logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

La croissance en Haute-Normandie a surmonté la crise

11ème partie du dossier consacré à la croissance régionale

Publié le

Avec son profil très industriel, la Haute-Normandie se maintient sur un rythme de croissance modéré mais constant. Vivement impactée par la crise, la région a très vite retrouvé le chemin de la croissance d'avant-crise.

Selon l'Insee, « le profil très industriel de la Haute-Normandie lui permet de se maintenir au 8e rang pour le PIB par habitant, même si en évolution la région est pénalisée par une dynamique démographie faible et par des services moins créateurs de valeur ajoutée qu'ailleurs. » Cette particularité fait que la croissance en Haute-Normandie évolue à un rythme modéré. « Pour l'économie régionale, les ralentissements ressortent plus appuyés et les reprises moins vives : ainsi l'écart de croissance avec la moyenne de province se creuse. »

Depuis 1990, le PIB a augmenté et a progressé en volume de 23% en Haute-Normandie, «
soit une hausse de 1,0% par an en moyenne, inférieure d'un tiers à la hausse métropolitaine (+ 38%, soit + 1,6% par an en moyenne). » Entre 1990 et 2007, le PIB haut-normand augmente de 1,4% par an en moyenne, un quart de moins qu'en métropole (+ 1,9%). Pendant la crise de 2008-2009, le recul du PIB a été comme ailleurs en France marqué, mais très vite (dès 2011) la région est revenue à son niveau de croissance d'avant-crise grâce notamment à la solidité de son tissu industriel.

Une industrie solide et en progression

Contrairement à la plupart des régions, la Haute-Normandie présente un profil industriel marqué qui gagne d'année en année du terrain. « L'indice de spécificité industrielle positionne la région au 2e rang métropolitain pour la contribution relative de l'industrie à la valeur ajoutée totale. » Cette particularité est à la fois une chance et un handicap pour la région. En effet, c'est une chance puisque du fait de son tissu industriel dense, la croissance est certes modérée mais continue.

Au négatif, en Haute-Normandie comme ailleurs, la valeur ajoutée (et donc la croissance) est principalement portée par le tertiaire, et de ce point de vue, la Haute-Normandie connait peu de progression. «
Considérant l'évolution des valeurs ajoutées en structure, la tertiarisation de l'économie reste imperceptible en Haute-Normandie. L'atonie relative du tertiaire y limite sa contribution à un peu moins de 70,0% de la valeur ajoutée régionale, ce qui la place très en retrait par rapport aux autres régions où la part du tertiaire est désormais de 75,0 % »

Sachant que l'agriculture et la construction stagnent, «
la part de l'industrie, déjà relativement élevée, progresse encore, passant de 21,0% en 1990 à 22,6% en 2011 ». Du fait de ses particularités, la Haute-Normandie bénéficie à moyen terme d'atouts positifs ce qui explique en grande partie pourquoi elle s'est plutôt mieux sortie de la crise que d'autres régions. Sur le long terme la situation est différente. Selon l'Insee, « sur plus longue période, cette dynamique locale ressort cependant négative, avec une stimulation beaucoup moins forte de l'industrie qui ne compense plus le peu de dynamisme des services marchands, pesant sur la croissance régionale en moyenne de 0,3 point par an depuis 1990. »

Une démographie défavorable

Entre 1990 et 2011, la Haute-Normandie bénéficie peu de l'effet démographique pour dynamiser son économie. « Sa population n'augmente que de + 0,3% par an en moyenne sur la période, presque deux fois moins qu'en métropole (+ 0,5%) ». Ce moindre dynamisme démographique n'est cependant pas uniforme pour toute la région.

En effet, dans l'Eure la démographie est galopante tandis qu'en Seine-Maritime, elle progresse certes, mais de façon très modérée. Les communes les plus dynamiques appartiennent pour la plupart à une aire urbaine (Rouen, Le Havre, Dieppe...). Elles connaissent une progression de leur population de près de 1%), «
soit nettement plus forte que l'ensemble du département. »

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top