logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

La franchise, le nouvel el-dorado des investisseurs ? (partie 1 )

Publié le
Alors que les marchés boursiers jouent au yoyo et que les risques financiers augmentent pour des retombées aléatoires, de plus en plus d'investisseurs (petits ou gros) lorgnent sur le potentiel de développement d'enseignes en franchise pour diversifier leurs portefeuilles. Comment expliquer cet engouement ? Quelques réponses !

Un modèle économique séduisant pour les investisseurs

  Depuis quelques années, les investisseurs purs sont de plus en plus intéressés par le modèle économique de la franchise. Cette tendance lourde est assez récente mais elle correspond à une vraie demande de la part des investisseurs. Ces derniers considèrent à juste titre d'ailleurs que la franchise est un formidable levier de rentabilité du fait de la croissance structurelle du modèle économique en réseau.

Et de fait, le développement est bien l'un des moteurs les plus séduisants du modèle économique de la franchise. Chaque franchisé œuvre pour la réussite du réseau dans son ensemble en même temps qu'il fait fructifier son entreprise. Basée sur le principe que l'union fait la force, la franchise est une valeur sûre du commerce d'aujourd'hui. Et plus les franchisés sont nombreux dans un réseau, plus le franchiseur a les moyens de ses ambitions pour faire connaître sa marque et se développer de plus belle. Autrement dit, le développement appelle le développement ! Les risques étant partagés par de nombreux intervenants (les franchisés), les savoir-faire étant bien bordés pour répondre aux besoins d'une clientèle identifiée, le potentiel de développement est sinon garanti du moins beaucoup moins risqué que dans le cadre d'une entreprise classique. En d'autres termes, investir dans une franchise est un gage de rentabilité !


Les investisseurs purs l'ont bien compris. Après avoir été échaudés par les promesses mirifiques des secteurs instables des nouvelles technologies, ils préfèrent désormais miser sur des structures plus solides dont le modèle économique a été éprouvé. Ceci est d'autant plus vrai aujourd'hui alors que les produits classiques de la bourse ont montré leurs limites !

Une nouvelle donne pour les franchiseurs

Et du côté des franchiseurs ? L'apport massif de capitaux frais est bien évidemment considéré comme une aubaine, mais pourtant les dispositifs spécifiquement dédiés aux investisseurs purs restent rares. Pourquoi ? Tout simplement parce que le modèle économique de la franchise est surtout basé sur l'idée qu'un franchisé est acteur au quotidien du développement de son entreprise. Impliqué financièrement mais aussi physiquement, le franchisé est à la base de la réussite de son entreprise et par ricochet de la notoriété de son réseau. Aujourd'hui encore, les enseignes privilégient le recrutement de franchisés acteurs de leurs entreprises.

Un financier pur qui n'a aucune implication dans l'entreprise qu'il finance n'est a priori pas la cible prioritaire pour un réseau où l'humain prime sur le reste. Mais les choses changent peu à peu... Les enseignes permettant à leurs franchisés de devenir multifranchisés deviennent chaque année qui passe plus nombreuses. Le franchisé passe ainsi du rôle d'acteur à celui de gestionnaire de plusieurs points de vente. Ce passage du statut de « petit commerçant » à celui de «PDG » traduit d'une volonté affichée des grands réseaux de faire évoluer les mentalités. Pour eux, de nouvelles formations spécifiques ont vu le jour pour mieux répondre aux nouveaux besoins. Les investisseurs purs sont également de plus en plus sollicités par des propositions dédiées misent au point par quelques franchiseurs.

L'implication du franchisé se résume à financer le démarrage de l'entreprise et de confier sa gestion à un responsable de centre de profit, un salarié responsable ou encore au franchiseur. De plus, pour stimuler leurs croissances, les franchiseurs de plus en plus professionnels voient leurs besoins financiers augmenter. Le recours à la manne financière des business angels n'est plus aujourd'hui un tabou. L'argent du capital risque s'inscrit désormais dans le champs des possibles pour les réseaux souhaitant passer à l'international ou souhaitant racheter un concurrent. L'apport de financements peut aussi permettre de se donner les moyens de passer à la vitesse supérieure pour booster le maillage d'un réseau. La concentration des groupes devient une tendance lourde dans tous les secteurs d'activité, y compris ceux traditionnellement développés en franchise.

Un modèle économique à maturité

Né il y a une quarantaine d'années, le modèle de la franchise est en perpétuelle évolution pour mieux répondre aux durcissements des marchés et de la concurrence. Le développement providentiel de réseaux purement familiaux devient plus rare aujourd'hui. A l'image des créateurs opportunistes des grandes enseignes actuelles de la grande distribution moderne, le profil type des franchiseurs a changé. L'artisan génial et meneur de troupes est devenu aujourd'hui un marketeur chevronné dont le profil ressemble beaucoup à celui d'un responsable de centre de profit. Le créateur du réseau n'est plus forcément un spécialiste de son secteur d'activité mais de plus en plus un « découvreur de marché potentiel ».

La montée en charge de son affaire dépend de la rapidité qu'il aura à afficher une progression soutenue. Plus structurés, mieux armés financièrement, plus « professionnels » dans leur démarche de développement, les franchiseurs d'aujourd'hui laissent moins la place au hasard. Ce changement progressif des réseaux de franchise a naturellement fait évoluer par ricochet les profils des franchisés. Aujourd'hui, la très grande majorité des franchisés est composée d'anciens cadres en reconversion, très pointus sur tout ce qui concerne la gestion. Ce changement des profils démontre d'une arrivée à maturité de ce principe du commerce organisé. C'est cette maturité plus sereine et moins risquée qui attire justement les petits et les grands investisseurs !

L'accompagnement de la démarche à toutes les étapes des mises de fonds rassure. Les bonus fiscaux décrétés en 2007 dans le cadre de la loi TEPA enfoncent encore le clou. La franchise pourrait bien devenir dans les prochaines années le maillon fort des investisseurs en mal de placement rentable.
Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Trouver une franchise

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

Découvrez quelle franchise est faite pour vous !

Recherchez une franchise par thématique

Trouvez le secteur de vos rêves !

Vous souhaitez ouvrir une entreprise en franchise dans un secteur d’activité particulier ? Découvrez toutes les thématiques des franchises.

Voir toutes les thématiques
Scroll to top