logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Voir-rédiger les commentaires Voir les articles de ce réseau

Franchiseurs à Franchisées

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Définition de la réussite ?
La réussite personnelle, familiale et sociale est aussi importante que la réussite professionnelle.  Convaincus que la franchise permet de trouver cet équilibre, sans lequel sa vie n’est pas totalement réussie. 60 % des Français veulent être fonctionnaires, 56 % rêvent de créer leur entreprise, soit 116 % !! Donc beaucoup de gens ont des aspirations paradoxales : ils veulent le beurre et l’argent du beurre, la sécurité et l’indépendance, et par-dessus tout, la rentabilité !

La franchise permet-elle de combiner ces exigences ?
Il y a trois voies pour devenir dirigeant.

La première : reprendre une entreprise. Dans les cinq ans à venir, il y en aura 700 000, des petites comme des grandes.

Deuxième option : être entrepreneur à tout prix. Alors on fonce : nouvelles idées, nouveaux produits, nouveau métier. Mais là, il y a une chance sur deux, 52 % de chances pour être exact, de fermer boutique dans les cinq ans. Le taux d’échec se monte à 80 % dans les dix ans ! Il faut être un kamikaze économique pour faire ce choix !  

Troisième voie : la franchise. En trouvant un bon franchiseur !
 

Encore faut-il dénicher le bon franchiseur…
Pour être sûr de s’adosser à un réseau solide, il suffit d’en choisir un qui a déjà fait ses preuves. On ne peut enseigner aux autres que ce qu’on a déjà réussi soi-même. Pour s’assurer de sa fiabilité, on peut visiter les franchisés du réseau… On sait vite quand une chaîne sent le soufre et traîne des cadavres.


La clé du succès tient-elle uniquement dans le choix du franchiseur ?
Yves Sassi, a dit : « En s’adossant à un bon réseau, l’entrepreneur rejoint le club des meilleurs taux de réussite avec 90 % des entreprises encore en activité après cinq ans ». J’irais même plus loin : chez les très bons franchiseurs, il n’y a quasiment pas d’échec. Mais avant de choisir le bon franchiseur, la bonne formule, il faut d’abord opter pour un métier qu’on aime.

 
Y a-t-il une personnalité idéale, un profil type de franchisé ?
Il n’y a pas de bons profils, il n’y a que des profils qui correspondent à un concept particulier. Vous imaginez une jeune femme délicate vendre des pneus ? Elle n’aurait pas le costume de l’emploi.


Est-ce la même population qui se lance seule ou avec l’appui d’un réseau de franchise ?
En fait, beaucoup de gens s’installent seuls parce qu’ils n’ont pas réussi à intégrer un réseau. Il faut être un « super bon » pour être sélectionné par un bon franchiseur. Ce dernier vous choisit pour renforcer encore la solidité du réseau. Le succès attire le succès.

La propension à mettre en commun les expertises des franchisés fait-elle la puissance du réseau ?
L’union fait la force. Dans notre univers économique, on ne s’en sort pas si on est isolé.

Certains indépendants ne supportent pas la pression.

Claude Génin, a dit : « Rien de tel que la solitude pour se faire du mouron et perdre confiance en soi. » C’est justement le mal de l’indépendant isolé que de se faire du mauvais sang, de passer des nuits blanches. Non seulement cela peut nuire à sa santé et à son environnement familial. Mais rien de tel aussi pour décourager les enfants de prendre la relève.
 
 
Comment se déroule la sélection d’un franchisé ?
C’est le plus dur, finalement : les bons réseaux reçoivent cent candidatures pour une place.

La franchise est-elle possible pour les personnes qui aiment l’autonomie et la liberté ?

Ils peuvent faire ce qu’ils veulent chez eux à condition de respecter les règles plus larges du groupement. Un mauvais franchisé dans la maison entraîne les autres vers le bas. Prenez l’hypothèse d’un franchisé qui ne respecterait pas l’hygiène. Un jour, quarante de ses clients se retrouvent à l’hôpital et la nouvelle fait la une de la presse. C’est tout le réseau qui en pâtit.

Faut-il nécessairement avoir le coup de foudre pour le concept ?

Tous les bons mariages ne naissent pas sur un coup de foudre, lequel fait tourner la tête mais retombe souvent comme un soufflé. C’est plutôt la bonne connaissance de l’autre et la pondération qui font que le couple dure.


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

DERNIERS ARTICLES DU RESEAU ENSORCELLE BEAUTE

Créer une surveillance par email
découvrez
le concept
de cette enseigne
en détail

Voir tous les articles

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

Le commentaire que vous déposerez ici sera du domaine public. Si vous êtes intéressé par l'enseigne, ne laissez pas vos coordonnées ici, mais cliquez sur « Demande de documentation » en haut ou bas de page. Merci.

250 caractères restants

Scroll to top