Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise cliquer sur l'élement pour deployer le moteur de recherche

trouver une franchise

Quel concept de franchise

programme coaching

> Gratuit
> 7 jours / 7 leçons
> Conseils d'experts
> Témoignages

languette

LILLE : 1er pôle européen de distribution et de vente à distance

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google plus Partager sur LinkedIn


Située au carrefour de l'Europe du Nord, à 2 heures de Londres, d’Amsterdam et de Cologne et à moins d’une heure de Paris et Bruxelles en TGV, Lille Métropole se nourrit de son environnement transfrontalier pour prospérer. Cet emplacement stratégique permet au territoire du Grand Lille d'être au centre d'un marché de plus de 100 millions de consommateurs dans un rayon de 300 km. Dynamique par nature le territoire du Grand Lille est marqué par la présence sur son sol de nombreux sièges sociaux de grandes firmes (3 Suisses, Auchan, Bonduelle, Castorama, Cofidis, Décathlon, Leroy Merlin, Finaref, Renault, Groupe Vauban, La Mondiale, La Redoute...).
Cette particularité fait que la métropole lilloise est le 1er pôle européen de la distribution et de la vente à distance ainsi que le 2ème centre d’assurances et la 3ème place bancaire de Franc

Une métropole transfrontalière

Lille métropole fait figure d'exception en France tant son développement est intimement lié à son statut frontalier. Cette caractéristique est l'héritage d'un développement en miroir de l'urbanisation sur la frontière, en partie en Belgique et en partie en France. La métropole lilloise notamment s'est considérablement développée au 19e et 20e siècle autour de plusieurs centres urbains en France et en Belgique grâce à l'essor de l'industrie du lin et du coton. Lille reste encore aujourd'hui la ville principale de la métropole avec ses 172 000 habitants, mais ses limites administratives étant étroites, c'est tout naturellement que d'autres villes se sont développées à ses côtés pour former un ensemble quasi indissociable.
Ces villes voisines que sont Roubaix et Tourcoing côté français mais aussi Mouscron en Belgique ont explosé en quelques dizaines d'années seulement, à la fin du 19e siècle. Les deux anciens villages de Roubaix et Tourcoing forment aujourd'hui avec Lille un ensemble cohérent et sans discontinuité autour du Grand Boulevard qui relie les centres-villes des trois villes. A partir des années 1950, la densification des espaces s'est accentuée. Pour répondre à la demande de la nouvelle population, en 1967 une ville nouvelle est venue s'ajouter sur le flanc Est du noyau Lillois. Cette ville nouvelle baptisée Villeneuve d'Asq compte aujourd'hui 65 000 habitants.

Elle concentre sur son territoire la majorité des établissements universitaires de la métropole. La spécificité de développement transfrontalière de la capitale nordiste influence largement sa physionomie actuelle. Si les liaisons via le TGV et les autoroutes placent de fait Lille Métropole au cœur des communications de l'Europe du Nord, localement les aménagements spécifiques comme le contournement autoroutier des agglomérations françaises et belges souffrent d'un manque évident de concertation entre les deux pays. Ceci est toutefois en passe d'appartenir au passé depuis la création de la Conférence Permanente Intercommunale Transfrontalière (COPIT) qui rassemble quatre intercommunales belges (Leiedal, IDETA, WIER et IEG ) et Lille Métropole Communauté Urbaine rassemblant 87 communes côté français. Dans le même temps, la création d'EURO 6 a aussi largement contribué à jeter des ponts entre les économies françaises et belges. Cette structure institutionnelle regroupe les quatre chambres de commerce belges et les deux chambres de commerce et d'industrie françaises.

Si l'identité transfrontalière est encore en devenir, l'identité métropolitaine elle est désormais acquise chez les habitants grâce notamment au soutien de grands projets comme Euralille, le centre tertiaire lié à la nouvelle gare TGV, l'Eurotéléport de Roubaix, la candidature de la métropole à l'organisation des Jeux Olympiques de 2004 et le projet « Lille capitale européenne de la Culture ».

Une population dense

Outre ses entreprises leaders sur leurs secteurs respectifs, et l'identité transfrontalière marquée de Lille Métropole, l'autre grande caractéristique du territoire du Grand Lille est d'afficher une forte concentration de population. La ville de Lille et sa couronne portent ainsi 1,7 million d’habitants, soit 43% de la population du Nord-Pas-de-Calais. Cette spécificité porte la région à la quatrième place des régions les plus peuplées de France derrière l’Île-de-France, le Rhône-Alpes et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Du fait de cette forte densité de population, la Région du Nord-Pas-de-Calais est logiquement l’une des régions les plus urbanisées du pays avec un taux d’urbanisation s’élevant à 83%.

La population régionale se concentre principalement autour des grandes agglomérations de Lille, Béthune/Lens/Douai, Valenciennes et du littoral. L’unité urbaine de Lille à elle seule totalise 1 000 900 d’habitants. Douai sa voisine quant à elle concentre 150 532 habitants, Armentières 58 706 habitants, St-Omer 56 425 habitants et Hazebrouck 26 217 habitants. Tous ces chiffres cachent toutefois un certain essoufflement ces dernières années. En effet, les chiffres des derniers recensements sont formels : Entre 1990 et 1999, la région n'a enregistré qu'un apport de 30 000 habitants, soit une progression de 0,8%, largement en deçà de la moyenne nationale (+3,6%). Cette contre-performance touche essentiellement les campagnes mais aussi quelques villes comme Roubaix, Tourcoing ou Villeneuve d’Ascq. A l'inverse, des villes comme Lille, Douai, Armentières, Hazebrouck ou Saint Omer progressent en nombre d'habitants.

Un tissu économique concentré

Très logiquement, la concentration des populations autour de Lille Métropole concentre également le tissu économique local. Le territoire du Grand Lille regroupe environ 50 000 établissements tous secteurs d'activités confondus, soit 50% du total régional. Aux côtés des sièges sociaux des grandes firmes de la VPC (3 Suisses, La Redoute), les sociétés de distribution (Auchan, Decathlon, Castorama, Leroy Merlin...), les sociétés de services de banque et d'assurance (Cofidis, FINAREF, Vauban Humanis, La Mondiale ..), le Grand Lille compte de nombreuses petites et moyennes entreprises diverses. Selon les chiffres de la CCI, le commerce de détail représente 16 870 entreprises, le commerce inter-entreprises totalise 3 761 entreprises, les services aux entreprises représentent 11 751 entreprises et les services aux particuliers, 9 526 entreprises.

 L'industrie quant à elle totalise 8 085 entreprises sur le territoire du Grand Lille. Toujours selon les chiffres de la CCI, en dix ans, la création d’entreprises a presque doublé sur le territoire de Lille Métropole. Ce formidable développement a été porté notamment par la création de sites dédiés comme la zone de l’Union ou Euratechnologies mais aussi par la mise en place d'une véritable politique de séduction envers les créateurs qui se traduit au quotidien par un soutien aux entreprises à tous les niveaux (offre foncière adaptée, interventions en appui dans les phases de création, déploiement de structures d'animation dédiées à l'accueil, à la formation et au conseil, aménagement de zones d'activités, ouverture de parcs d'excellence…). Tous ces efforts ont été récompensés notamment par le titre envié de ville française préférée des entrepreneurs européens. Ce titre découle des résultats de l’étude d’ECER-Banque Populaire (Mars 2009), réalisée auprès de 2 400 chefs d'entreprise européens. Le baromètre place Lille au rang de première ville française en matière d'indice de satisfaction (11ème rang européen, devant Lyon et Paris).

Des grands projets urbanistiques

Depuis plusieurs années, Lille Métropole s'est lancée dans un vaste projet urbanistique pour améliorer les performances économiques de son territoire. La création d'Euratechnologies par exemple marque la volonté politique de propulser la ville dans un avenir technologique. Ce projet implanté sur les anciens locaux de l’usine Leblan-Lafont (23 000 m2) est un symbole fort de la reconversion de friches industrielles mais il n'est pas le seul.
Euralille, Eurasanté à côté du Centre Hospitalier Régional Universitaire, le parc de la Haute Borne à Villeneuve-d’Ascq... les projets structurants en cours ou tout juste achevés se multiplient. Et les prochaines années promettent de nouvelles réalisations d'ampleur à l'image de l’aménagement de la zone de l’Union, dédiée à la fois aux textiles innovants et au pôle Culture-Image-Média. Aux côtés de ces grands projets, Lille Métropole multiplie également les projets moins ambitieux dans chaque quartier notamment pour dynamiser les commerces et services de proximité. Ainsi la création de nouvelles places publiques est programmée, ainsi que la création d'un hôtel d’entreprises associé à plus de 10 000 m2 de locaux d’activités à Lille Sud en partie situés en zone franche urbaine.
Dans le même quartier, près du Faubourg d'Arras, la Cité des Métiers et de l'Artisanat situé sur une friche de la rue Abélard accueillera prochainement 1000 salariés et étudiants. Cette cité regroupera le siège de la Chambre de métiers et de l'artisanat du Nord, celui de la chambre régionale de métiers et le Centre de formation et d'apprentissage (CFA) aux métiers de la restauration, actuellement situé à Wattignies. D'autres projets sont également en cours dans le secteur de la Porte de Valenciennes où 6 600 m2 de commerces et 3 000 m2 de bureau sont prévus. A tous ces projets à Lille, s'ajoutent d'autres actions menées par Lille Métropole Communauté urbaine comme la rénovation des centres-villes de Roncq, Halluin, Frelinghien, Marcq-en-Baroeul, Wambrechies ou encore Verlinghem ou Lompret. Autre opération phare actuellement en cours de réalisation : le réaménagement du centre de Tourcoing.

Le commerce à Lille Métropole

Selon l'Atlas du grand commerce Lille Métropole réalisé en juin 2009 par l'Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole, la métropole lilloise comptait en 2006 plus de 700 établissements commerciaux de plus de 300 m² pour un total d'environ 1 100 000m² de surface de vente. Entre 2000 et 2007, 375 000 m² de surface de vente ont été autorisés par la CDEC. Dans le détail, ces surfaces de vente sont d'importances variées (de 300 m² à 15 000 m²). La grande distribution alimentaire totalise 190 magasins (333 400 m² soit 30% de la surface de vente totale) et domine largement l’ensemble du commerce métropolitain de plus de 300 m². Juste après pointe le commerce du secteur de l'équipement de la maison qui occupe la seconde place en terme de nombre de commerces (163 établissements) mais la 3e place en surface de vente (17% de la surface de vente totale) derrière le bricolage-jardinage (20% de la surface de vente totale pour 79 magasins). Les surfaces les plus modestes sont occupées par le secteur de l'équipement à la personne (140 magasins pour 9% de la surface de vente totale).

En terme d'implantation spatiale, l’alimentaire est le seul secteur d’activité qui couvre l’ensemble du territoire par un maillage régulier en ceinture du cœur de Lille notamment. L'implantation des hypers et supermarchés remonte globalement à une trentaine d'années. Les discounters sont quant à eux plus récemment présents sur la métropole lilloise, comme partout ailleurs en France.

Le secteur de l'équipement de la personne (habillement, chaussures) est d'implantation récente à Lille. Selon les chiffres de l'Atlas du grand commerce, près de 40% des magasins existants aujourd’hui se sont ouverts depuis 1994. La répartition spatiale des enseignes d'équipement de la personne est prioritairement dans les plus grands centres-villes de l’agglomération, Lille en tête. Quelques enseignes historiques du textile comme La Redoute et les 3 Suisses disposent également de points de vente anciens dans le versant nord-est de Lille. Les principales enseignes implantées sur la métropole lilloise appartiennent à des chaînes (H&M, Zara, Devianne, Kiabi, Jules dans l'habillement, Chauss’expo, la Halle o chaussures, l’Hyper aux chaussures et Multichauss’ dans la chaussure).

Contrairement au secteur de l'équipement de la personne, le secteur de l’équipement de la maison (électroménager-tv-hiFi, équipement du foyer sauf luminaires, équipement de la maison divers, meuble) a surtout été développé à Lille avant 1994. On retrouve ici deux grands leaders sur le secteur de l'électroménager et la hifi dans les enseignes Boulanger et Darty. Les autres segments du secteur sont beaucoup plus disparates, notamment sur la vente de meubles. Les plus grandes surfaces de vente se concentrent dans la première couronne périurbaine, le plus souvent dans les centres commerciaux périphériques, tandis que les surfaces de vente plus petites se regroupent dans des secteurs particuliers en périphérie à Englos, Leers et Seclin.

Le secteur du bricolage et du jardinage occupe de grandes surfaces de vente en périphérie de la métropole lilloise. Les magasins de bricolage sont pour la plupart anciens (création avant 1994) tandis que les jardineries sont plus récentes (création après 1998 pour moitié). Les enseignes que l'on retrouve à Lille sont notamment Castorama, Bricorama et Leroy-Merlin.

Le secteur de la culture, le sport et les loisirs totalise 48 magasins (62 600 m² de surface de vente) d'implantation majoritairement récente. Deux grandes enseignes dominent le marché : le Furet du Nord datant de 1957 et la Fnac datant de 1979. Dans le secteur du sport, une autre enseigne locale qui n'est autre que Décathlon, domine le marché avec 4 magasins.

Globalement, les principaux centres commerciaux métropolitains totalisent 417 000 m² de surface de vente (près de 30% des surfaces de vente totales du grand commerce) et se situent à proximité des plus grands pôles urbains de l’agglomération en périphérie, à l’exception du centre commercial V2 de Villeneuve d’Ascq.

Les galeries marchandes représentent 140 000 m² de surface de vente sur la métropole lilloise. Ici, les plus grandes galeries marchandes sont localisées en centre-ville comme la galerie de l’hypermarché Champion Gambetta à Lille, la galerie Euralille, la galerie Voix du Nord .... Dans ces galeries marchandes de centre-ville emmenées ou non par une « locomotive » alimentaire de type hypermarché, les magasins de moins de 300 m² représentent les deux tiers de la surface de vente totale. Les plus grandes entités sont occupées par des magasins d’équipement de la personne comme au sein de la galerie d’Euralille où l'on compte 15 grandes et moyennes surfaces en équipement de la personne. A noter également la présence de deux pôles de magasins d’usine à Roubaix (Mac Arthur Glen ouvert en 1984 et l’Usine ouvert en 1999) dont l'implantation s'inscrit dans la continuité de l'activité textile historique de la ville.


Les franchises qui désirent s'implanter dans le Nord : Franchises dans le Nord et à LILLE : Franchises LILLE


Dominique, Journaliste toute-la-franchise.com ©

Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google plus Partager sur LinkedIn

Créer une surveillance par email

0 commentaire

  • Il n'y a encore aucun commentaire pour cet article. Soyez le premier à réagir !

laisser un commentaire

250 caractères restants

Menu Créer son entreprise et devenir franchisé, Toute la franchise

Aucune
sélection

Newsletter Toute La Franchise

Recevez gratuitement le meilleur de l'actualité
de la franchise !