logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

La croissance en Franche-Comté décroche depuis 2004

10ème partie du dossier consacré à la croissance régionale

Publié le

L'économie franc-comtoise fléchit depuis dix ans du fait essentiellement de la désindustrialisation de son territoire. Durement frappée par la crise, la région peine à se redresser. L'emploi se dégrade et la démographie reste poussive.

La région Franche-Comté fait partie des territoires du quart Nord-Est de la France à la croissance en retrait. « Corrigé de la hausse des prix, le PIB franc-comtois s'est accru de 0,9% par an en moyenne depuis 1993, contre 1,6% au niveau métropolitain. » Globalement, entre 1993 et 2011, la Franche-Comté a connu trois grandes phases de croissance distinctes. Jusqu'en 2002 en effet, la croissance du PIB franc-comtois progresse sur un rythme proche du niveau métropolitain. « À partir de 2002, l'économie régionale ralentit puis décroche en 2004 ».

Ce décrochage est en grande partie du au ralentissement puis au recul de l'activité dans l'industrie, en particulier dans la fabrication de matériel de transport (construction automobile). Déjà la peine avant crise, la région est durement touchée par les effets de la crise économique de 2008-2009. Le PIB franc-comtois recule ainsi de 2,8% en 2008 (vs - 0,1% au niveau national).

En 2009, le PIB franc-comtois recule une nouvelle fois de façon plus marquée (- 3,5%, contre - 3,2% au niveau national). Les deux années suivantes, si l'activité progresse en Franche-Comté (+ 0,5% en 2010 et + 1,6% en 2011), le PIB franc-comtois est bien loin de retrouver son niveau d'avant crise. Selon l'Insee, en 2011, le PIB de la région se situe au même niveau qu'en 2000.

Une industrie en berne, des services en hausse

La Franche-Comté reste la première région industrielle française avec 21% de la valeur ajoutée dans ce secteur (- 9 points entre 1993 et 2011) contre 13% en France métropolitaine. Fortement industrielle, l'économie franc-comtoise connait depuis 2004 une baisse de sa croissance du fait des difficultés rencontrées par l'industrie automobile. Et comme ces difficultés se « répercutent sur les activités connexes comme la plasturgie, la métallurgie et les services aux entreprises », l'économie régionale fléchit sévèrement avant crise. « Dans le même temps, les autres secteurs se sont moins développés dans la région qu'en France métropolitaine, en particulier les services. »

Dans les services marchands, la valeur ajoutée recule de 2008 à 2010 avant de se stabiliser en 2011. « La construction a davantage subi les effets de la crise qu'au niveau national. Alors que l'activité reprend dans la plupart des secteurs en 2011, la construction n'est toujours pas repartie. » Fortement touchée à partir de 2009, la valeur ajoutée industrielle recule quant à elle de 1,8% cette année là avant de se redresser en 2010 et de replonger en 2011 notamment dans l'industrie automobile avec l'arrêt de la prime à la casse et la dégradation du climat conjoncturel à partir du printemps.

En 2011 en Franche-Comté comme en France métropolitaine, les services marchands et les services non marchands sont les deux secteurs qui pèsent le plus dans l'économie. Ils représentent respectivement 30% et 25% de la valeur ajoutée franc-comtoise.

Une démographie en berne

La croissance économique est souvent corrélée à la croissance démographique. En Franche-Comté, la moindre performance de croissance économique est clairement corrélée avec la croissance de la population plus lente qu'en moyenne en France métropolitaine. « Le rythme de croissance annuelle de la population franc-comtoise (+ 0,27%) est deux fois plus faible qu'en moyenne en France métropolitaine (+ 0,54%). La Franche-Comté arrive ainsi au 16e rang des régions métropolitaines pour sa croissance annuelle. »

Entre 1982 et 2011, la population franc-comtoise progresse essentiellement dans les agglomérations de Pontarlier, Besançon et dans une moindre mesure Belfort. Elle diminue dans celles de Montbéliard, Lons-le-Saunier et Dole. Elle est stable dans l'unité urbaine de Vesoul.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top