logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

La croissance en Aquitaine rattrape son niveau d'avant crise

2ème partie du dossier consacré à la croissance régionale

Publié le

La crise de 2008 a moins affecté l’Aquitaine que la plupart des autres régions. En 2011, le PIB régional retrouve quasiment son niveau d’avant la crise grâce au dynamisme des activités tertiaires.

Entre 1990 et 2011, le PIB aquitain progresse en volume de 1,8% par an en moyenne (à 88,8 milliards d’euros en 2011), contre 1,5% en métropole et 1,4% en France de province. Ce taux place l’Aquitaine au 7e rang des régions métropolitaines.

Entre les deux récessions de 1993 et de 2008-2010, l’Aquitaine affiche une hausse du PIB en volume de 2,5% en moyenne par an. Cette bonne tenue pendant les années prospères a largement aidée lors de la crise. Après un fort recul en 2008 et une quasi-stabilité (- 0,2%) en 2009 et 2010, le PIB régional retrouve pratiquement son niveau d’avant-crise en 2011. Ainsi, entre 2008 et 2011, il croît de 0,9% en moyenne par an.

Globalement donc, l’Aquitaine a mieux résisté à la crise que l’ensemble des régions. «
Ses spécificités tertiaires, son dynamisme démographique et ses atouts touristiques ont contribué à amortir la chute. S’ils n’ont pas accéléré la reprise, ils ont toutefois favorisé le quasi-rattrapage de son niveau d’avant la crise. »

Le tertiaire tire la croissance

Entre 1993 et 2007, en Aquitaine la croissance de la valeur ajoutée repose essentiellement sur le tertiaire, mais les autres grands secteurs économiques y concourent aussi. Sur la période 2008-2011, la valeur ajoutée progresse légèrement principalement grâce aux services marchands et non marchands et, dans une moindre mesure, à l’agriculture.

Dans le détail, selon les chiffres de l'Insee, «
le tertiaire constitue plus des trois quarts de la création de richesse régionale en 2011 (77%), contre plus des deux tiers (68%) en 1990 ». L’accroissement du tertiaire s’est réalisé au détriment de l’agriculture (8% en 1990, 3,5% en 2011) et de l’industrie (17% en 1990, 12% en 2011) dont les parts dans la valeur ajoutée de l’Aquitaine se sont progressivement réduites.

Les secteurs des activités scientifiques et techniques et des services administratifs et de soutien, du commerce et réparation d’automobiles et de motocycles, de l’administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale et enfin les activités immobilières contribuent le plus à cette croissance.

Dans le détail, la part des activités immobilières s’est accrue de 3,7 points, soit le plus fort gain au sein du tertiaire, et s’élève à 13,5% en 2011. Le poids de la construction varie peu, de 6,5% à 7%.

Parmi les services marchands, le secteur du transport et entreposage contribue fortement à la hausse du tertiaire « en raison en partie d’une forte hausse du trafic voyageurs en 2010 et 2011, dopée par l’ouverture du terminal "billi" à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac et par le succès des vols à bas coût. » Dans le tertiaire, en Aquitaine, seule la valeur ajoutée du commerce diminue (13,2% en 1990 vs 11,4% en 2011).

La valeur ajoutée du secteur de l'hébergement-restauration augmente quant à elle en Aquitaine (2,1% en 1990 vs 2,7% en 2011), alors qu'elle diminue au niveau national. Les activités scientifiques et techniques et les services administratifs et de soutien progressent (7,5% en 1990 vs 10,1% en 2011), tandis que le secteur de l’information et de la communication diminue légèrement (3,4% en 1990 vs 3,1% en 2011).

Une démographie galopante

Entre 1982 et 2011, l’Aquitaine gagne presque 600.000 habitants, soit une progression annuelle moyenne de 0,7%. Cette progression est essentiellement portée par les trois grandes aires urbaines de Bordeaux, Bayonne et Pau qui concentrent à elles seules en 2011, 39% de la population de la région Aquitaine. Au total, 73% des Aquitains vivent en espace urbain.

Pour les candidats à la franchise, la dynamique démographique de la région Aquitaine est potentiellement intéressante à Bordeaux et les communes alentours, mais aussi à La Teste-de-Buch-Arcachon, Bayonne, Périgueux, Agen et Dax.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top