logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

La literie, seule famille en croissance en 2014

1ère partie du dossier consacré au marché du meuble

Publié le

Comme en 2012 et 2013, résument la FNAEM et l'UNIFA, « seule la literie aura enregistré une croissance de ses ventes sur l’exercice 2014. Le meuble rembourré parvient pour sa part à stopper l’hémorragie de ces dernières années et à maintenir ses ventes sur l’exercice écoulé. Le segment cuisine qui fut le principal moteur du marché durant les années 2000 est à la peine. »


En 2014 selon le bilan publié par la FNAEM et l'UNIFA, les ventes en literie progressent de 2,6% sur l'année. Dans cette famille, 2014 aura été marquée par «
le retour aux affaires des spécialistes literie, après une année 2013 en demi-teinte, tant en termes de performances que d'ouvertures de points de vente. » De leur côté, les enseignes de la grande distribution enregistrent profitent également d'une hausse de leur chiffre sur ce segment. Le CA 2014 de la literie s'établit à 1,19 milliard d'euros TTC (13,0% du marché).


Pour le segment des canapés, fauteuils et banquettes, 2014 aura été marquée par un léger recul (-
0,2%), qui dénote sinon d'une reprise du moins d'un léger mieux. La situation est toutefois contrastée entre spécialistes et grande distribution qui enregistrent des résultats opposés. « Si le chiffre d'affaires dans la grande distribution progresse pour la première fois depuis de nombreuses années notamment grâce à une stabilisation des prix de vente des banquettes, les ventes des spécialistes salon sont pour leur part toujours en repli. » Le CA 2014 du segment s'établit à 2,24 milliards d'euros TTC (24,6% du marché).


Pour le segment de la cuisine «
qui a été l'un des moteurs du marché du meuble au début des années 2000 » 2014 est marquée une nouvelle fois par la baisse. Le segment recule ainsi en valeur de 2,8%. « A l'inverse du meuble rembourré, le contraste entre les résultats de la grande distribution et des spécialistes se fait cette fois-ci au profit de ces derniers. Si la grande distribution peine à pérenniser son chiffre d'affaires sur un rayon arrivé à maturité après de nombreuses années de croissance à deux chiffres, les spécialistes cuisine parviennent pour leur part à faire progresser leur chiffre d'affaires sur ce segment. Ces derniers ont en effet su tirer parti du sous-équipement des ménages français en cuisine intégrée (60% des ménages seulement équipés) et d'une durée de vie du produit supérieure à la moyenne européenne (23 ans) afin de pousser l'équipement des ménages déjà installés et d'accélérer le marché de renouvellement. » Le CA 2014 du segment cuisine s'établit à 2,29 milliards d'euros TTC (25,2 % du marché).


Pour le segment du meublant, le recul en valeur en 2014 s'établit à –
2,9%. « Avec la crise, les volumes ne suivent plus et ne permettent pas de compenser les baisses de prix successives mises en place ces dernières années. » Dans ce sombre tableau, quelques produits comme les dressings et les solutions composables pour le salon/séjour parviennent à tirer leur épingle du jeu. Le CA 2014 du segment meublant s'établit à 3,01 milliards d'euros TTC (33,0% du marché).


Du côté des meubles de jardin, les soldes massives en début d'année ont largement empiété sur les ventes estivales. Le recul du segment est de 3,0%. Le CA 2014 du segment meuble de jardin s'établit à 0,13 milliards d'euros TTC (1,4% du marché).


Quant aux ventes de meubles de salle de bains, elles continuent de reculer en 2014 de 3,5%. «
Les grandes surfaces de bricolage sont en recul et, comme depuis 2010, les spécialistes cuisine jouent la carte de la cuisine intégrée au détriment de la salle de bains, ce qui se traduit encore par un fort recul de leurs ventes en valeur sur le segment. A l'opposée, certaines enseignes de la grande distribution qui s'étaient désengagées du produit salle de bains commencent à remonter progressivement le produit en rayon ». Le CA 2014 du segment meuble de salle de bains s'établit à 0,26 milliards d'euros TTC (2,8% du marché).

Les spécialistes cuisine et literie résistent à la crise

En 2014, les différents circuits de distribution de meubles connaissent de vrais écarts de performance. Parmi ceux qui s'en sortent le mieux, l'on trouve les spécialistes cuisine qui constituent un des seuls circuits qui progresse en valeur en 2014 (+ 0,7% à 1,1 milliard d'euros TTC). Ils « ont réussi à pousser les consommateurs à jouer la carte du renouvellement afin de contrebalancer un marché d’équipement à la baisse suite aux mauvaises performances de l’immobilier. » L'autre circuit en forme est celui des spécialistes literie qui enregistre lui aussi une progression des ventes (+ 2,4%). « Ils profitent pleinement d’un marché de renouvellement développé, les ménages sont conscients qu’ils doivent changer leur literie régulièrement, ce qui les rend moins dépendants des aléas de la construction. »


En baisse mais mesurée avec - 0,5% à 4,60 milliards d'euros, la grande distribution d'ameublement (ex circuits de l’équipement du foyer et du jeune habitat) résiste plutôt bien en 2014. Ceci étant, les performances sont très contrastées d'une enseigne à l'autre. « Ainsi, si le circuit peut se vanter d’obtenir de bons résultats en ce qui concerne le rembourré et la literie, ses résultats sur le segment cuisine reculent fortement. » Et du côté des enseignes de l'ameublement milieu—haut de gamme ? Là aussi les performances sont contrastées. « Si certaines enseignes parviennent à tirer leur épingle du jeu, de nombreux magasins indépendants ne peuvent se permettre les investissements qui leur permettraient de se démarquer de la concurrence. » Résultat : la baisse de la fréquentation est sensible, et le circuit de l'ameublement haut de gamme dérape de - 4,3%, tandis que le segment de l'ameublement milieu de gamme cède 4,9%.


De leurs côtés, les enseignes historiques de la vente à distance restent à la peine. Elles terminent l'année 2014 à – 5,4% (0,32 milliard d'euros). « Si de nombreux pure-players développent leurs ventes en volume sur le produit, les prix pratiqués ne permettent pas encore au chiffre d’affaires du circuit de progresser véritablement. » Reste les grands magasins également en léger recul (- 0,6% à 0,04 milliard d'euros) « à cause d’une offre qui n’apparaît pas en phase avec les consommateurs, surtout durant cette période de crise » et les hypermarchés également en recul (- 2,8% à 0,11 milliard d'euros) dont l'offre en magasin reste « réduite à sa plus simple expression ce qui pèse sur leurs résultats. »


Globalement en terme de parts de marché, la grande distribution d'ameublement domine largement le marché avec 50,4% de PDM à 4,60 milliards d'euros en 2014, suivent de très loin les spécialistes cuisine avec 12,1% de PDM à 1,11 milliard d'euros, l'ameublement milieu de gamme avec 10,7% de PDM à 0,98 milliard d'euros, les grandes surfaces de bricolage avec 4,2% de PDM à 0,38 milliard d'euros, l'ameublement haut de gamme avec 3,9% de PDM à 0,36 milliard d'euros, les artisans avec 3,8% de PDM à 0,34 milliard d'euros, la vente à distance avec 3,5% de PDM à 0,32 milliard d'euros, les hypermarchés avec 1,2% de PDM à 0,11 milliard d'euros, les grands magasins avec 0,5% de PDM à 0,04 milliard d'euros. Le reste des parts de marché, soit 9,7% (0,88 milliard d'euros) sont détenues par les autres circuits (magasins spécialisés et non spécialisés meubles dont spécialistes literie, spécialistes salon, etc).

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top