logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette
Benjamin Pritchard

ECOLAVE

Benjamin Pritchard

Franchisé Ecolave dans l'Ariège

Franchise ECOLAVE

Les chiffres de ce réseau :

  • - Date de création : 2008
  • - Date de lancement de la franchise : 2009
  • - Nombre d’implantations : 56
Créer une surveillance par email

Interview de Benjamin Pritchard

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Benjamin Pritchard a rejoint le réseau Ecolave il y a un peu plus d’un an. Il revient aujourd’hui pour Toute la Franchise sur ses premiers pas au sein du groupe et l’accompagnement dont il a bénéficié.

Toute la franchise : Pouvez-vous vous présenter ?
Benjamin Pritchard :
Je suis franchisé Ecolave depuis octobre 2012. Auparavant, j’ai travaillé durant quelques années dans la logistique puis, après avoir passé une mention complémentaire de chef de rang dans une école hôtelière, j’ai été employé dans un hôtel 4 étoiles. Mais j’avais envie depuis un moment de créer mon entreprise. Et tout naturellement je me suis rapproché d’un univers dans lequel j’avais grandi, l’automobile.

TLF : Comment êtes-vous entré en contact avec votre enseigne et avez-vous consulté des concurrents ? Et si oui, pourquoi avoir choisi cette enseigne ?
B.P. :
J’ai découvert Ecolave via des recherches sur les sites internet de franchise. J’ai effectivement consulté d’autres enseignes mais Ecolave a été le plus rapide à me répondre. Correspondant à ce que je cherchais, c’était pour moi la bonne solution.

TLF : Comment s’est déroulée la période entre votre premier contact et vos débuts ?
B.P. :
J’ai contacté l’enseigne par mail et elle est revenue très rapidement vers moi. J’ai d’abord eu un entretien téléphonique avec Pascal Lefrout, l’animateur réseau avant de rencontrer Jérémy Richard, le fondateur et dirigeant de l’enseigne. J’ai été immédiatement emballé et convaincu par ce qu’ils me proposaient.

TLF : Votre franchiseur a-t-il concrètement respecté tous les points sur lesquels il s’était engagé ? Répond-il à votre attente ?
B.P. :
Oui, tout s’est très bien passé. Dès le lancement, le suivi est là, le contact téléphonique est permanent et Pascal passe régulièrement. Le franchiseur a parfaitement répondu présent lors du démarrage et en cas de besoin, il est toujours là, il y a un excellent suivi de sa part.

TLF : Etiez-vous de la « profession » avant de vous lancer ?
B.P. :
Non absolument pas, j’étais totalement novice même si j’ai grandi dans cet univers. Mon grand-père avait une concession et mon père un garage automobile, c’est donc pour moi un retour aux sources, même si j’ai tout eu à apprendre.

TLF : Comment se passe les relations avec vos collègues franchisés ? L’esprit « réseau » est il réellement effectif ?
B.P. :
Cela se passe très bien, il y a véritablement un esprit « réseau ». J’ai eu beaucoup d’échanges avec eux au début, un peu moins maintenant mais nous sommes toujours disponibles les uns pour les autres si nous avons des questions techniques ou sur les produits par exemple. J’apprends beaucoup de choses via mes échanges avec les autres franchisés.

TLF : La formation vous a-t-elle permis concrètement de démarrer votre activité dans des conditions optimales ?
B.P. :
La formation initiale est très complète. Moi qui ne connaissais absolument rien à la préparation esthétique automobile, je me suis senti bien armé pour démarrer, même si j’ai effectivement continué à apprendre sur le terrain. De plus, l’animateur nous aide considérablement dans notre prospection commerciale.

TLF : En termes de Chiffre d’affaires, avez-vous atteint vos objectifs ?
B.P. :
Oui et au-delà puisque mon chiffre d’affaires a été largement atteint même si les premières semaines n’ont pas forcément été évidentes, ce qui est normal au démarrage car il faut se faire connaître.

TLF : Quelles actions menez-vous pour développer votre C.A et votre clientèle ?
B.P. :
Dès le départ il faut se vendre, la démarche commerciale est primordiale. En plus d’intervenir sur la zone de Pamiers, je suis en charge du secteur de Toulouse depuis fin août. Aujourd’hui je suis au maximum de mes capacités en termes de travail, mon planning est très chargé et c’est tant mieux ! Pour parfaitement satisfaire ma clientèle je suis en cours de recrutement d’un salarié.

TLF : Avec le recul, le concept est-il bien positionné et bien justifié sur votre marché ?
B.P.
: Oui, il y a du travail sur ce secteur avec une réelle demande même s’il y a beaucoup de concurrence. La force d’Ecolave, ce sont ses produits et la qualité de notre travail, c’est ce qui nous permet de fidéliser notre clientèle.

TLF : Auriez vous pu mener à bien votre activité si vous aviez du la créer seul ?
B.P. :
Non, c’est pourquoi j’ai choisi cette option, le soutien d’un réseau, le coût financier peu élevé et le fait d’apprendre un autre métier. Seul et à 24 ans, tout ceci aurait été plus compliqué et plus long.

TLF : Si c’était à refaire, signeriez-vous à nouveau avec votre franchiseur ?
B.P. :
Oui sans problème, il n’y a que du positif !

TLF : Quels conseils donneriez-vous à tous les candidats intéressés par Ecolave ?
B.P. :
Se défoncer, ne rien lâcher, être persévérant.

Nos interviews sont la propriété de Toute la Franchise et sont destinées à la diffusion exclusive sur les sites du Groupe Toute la Franchise.

Vous appréciez cet article? Notez-le.
Soyez le premier à noter

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour interview. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Scroll to top