logo-webcdlogo-mobilelogo-infoprologo-desktoplogo-desktop.originallogo-desktop.bakicon-theme-testicon-social-whatsappicon-social-twittericon-social-shareicon-social-linkedinicon-social-facebookicon-searchicon-search--activeicon-my-accounticon-homeicon-ctrl-chevron-righticon-ctrl-chevron-right-bakicon-ctrl-chevron-lefticon-ctrl-arrow-righticon-carticon-action-close

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Voir-rédiger les commentaires Voir les articles de ce réseau

Le carignan

Publié le
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn


Quel oenophile n’a pas goûté un vin comportant une part significative de carignan, aux tannins verts et âpres ? Est-ce une fatalité ? Absolument pas. L’association Carignan Renaissance regroupe des vignerons qui tiennent à prouver les qualités de ce cépage. Tour d’horizon avec Bernard Arnould…


Petit retour en arrière : à la fin du 19ème siècle, les ravages causés par le phylloxéra dans le sud de la France ont rendu nécessaire la replantation du vignoble. L’aramon a été largement utilisé à cet effet, et il a malheureusement contribué à la production de bibines obtenues à partir de rendements incroyablement élevés. Dans les années 1960, il a été progressivement remplacé par le carignan, plus alcoolique et plus tannique. Les rendements sont toutefois restés fort hauts, avec comme résultante des vins caractérisés par une rusticité acide et râpeuse. Sa réputation de cépage médiocre a dès lors entraîné un vaste arrachage lors de la renaissance qualitative de ces vignobles dans le dernier quart du 20ème siècle. Alors qu’il a longtemps été le premier cépage de France, (207.000 ha en 1979), il n’occupe plus actuellement que la 3ème place, avec quelques 90.000 ha, largement derrière le merlot et le grenache. En une vingtaine d’années, les subsides à l’arrachage en ont fait disparaître plus de 100.000 ha, alors que l’on voyait apparaître des cépages dits «améliorateurs» comme la syrah et le mourvèdre. Or, depuis quelques années, un tournant s’est amorcé; le regard porté par certains vignerons sur ce carignan a changé. Mais, avant d’en venir à cela, un rapide aperçu identitaire.


Qui est-il ?

Certains spécialistes situent son origine en Espagne, plus précisément à proximité de la ville de Cariñena, dans la province d’Aragon. Le Priorat n’est pas loin, rien d’étonnant dès lors à ce qu’il donne naissance sur les schistes bruns de cette appellation à certains des plus intéressants vins de carignan au monde. Mais on en trouve la trace dans le midi de la France dès le 11ème siècle. Il s’agit d’un cépage tardif, il ne débourre en Languedoc que vers la mi-avril, ce qui le met à l’abri des gelées tardives. Il est par contre sensible au mildiou, et plus encore à l’oïdium. Vigoureux, il peut aller en plaine jusqu’à des rendements de 200 hl/ha. Son intérêt qualitatif est plus évident en coteaux, où, conduit en gobelet, il peut être limité à des rendements situés entre 30 et 70 hl/ha. Sylvain Fadat, du Domaine d’Aupilhac, qui fut l’un des premiers à lui donner ses lettres de noblesse, considère que, sur des terroirs adaptés, 40hl/ha de carignan en vieilles vignes permettent de produire des vins de qualité.


Où le trouver ?

En raison de sa maturité tardive, le carignan ne convient qu’à des climats chauds. Introduit en France dès le 12ème siècle, il fut donc à une époque le premier cépage planté dans les zones méridionales : Languedoc, Roussillon mais aussi Corse, Ardèche, Var, Vaucluse et même Provence. D’Espagne, où il est aussi connu sous le nom de mazuelo ou de samso, il a émigré vers de nombreux autres horizons. Le pays le plus inattendu est sans doute la Chine. Pour le reste, citons la Sardaigne (où on l’appelle aussi uva di Spagnia), le Portugal, la Grèce, la Tunisie, le Maroc, l’Algérie et le Liban. Côté nouveau monde, on le retrouve notamment en Uruguay, au Chili, en Afrique du Sud, au Mexique. Carignan Renaissance Une charge raisonnable est un élément essentiel pour permettre à ce cépage de s’exprimer. Le mouvement Carignan Renaissance, issu de la volonté de vignerons convaincus de cela, s’est donné pour objectif de rendre sa notoriété à ce qu’ils considèrent comme un «gars du pays», qui parle occitan et catalan, parfaitement adapté au cagnard du sud. Et effectivement, dans un millésime de canicule comme 2003, le carignan a beaucoup mieux supporté la chaleur que la syrah par exemple. En 2004, une dégustation internationale fut organisée par ce mouvement : 24 vins de carignan furent dégustés par 11 vignerons et 23 dégustateurs professionnels de 6 pays. Deux conclusions essentielles à retenir : primo, les vins possédaient un équilibre et une fraîcheur bienvenue dans ce
type de millésime, mais attention, si les rendements sont excessifs, cette fraîcheur se transforme en verdeur agressive; secundo, bien géré, le carignan est un révélateur de terroir.
Notre dégustation 25 vins nous avaient été envoyés, 14 dans le millésime 2005 et 11 en 2004. Premier constat, un rien surprenant compte tenu de l’engagement par rapport à Carignan Renaissance : si la grande majorité des vins étaient des 100% carignan présentés en Vin de Pays, six d’entre eux étaient des AOC. Ce qui signifie, en fonction des
décrets d’appellation, qu’il s’agissait de vins d’assemblage : carignan et syrah le plus souvent, plus rarement grenache ou cinsault. Deuxième constat, sur les sept vins que nous avons sélectionnés, trois étaient précisément des assemblages : interpellant ! En effet, ceci veut dire que nous avons retenu 50% des vins d’assemblage contre seulement 20% de purs carignans. Dernier constat : cinq des 2005 ont été retenus contre deux 2004, ce qui est nettement moins surprenant.


Pour conclure, relevons aussi qu’un certain nombre des 2005 provenaient en tout ou partie de macération carbonique : ils ne dépassaient pas le stade du vin de plaisir fruité et simple. Est-ce bien là le destin idéal du carignan ? Bernard Arnould Carignan, stop ou encore ?

Dégustation Les Vins Carignan : les vins retenus.


Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Créer une surveillance par email

Les franchises qui recrutent dans le même secteur

DERNIERS ARTICLES DU RESEAU COTE TERROIR

Créer une surveillance par email
découvrez
le concept
de cette enseigne
en détail

Profil du candidat franchisé

Article publié le 03/03/2008

Côté Terroir a de bonnes idées pour la fin de l'année

Article publié le 17/12/2007

Devenez franchisé COTE TERROIR

Article publié le 18/11/2007

VIVE LE SUD !

Article publié le 02/11/2007

Côté Terroir a organisé une dégustation à Collioure

Article publié le 30/10/2007
Voir tous les articles

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

Le commentaire que vous déposerez ici sera du domaine public. Si vous êtes intéressé par l'enseigne, ne laissez pas vos coordonnées ici, mais cliquez sur « Demande de documentation » en haut ou bas de page. Merci.

250 caractères restants

Scroll to top