logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

Créer son entreprise en reprenant une franchise

Pourquoi et comment reprendre une entreprise franchisée

Publié le

Créer son entreprise en franchise n'est pas un défi qu'on relève à la légère. En plus des contraintes financières, il y a une quasi infinité de facteurs à considérer aussi bien au niveau humain qu'au plan entrepreneurial. D'un autre côté, démarrer une affaire en solo n'est pas plus facile, loin de là. C'est pourquoi de nombreux candidats à la création d'entreprise choisissent une troisième voie : la reprise d'une franchise. Explorons ensemble les possibilités et les avantages d'une telle approche.

Les principes de la franchise

Pour nos lecteurs qui ne seraient pas familiers du modèle franchisé, prenons le temps de poser quelques définitions. La franchise est une des nombreuses façons dont peut s'organiser un réseau de commerce associé. Une entreprise propriétaire d'une enseigne, qu'on appelle le franchiseur, développe un concept réplicable et rentable avant de passer un contrat avec des entités juridiques distinctes, les franchisés.

Un franchisé se voit confier le concept, le savoir-faire et le droit de représenter l'enseigne sur un territoire donné (tout ou partie d'une ville en général) et doit fournir une expérience identique au consommateur. Il reçoit une formation et une assistance quotidienne, en échange desquels il s'acquitte de contreparties financières, les royalties. Celles-ci sont généralement un pourcentage de son chiffre d'affaires.

La franchise est une relation symbiotique, un accord gagnant – gagnant. En effet, chacune des parties tire avantage du contrat, et travailler pour soi-même revient à faire progresser son partenaire.

Les assurances d'une reprise en commerce associé

Se lancer dans l'entrepreunariat par la franchise, n'est ni plus ni moins qu'une garantie supplémentaire. Ce n'est pas une assurance de rencontrer le succès et de devenir millionnaire en moins de cinq ans ! En revanche, on marche moins vers l'inconnu quand on décide de reprendre une entreprise qui, en plus de disposer d'un bilan et d'une clientèle établie, fonctionne selon un concept éprouvé avec une marque connue du public, tout en se reposant sur une structure d'assistance.

Quand on cherche à financer un projet dans la conjoncture qui est la nôtre, les banques sont notoirement difficiles à convaincre. Si la reprise d'un commerce existant est un argument important, l'appartenance à un réseau réputé en est un autre. Un banquier sera plus enclin à investir s'il ne prend pas le risque de le faire sur un entrepreneur isolé.

Les difficultés de la reprise d'entreprise

Pour convaincre les banques, encore faut-il que l'affaire ciblée par le nouveau franchisé soit saine ! Si beaucoup d'entreprises franchisées sont en effet à vendre parce que leurs propriétaires veulent prendre leur retraite ou se lancer dans un autre projet, certaines sont sur le marché parce qu'elles ne sont pas rentables. Cela ne veut pas dire qu'il faille s'en éloigner, mais le défi n'est pas le même et il est nécessaire de prouver sa propre valeur en tant que repreneur.

Évaluer les forces et les faiblesses d'une entreprise à vendre est le challenge majeur pour le repreneur. Il faut vérifier les informations fournies par le cédant et par le franchiseur et savoir s'entourer de personnes de bon conseil, comme un expert-comptable et un avocat spécialisé dans la franchise.

De nombreux détails sont à vérifier à ce stade : les comptes et les bilans comptables bien entendu ; les stocks et les fournisseurs ; les délais de paiement ; le personnel et son sentiment à l'idée de changer de patron ; les plans d'urbanisme (et si un projet venait chambouler l'attractivité de l'emplacement?) ; la future activité du cédant (et s'il venait créer un concurrent direct à proximité?) ; etc. Enfin, un dernier obstacle qui n'est pas le moindre : reprendre une franchise demande de convaincre le franchiseur.

La négociation se fait à trois

Un contrat de franchise est passé entre l'entreprise de la tête de réseau et le gérant de l'affaire franchisée (c'est à dire intuitu personae, en termes légaux). Il ne peut donc pas être cédé avec l'entreprise franchisée. Le repreneur devra en signer un nouveau à son entrée dans le réseau.

En outre, le contrat comporte souvent des clauses qui donnent au franchiseur le droit de décider qui sera le repreneur. Même si celui-ci a convaincu le cédant, il doit persuader la tête de réseau qu'il est le candidat idéal pour la reprise.

Comme pour la sélection d'un nouveau franchisé qui souhaiterait créer une entreprise sous une enseigne franchisée, le repreneur doit se plier aux contraintes imposées par la tête de réseau. Celui-ci a souvent un profil type pour ses candidats, mais il ne demande qu'à être convaincu !

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top