Toute la franchise, Créer son entreprise et devenir franchisé

Aucune
sélection

Toute la franchise, Créer son entreprise et devenir franchisé cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

Seuil de rentabilité : comment le calculer et l'analyser ?

Un point d’équilibre crucial

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google plus

Le seuil de rentabilité, aussi appelé point mort, est un point d’équilibre. Il détermine combien l’entrepreneur doit générer de chiffre d’affaires pour couvrir ses charges. Au-dessus du seuil de rentabilité, l’activité est bénéficiaire, en-dessous, elle est déficitaire.

Calcul du seuil de rentabilitéLe seuil de rentabilité est l’élément comptable central de toute activité. Son calcul est crucial dans le cadre d’une création pour la réalisation du business plan, mais aussi après, tout au long de la vie de l’entreprise. Sa détermination permet de fixer des objectifs de CA à atteindre pour savoir si l’entreprise peut investir ou recruter, innover, etc.

Le seuil de rentabilité est exprimé en chiffre d’affaires selon la formule suivante :

Seuil de rentabilité = charges fixes / [ ( chiffre d’affaires – charges variables ) / chiffre d’affaires ] ou, plus simplement, Seuil de rentabilité = charges fixes / taux de marge sur coûts variables.

Le calcul du seuil de rentabilité se fait en trois temps : d’abord la détermination des charges (fixes et variables), ensuite la détermination du taux de marge sur coût variable, et enfin, la détermination du chiffre d’affaires minimum à réaliser pour atteindre le point d’équilibre.

Le seuil de rentabilité se calcule sur les charges fixes divisées par le chiffre d’affaires moins les charges variables, le tout divisé par le chiffre d’affaires.

La détermination des charges

Pour assurer son bon fonctionnement, l’entreprise doit payer de nombreuses charges diverses (frais de locaux, achats de marchandises, salaires, etc.). Toutes ces charges sont soit fixes (leurs montants sont indépendants du niveau d’activité de l’entreprise), soit variables (leurs montants dépendent de l’activité de l’entreprise).

Traditionnellement, les charges fixes (dites charges de structure) sont récurrentes. Elles sont à payer à échéance connue d’avance, que l’entreprise fasse du chiffre d’affaires ou non. Ces charges sont notamment :

  • les loyers du local
  • les primes d’assurance
  • les factures de téléphone
  • les honoraires de l'expert-comptable ou du Centre de Gestion Agréé
  • les échéances de crédit-bail
  • les dotations aux amortissements
  • les salaires et les charges sociales afférentes
  • etc.

Les charges variables (dites charges opérationnelles) sont plus diverses dans leur nature puisqu’elles dépendent, pour tout ou partie, du niveau d’activité de l’entreprise. Ces charges sont notamment :

  • le coût d’achat des produits vendus
  • le coût de fabrication des produits ou prestations réalisées
  • les coûts de sous-traitance
  • certaines primes salariales (primes sur CA des commerciaux, etc.)
  • et, en franchise, les royalties indexées sur le CA

La détermination du taux de marge sur coût variable

Le taux de marge sur coût variable est le rapport entre le chiffre d’affaires moins les charges variables divisé par le chiffre d’affaires, autrement dit, c’est la marge divisée par le CA.

La marge sur coûts variables (MCV) = Chiffre d’affaires – Charges variables

La détermination du taux de marge sur coût variable est intéressante à plusieurs titres pour l’entreprise. Elle permet en effet de savoir combien l’entreprise doit réaliser de chiffre d’affaires pour faire face à ses charges fixes, mais aussi, et c’est là tout son intérêt, elle permet pour chaque produit, chaque famille de produit, chaque branche d’activité de l’entreprise de mesurer les performances et la rentabilité. Cette analyse plus ou moins fine peut permettre à l’entrepreneur d’avoir une vision beaucoup plus claire de la rentabilité intrinsèque de ses différentes activités, ce qui lui permet, le cas échéant, d’en abandonner certaines pour améliorer son résultat global et ainsi mieux faire face à ses charges fixes.

La détermination du chiffre d’affaires minimum

Le seuil de rentabilité est exprimé en chiffre d’affaires. Pour déterminer le montant de ce chiffre d’affaires, il convient tout d’abord de déterminer le chiffre d’affaires minimum nécessaire pour couvrir les charges fixes et les charges variables de l’entreprise. Pour cela, l’entrepreneur doit mettre l’ensemble des données disponibles en perspective.

Exemple 1 : La future entreprise d’achat-revente en franchise table sur un chiffre d’affaires prévisionnel bas la première année pleine de 100.000€. En face de ces rentrées prévisionnelles, l’entreprise prévoit des frais fixes (loyers, assurances, salaires, crédit-bail) de 25.000€ et des charges variables à la hauteur de 45 % du CA HT.

Compte de résultat  

Sigle        

Montant             

%

Chiffre d'affaires  
CA 
100.000€
100%
Charges variables
CV
45.000€
45%
Marge s/cout variable  
MSCV
55.000€ 
 55%
Charges fixes 
CF
25.000€
 
Résultat
RN
30.000€
 

Pour déterminer le CA minium, en dessous duquel l’entreprise perdra de l’argent dans notre exemple, autrement dit déterminer le seuil de rentabilité, il faut utiliser la formule : Seuil de rentabilité = charges fixes / taux de marge sur coûts variables.

Soit : 25.000 / [ ( 100.000 – 45%*100.000 ) / 100.000 ] = 45 454€

Exemple 2 : Une entreprise de services à la personne table sur un CA de 70.000€, avec 45.000€ de charges fixes (essentiellement des salaires) et 10 % de son CA HT de charges variables.

Compte de résultat 

Sigle Montant %
Chiffre d'affaires CA 70.000€ 100%
Charges variables  CV 7.000€ 10%
Marge s/cout variable MSCV 63.000€ 90%
Charges fixes CF 45.000€
Résultat RN 18.000€  

Son seuil de rentabilité sera calculé de la façon suivante : 45.000€ [ ( 70.000 – 10%*70.000 ) / 70.000 ] = 50.000€

Exemple 3 : Une pizzeria estime son CA à 50.000€, avec 20.000€ de charges fixes et 45 % du CA HT en charges variables.

Compte de résultat 

Sigle      

Montant             

 %

Chiffre d'affaires 
CA
50.0000€
100%
Charges variables 
CV
22.500€
45%
Marge s/cout variable
MSCV
27.500€  
55%
Charges fixes
CF
20.000€
 
Résultat
RN
7500€
 

Son seuil de rentabilité sera calculé de la façon suivante : 20.000€ [ ( 50.000 – 45%*50.000 ) / 50.000 ] = 36.363€

Avantages et inconvénients du seuil de rentabilité

Le seuil de rentabilité d’une entreprise a pour principal avantage d’obtenir un résultat clair et compréhensible exprimé en CA minimum. Ceci étant, ce chiffrage parlant est souvent difficile à établir car en effet, le listage des charges est délicat. La séparation de ce qui relève des charges fixes (structurels) et des charges variables (opérationnels) n’est pas toujours évidente. De plus, le seuil de rentabilité manque souvent de finesse. En effet, les salaires qui sont traditionnellement rangés dans les charges fixes, peuvent être variables en cas de forte augmentation de l’activité. Le recrutement d’un vendeur supplémentaire en plein exercice, par exemple, chamboule tout le calcul. Il faut alors reprendre les données et les mettre à jour en réintégrant les nouvelles charges fixes.

 

Dominique André-Chaigneau, Toute la Franchise © Créer une surveillance par email

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Menu Toute la franchise, Créer son entreprise et devenir franchisé

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !