur franchisés.

Dans la majorité des cas, l’apport personnel est donc constitué de l’épargne du créateur d’entreprise et, le cas échéant, de celle de son associé. Il est complété, au besoin, par le recours à la love money (prêt d’argent octroyé par des proches) et à l’obtention d’aide et subventions.

L’apport personnel : garantie d’implication et d’engagement

La raison d’être première de l’apport personnel est de pouvoir obtenir un financement bancaire pour créer son entreprise en franchise. « L’apport personnel associé au prêt doit permettre de couvrir l’investissement, explique Laurent Delafontaine. En moyenne, selon le secteur d’activité, l’apport personnel doit représenter 1/3 de l’investissement et couvrir le besoin en fonds de roulement. »

L’apport personnel représente donc la base de l’investissement global, ce que l’entrepreneur est prêt à mettre en jeu pour créer son entreprise. A ce titre, il donne des garanties, au franchiseur comme aux banques, quant à l’implication du créateur d’entreprise dans son projet ainsi que sur sa capacité financière. En deçà de 30% de l’investissement total nécessaire au projet, les banques refuseront de s’engager. Dans les faits, et en moyenne, l’apport personnel requis se situe plus autour des 40% que des 30% de l’investissement total.

L’apport personnel est indispensable pour obtenir un prêt bancaire

C’est donc avec cette enveloppe que le futur franchisé va pouvoir négocier l’obtention d’un financement auprès des banques afin de couvrir l’intégralité de l’investissement nécessaire à sa création d’entreprise. Or, ce n’est pas un secret : les banques sont particulièrement frileuses. Et elles le sont d’autant plus avec les créateurs d’entreprise car prêter à un entrepreneur est nettement plus risqué qu’à un particulier. Et si la franchise, avec son concept éprouvé, apporte une garantie supplémentaire sur la fiabilité du projet, l’entrepreneur doit tout de même démontrer son engagement et justifier de sa capacité financière. Il aura éventuellement aussi besoin d’apporter d’autres garanties (nantissement, caution personnelle ou d’un organisme).

Apport personnel + prêt bancaire = investissement global

Ainsi, l’apport personnel du franchisé et le prêt bancaire obtenu constitueront l’investissement global. « L’investissement comprend plusieurs éléments, détaille Laurent Delafontaine : le droit d’entrée dans l’enseigne, le coût de la formation initiale, le stock de lancement, le matériel, le mobilier, l’informatique, les travaux d’agencement du local, la signalétique extérieur, la PLV,… bref l’ensemble des éléments nécessaires au démarrage de votre activité dans le respect du concept. »

L’investissement comprend également le besoin en fonds de roulement (BFR), indispensable pour « combler les éventuels décalages de trésorerie de votre activité (entre le paiement des marchandises et l’encaissement des ventes par exemple) », explique Laurent Delafontaine qui ajoute que ce BFR est calculé avec « avec l'expert-comptable lors de la réalisation du business plan prévisionnel ».

 

 

Ce qu’il faut retenir :

  • L’apport personnel est constitué des fonds propres du créateur d’entreprise et est éventuellement complété par un prêt d’argent de proches ou par des aides
  • Il correspond au minimum à 30% de l’investissement global du projet

 

 

A lire également :

 

 


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !