Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Financer un projet professionnel : les cinq erreurs à éviter

Quelles sont les 5 erreurs à éviter lors de la demande d’un prêt pour financer un projet professionnel ?

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google plus Partager sur LinkedIn

Se lancer dans la création d’une entreprise est un travail de longue haleine. Cela nécessite un investissement personnel à plein temps, et un choix très rigoureux des partenaires. Mais la plus grande difficulté à laquelle sont régulièrement confrontés les entrepreneurs, réside dans le financement du projet. Créer une entreprise requiert une certaine somme d’argent, dont les porteurs de projet ne disposent pas toujours. C’est à ce moment-là, que la plupart d’entre eux se tournent généralement vers les organismes spécialisés dans le financement de projet professionnel. Mais cependant, les institutions bancaires n’accordent pas facilement un prêt professionnel. Pour cela, il faut donc détenir un dossier bien ficelé, et surtout éviter certaines erreurs. Pour vous aider, Toute la Franchise dresse la liste des cinq erreurs à éviter impérativement.

 

1- Présenter un dossier de demande de financement incomplet ou bâclé

VDLF-Top 5 erreurs à éviterPassage obligatoire pour de nombreux porteurs de projet, la constitution du dossier de prêt à présenter aux institutions bancaires à une importance capitale dans le processus de la création d’une entreprise. Loin d’être une simple formalité, ce dossier permet à l’entrepreneur de démontrer son implication dans son projet, ainsi que la pertinence et la fiabilité du concept qu’il souhaite mettre en place. De plus, il est important pour ce dernier d’avoir à l’esprit que le professionnalisme fait partie des valeurs importantes pour tout établissement bancaire crédible. De ce fait, ces organismes (qui reçoivent beaucoup de sollicitations de la part des créateurs d’entreprise) se penchent plus facilement sur un dossier dont la fiabilité parait claire, et le concept rentable. En effet, les institutions bancaires accordent plus facilement un prêt pour un projet qu’ils estiment fiable et rentable pour eux. Arriver à l’entretien avec un dossier complet et bien préparé, c’est déjà faire un grand pas vers l’obtention d’un prêt.

 

2 - Rater la présentation de son dossier

 

Une fois le dossier au complet, le porteur de projet ne devra pas faire l’erreur de penser que le tour est joué. Avoir un bon dossier c’est bien, mais savoir le vendre pour persuader un banquier, c’est encore mieux. C’est à ce moment-là, que la phase présentation s’avère aussi importante que la constitution de dossier. Il est capital pour l’entrepreneur de bien effectuer sa présentation. Pour cela, lors de l’entretien, ce dernier se devra d’être clair, fluide et concis. Il est fortement recommandé de faire une synthèse du projet avant de rentrer dans les détails, cela permettra de montrer à son interlocuteur que l’on maitrise tous les différents aspects du projet, et ainsi éviter de s’égarer entre les grandes lignes. Une présentation incohérente suscitera immédiatement de la méfiance vis-à-vis de la fiabilité du projet, et risque d’écorner l’image du créateur ou du repreneur d’entreprise. Ainsi, dès les premières minutes de l’entretien, le porteur de projet se doit être persuasif. Favoriser l’utilisation des mots simples et directs (qui expliqueront rapidement les tenants et les aboutissants du projet au banquier) sont aussi une manière simple et efficace de montrer que l’on a bien préparé (et donc pris au sérieux) son projet. En résumé, avant de solliciter un entretien avec un organisme de financement, il est préconisé d’attendre d’être fin prêt et bien avancé dans le projet afin d’optimiser ses chances de faire bonne impression, et obtenir plus facilement le prêt.

3 – Ne pas faire de business plan

Le business plan (ou plan d’affaires) est un document indispensable dans le processus de création d’une entreprise. C’est un dossier écrit qui permet notamment à un entrepreneur de formaliser son projet d'entreprise, de définir la stratégie à adopter (en s’appuyant sur une analyse du marché) lors de son lancement sur le marché, mais également de définir la composition de son équipe, les moyens logistiques prévus pour assurer le bon fonctionnent de son entreprise ainsi qu’une projection (en général sur cinq ans) sur les perspectives d’évolution de l’entreprise. Indispensable lors de l’entretien avec l’organisme de financement, le business plan permet également de communiquer sur son projet, et de démontrer le sérieux de l’entrepreneur et ses compétences. Un business plan bien réalisé a plus de chance de séduire et de convaincre des investisseurs, qui pourront ainsi s’assurer plus aisément de la rentabilité du projet.

4 – Ne pas jouer la carte de la transparence

Pour mettre toutes les chances de leur côté afin d’obtenir le financement nécessaire à la réalisation de leur projet, certains entrepreneurs pourraient être tentés de présenter un dossier avec des données intentionnellement faussées. Pensant présenter un dossier rassurant aux institutions bancaires, ces derniers mettent, en réalité, en péril leur projet. En effet, avant d’accorder un prêt, les organismes de financement prennent le temps d’analyser de fond en comble le dossier présenté afin de s’assurer des éventuels dangers que pourraient présenter le projet. Ainsi, en analysant le dossier de plus près, ils peuvent rapidement se rendre compte des éventuelles incohérences dissimulées dans ce dernier. Et si tel est le cas, ils donneront sans doute un avis défavorable à la demande en se basant sur la non-fiabilité du porteur de projet.

5 – Ne pas tenir compte des détails

« Le diable est dans les détails », cette citation du philosophe Friedrich Nietzsche trouve également écho chez les entrepreneurs, notamment pendant la phase de préparation du dossier qui appuiera leur demande de financement. En effet, dans l’optique où la banque va passer au peigne fin tout dossier de demande de prêt, il est primordial pour le porteur de projet de connaitre son projet sur le bout des doigts. Et même si certaines faiblesses sont pointées du doigt (aucun projet n’est parfait), l’entrepreneur doit tourner cela en sa faveur, et ainsi montrer, une fois de plus, ses capacités à proposer des solutions pertinentes et concrètes afin de minimiser au maximum les risques d’insolvabilité et rassurer, par la même occasion, l’organisme prêteur.

En conclusion, se lancer dans l’aventure entrepreneuriale ne s’improvise pas. Une vigilance et une implication complète est exigée à chaque étape de la création, mais plus particulièrement lors de la réalisation et de la présentation du dossier de demande de crédit. Pour mettre toutes les chances de leur côté, il est vivement recommandé aux créateurs ou repreneur d’entreprise, de se faire aider par les enseignes spécialisées dans le courtage en financement.

 

José Kossa, Toute la Franchise ©

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google plus Partager sur LinkedIn

Créer une surveillance par email

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !