logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

THE KASE

Julien Vialette et David Maman

Licenciés The Kase à Clermont-Ferrand

Franchise THE KASE

Les chiffres de ce réseau :

  • - Date de création : 2012
  • - Date de lancement de la franchise : 2012
  • - Nombre d’implantations : 138
Créer une surveillance par email

Interview de Julien Vialette et David Maman

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Julien Vialette et David Maman sont licenciés The Kase à Clermont Ferrand, dans le Puy de Dôme. Pour Toute la Franchise, les deux associés reviennent sur leur démarrage aux côtés d l’enseigne spécialisée dans la personnalisation d’accessoires pour smartphones.

Toute la Franchise : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Julien Vialette et David Maman :
Nous avons 30 ans. Nous sommes tous deux issus de l’exploitation cinématographique. Respectivement Directeur et Directeur Adjoint de Multiplexe pour le groupe CGR, nous avons décidé en 2012 de nous lancer dans l’entrepreneuriat.

TLF : Pourquoi avoir créé votre société avec le support de votre franchiseur ? Avez-vous consulté des concurrents de votre enseigne ?
J.V. et D.M. :
The Kase n’était pas la première franchise que nous exploitions. Le choix de la franchise nous permet de profiter du développement rapide, de la notoriété et du savoir faire souvent difficile et fastidieux à réaliser seul.
Nous n’avons pas consulté les concurrents de The Kase dans le sens où il n’y en a pas vraiment. Le concept de personnalisation est vraiment le plus de la franchise. D’autant plus que cette personnalisation est beaucoup plus qualitative que ce que l’on peu trouver sur le marché actuellement (Internet)

TLF : Etiez-vous de la profession avant de vous lancer ? Si non, pourquoi avez-vous changé de secteur d’activité ?
J.V. et D.M. :
Nous n’étions pas de la profession. Nous sommes « touche à tout » et ne nous limitons pas à un seul secteur d’activité. Notre première création était une agence de communication (que nous avons fermée entre temps), puis des boutiques des cigarettes électroniques.

TLF : Comment avez-vous été et êtes-vous toujours accompagnés dans votre activité ?
J.V. et D.M. :
Nous ne sommes pas accompagnés dans nos activités. Nous profitons simplement de l’aide franchiseur classique.

TLF : La formation vous a-t-elle permis concrètement de démarrer votre activité dans des conditions optimales ?
J.V. et D.M. :
Nous avons suivi une formation vendeur et boutique durant une semaine ce qui nous as permis d’être opérationnels dès le lancement de notre boutique.

TLF : Votre franchiseur a-t-il concrètement respecté tous les points sur lesquels il s’était engagé ?
J.V. et D.M. :
Pour le moment tout se passe comme convenu avec notre franchiseur. Tous les engagements sont respectés. De plus je tiens à préciser que ceux-ci sont disponibles et en permanence à notre écoute.

TLF : Comment se passent les relations avec vos collègues franchisés ? L’esprit réseau est-il réellement effectif ?
J.V. et D.M. :
Nous avons très peu de relations avec les autres franchisés dans le sens où il n’y en a pas encore beaucoup. Mais nous avons eu contact avec tous lors de leur phase de création. Nous jouons le rôle de premier franchisé France.

TLF : En termes de chiffre d’affaires, avez-vous atteint vos objectifs ?
J.V. et D.M. :
Notre premier bilan vient de se clôturer en positif. Nous sommes actuellement sur nos objectifs.

TLF : Quelles actions menez-vous pour développer votre C.A et vos clients ?
J.V. et D.M. :
Nous mettons en place plusieurs chose comme la communication sur la Presse locale adaptées, la présence dans nos points de vente pour formation continue de nos vendeurs ou encore l’amélioration des processus de vente.

TLF : Avec le recul, le concept est-il bien positionné et bien justifié sur votre marché ?
J.V. et D.M.
: Il est très bien positionné, oui, principalement sur le lieux de notre activité.

TLF : Auriez-vous pu mener à bien votre activité si vous aviez du la créer seul ?
J.V. et D.M. :
Sans la franchise nous n’aurions jamais lancé ce projet.

TLF : Si c’était à refaire, signeriez-vous à nouveau avec votre franchiseur ?
J.V. et D.M. :
Oui et nous comptons ouvrir d’autres boutiques sous la même enseigne.

TLF : Quels conseils donneriez-vous à tous les candidats intéressés par votre enseigne ?
J.V. et D.M. :
Bien étudier l’implantation du point de vente. Choisir un emplacement 1ere catégorie avec de gros flux.

Nos interviews sont la propriété de Toute la Franchise et sont destinées à la diffusion exclusive sur les sites du Groupe Toute la Franchise.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

DERNIERES INTERVIEWS DU RESEAU THE KASE

Créer une surveillance par email
découvrez
le concept
de ce réseau
en détail

Aucune autre interview

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour interview. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Scroll to top