Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Comment créer son entreprise étape par étape ?

De l’idée à l’ouverture, sept étapes successives

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google plus Partager sur LinkedIn

Classiquement la création d'une entreprise est jalonnée de grandes étapes successives. Définition du projet, bilan personnel, financement, business plan, choix du statut, recherche du local, formalités... Tour d’horizon.

Illustration création entreprise

Chaque année, environ 550.000 nouvelles entreprises voient le jour en France. Si chacune de ces entreprises est unique, que chacune a son histoire, ses ambitions, sa spécificité, leurs créateurs ont tous suivi un parcours assez similaire jalonné de grandes étapes incontournables. Comment créer son entreprise ? Quelles sont les fameuses « grandes étapes » que l’on doit franchir pour aller plus loin ? Classiquement, elles sont au nombre de 7 : Définition du projet, bilan personnel, financement, business plan, choix du statut, recherche du local, formalités administratives de constitution.

Etape 1 : la définition du projet

La définition du projet de création d’entreprise commence par une idée. L’idée n’a pas besoin d’être révolutionnaire, rares sont en effet les nouvelles entreprises qui révolutionnent leur secteur. Quelle que soit l’idée (ouvrir un commerce, créer un restaurant, proposer un service, etc), il faut en dessiner les contours pour éviter de s’éparpiller. Généralement l’idée naît du constat d’un manque sur un secteur géographique défini. Elle peut aussi plus simplement découler d’une activité que l’on maîtrise en tant que salarié, ou d’une passion que l’on aimerait faire son métier. Dans tous les cas, l’idée doit être confrontée à la réalité de la concurrence, de l’offre et de la demande dans votre secteur géographique. C’est l’étude de marché. Vous devez définir vos produits et/ou services, le profil type de votre clientèle, etc. Plus le projet est clair et plus il aura de chance d’aboutir. L’envie de tester l’idée doit être forte. Sans motivation, la création d’entreprise reste à l’état de projet. Vous n’avez pas d’idée mais vous avez l’envie ? Pourquoi ne pas aller voir du côté des concepts de franchise ? Ces concepts reposent sur une idée d’activité clé-en-main. La franchise se développe dans de nombreux secteurs d’activité (services aux particuliers, services aux entreprises, restauration, immobilier, beauté, santé, bien-être, mode...).

Etape 2 : le bilan personnel

Pour savoir si, oui ou non, vous avez l’étoffe d’un patron, vous devez vous pencher sur vous ! C’est le bilan personnel. Avez-vous suffisamment d’énergie pour enchaîner des journées marathon de patron ? Votre famille est-elle prête à vous partager avec votre future entreprise ? En termes de compétences et de connaissances aussi, avez-vous le minimum pour démarrer ? Votre savoir-faire professionnel acquis antérieurement sera-t-il suffisant ? Vous faudra-t-il en passer par une formation complémentaire ? Pour répondre à toutes ces questions, de longues discussions s’imposent avec vos proches, mais aussi avez vous-même. Pour déceler les qualités et faiblesses de votre profil d’entrepreneur, n’hésitez pas à jouer cartes sur table en suivant un programme de bilan de compétences.

Etape 3 : le financement

Créer une entreprise coûte de l’argent. A minima, vous devez avoir les moyens de financer le prix d’un local (droit au bail, pas de porte), son aménagement, l’achat des produits à revendre, les outils de communication pour votre lancement, les assurances, le matériel informatique, un véhicule, le capital social de l’entreprise, les frais d’enregistrement, etc. Pour financer ce minima, et faire face aux premiers mois sans beaucoup de recettes, vous devez avoir un peu d’argent de côté pour former un apport. Cet apport personnel qui doit représenter au minimum 1/3 des besoins, peut être compléter par un prêt bancaire classique. N’oubliez pas aussi que vous pouvez bénéficier d’aides et de subventions, notamment si vous êtes à la recherche d’emploi au moment du lancement de votre affaire. Vous pouvez aussi faire appel à vos proches pour vous aider à réunir le nécessaire à votre décollage.

Etape 4 : le business plan

Pour savoir où vous allez et vous fixer des objectifs réalistes, vous devez construire votre business plan. L’objectif de ce travail préliminaire à la création est de calculer la faisabilité du projet. Il reprend des éléments de la définition de projet (étude de marché), et ajoute une ribambelle de données comptables pour déterminer si oui ou non le projet est viable, ce qu’il coûtera et ce qu’il rapportera en fonction du calcul du seuil de rentabilité. Parmi les données comptables l’on peut citer notamment le compte de résultat prévisionnel, le plan de développement, les prévisions financières à 3 ans, les besoins en fonds de roulement... Cette étape est souvent délicate pour les créateurs qui y voient leurs rêves réduits à des chiffres, mais elle est indispensable pour la réussite de l’entreprise ! En effet, plus les prévisions sont affinées et plus la gestion des premiers mois sera facile. Et n’oubliez pas : Plus votre business plan est complet et clair et plus la banque vous suivra !

Etape 5 : choix du statut

Le business plan en main, vous avez désormais une idée précise de combien coûtera votre entreprise et combien elle rapportera. En fonction de ces chiffres et de votre situation personnelle, il vous faut choisir votre statut juridique. EI, EURL, EIRL, SARL, SASU, SAS, SA... en France, les statuts juridiques pour créer une entreprise sont nombreux ! Globalement, le choix s’opère par élimination. La forme individuelle (EI, EURL, EIRL, SASU) sera à privilégier pour les activités demandant peu de mises de fonds. Vous serez seul maître à bord dans une entreprise individuelle. Le choix entre les différentes formules dépendra de la hauteur de votre patrimoine personnel, de votre situation maritale, de vos besoins en termes de protection sociale, etc. Selon les formules, vous pourrez plus ou moins bien protéger vos deniers personnels, vous paierez plus ou moins de charges et d’impôts. La forme sociétaire (SARL, SAS, SA) sera quant à elle un passage obligé dans le cas d’un besoin de financement important et/ou la nécessité de faire entrer un ou plusieurs associés dans le montage de l’entreprise. Cette étape étant assez technique et ayant de fortes conséquences sur vos finances personnelles, mieux vaut être bien accompagné !

Etape 6 : le local

Dès lors que tout le reste est calé, il va vous falloir trouver un toit pour votre nouvelle activité. Les critères de recherche de votre local vont être largement différents selon que vous pensez ouvrir un commerce, une activité de service, une usine de fabrication, une activité de stockage, etc. Pour un commerce, la visibilité du local sera primordiale. En centre-ville ou en zone commerciale, l’emplacement devra proposer une belle vitrine et un bon flux de passage... devant votre belle vitrine. L’étude des commerces alentours sera nécessaire pour déterminer le plus stratégiquement possible où vous pourrez réaliser le plus de ventes pour un coût de loyer le plus accessible. Pour une activité non commerciale, les critères de choix sont plus variés. Surface utile, standing du quartier pour une activité de services, grand parking, etc. Dans tous les cas, vérifiez bien l’état du local, sa conformité avec les normes liées à votre activité, les contraintes inscrites au bail commercial, etc. Une fois signé, le bail vous engage pour de longues années.

Etape 7 : les formalités administratives

Quand les fonds sont réunis et le local trouvé, il ne reste plus qu’à se lancer. Pour cela, il faut au préalable créer la structure qui accueillera et donnera vie à votre activité. Selon le statut juridique choisi, les formalités administratives varient beaucoup. Certaines formes nécessitent de justifier d’une attestation de formation, le versement d’un capital social, la rédaction de statuts, la publication dans un journal d’annonces légales, d’autre non, Le CFE compétent (CCI pour les activités commerciales, Chambre des métiers pour les activités artisanales) saura vous accompagner et répondre à toutes vos interrogations.

Et pour créer en franchise ?

La création d’une entreprise en franchise suit peu ou prou les mêmes étapes à ceci près que le projet de création s’appuie sur une idée développée et testée par un franchiseur. Une partie des choix est donc déjà plus ou moins dictée par le réseau (type de produits/services vendus, type d’emplacement, aménagement du local, etc.). Une fois la sélection du franchiseur réalisée sur la base de comparaisons sérieuses, le réseau est là en appui pour vous aider à passer de l’envie à la création. Attention : même si la franchise propose une activité clé en main réputée apporter des garanties de réitération de succès, il n’empêche que c’est à vous de vérifier de la faisabilité localement de cette activité. En aucun cas le franchiseur n’est responsable des conclusions de votre business plan !

Dominique André-Chaigneau, Toute la Franchise ©

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google plus Partager sur LinkedIn

Créer une surveillance par email

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !